Merde à l’écriture inclusive et à l’accord de proximité

Si jusque-là, elle n’était qu’un mouvement marginal, uniquement présent sur les réseaux sociaux de certaines féministes, l’écriture inclusive est soudain brutalement propulsée sur le devant de la scène médiatique, grâce à une complaisance pour le moins étonnante. Il s’agit ici de lutter contre des stéréotypes inégalitaires qui mettraient dans la tête des gens que « le masculin l’emporte sur le féminin », davantage d’éradiquer la grammaire !

Petit à petit, nous allons réussir à supprimer les erreurs de grammaire. Non pas en tant que les élèves n’en commettront plus. Mais bien parce que les règles seront tellement permissives qu’on pourra écrire n’importe quoi et que ce sera bon. Aujourd’hui, des féministes se servent de l’idée que l’apprentissage et que la forme de la langue conditionne notre structure mentale, pour porter un combat sociétal, et nous dire que nous sommes manipulés et influençables.

Est-ce que, parce que la grammaire nous dit que le masculin l’emporte sur le féminin dans le cadre de la règle de l’accord, alors nous pensons que les hommes sont supérieurs aux femmes ? Dans le même genre, est-ce que, parce que le tennis de table nous dit de ne pas toucher la table (sinon tu perds un point), nous n’allons plus jamais toucher aucune table ? Sommes-nous donc complètement débiles ou capables de faire un minimum la part des choses… ?

Dans la pratique maintenant, est-ce que penser aux ouvriers de 1936, ce n’est penser qu’à des hommes ? (Et de rappeler qu’il ne faudrait plus dire droits de l’Homme mais droit de l’Humain). Possiblement, mais alors à cause d’un mauvais enseignement de l’Histoire et pas de la grammaire. Et donc de remettre en cause autant ces profs que ceux qui décrètent qu’ils n’appliqueront plus la règle, et qui ne doivent pas connaître les difficultés d’apprendre en primaire.

Il y a encore cet argument que la règle de la prédominance du masculin s’est imposé au XVIIe siècle. Le rapport entre les femmes et les hommes était-il alors différent avant ? Non, la société était machiste sans la grammaire. Et c’est peut-être à cause de cela que la libération de la femme a pu avoir lieu. Alors aujourd’hui, je pense qu’il vaudrait mieux libérer les femmes de certains comportements sociaux et culturels, que du danger de la grammaire française.



Publicités

3 réflexions au sujet de « Merde à l’écriture inclusive et à l’accord de proximité »

  1. Jean-Marie CORBIN

    Encore une diversion car pendant de temps là, on en parle pas d’autre chose ! Le plus dur reste à venir : l’Allemagne vient de reconnaitre le 3ème sexe, or avec la prévalence de l’Europe sur les Nations, cela arrivera chez nous, un jour ou l’autre. Si quelques langues intègrent le genre neutre, ce n’est pas le cas dans la langue française. Gros chantier de réécriture de Novlangue à venir …

    Répondre
    1. Vagneux Olivier Auteur de l’article

      Voir mon tweet sur le sujet ; c’est surtout scandaleux que la Cour constitutionnelle allemande ordonne au Parlement de voter une loi reconnaissant un dit troisième sexe… Merci l’Europe !

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.