Sur l’hypocrisie du CESE (Conseil économique, social et environnemental)

Dans un article du Parisien, le président du CESE explique qu’il veut lancer des pétitions citoyennes pour « redonner la parole aux Français ». La journaliste l’interroge en lui demandant si le rejet de la pétition de La Manif pour tous (LMPT) était une erreur. Le président répond que le CESE a eu tort de ne pas prendre en compte les sujets portés par LMPT. Mais il ne dit pas pour autant qu’il va faire plus semblant de s’y intéresser…

Donc c’est bien gentil de vouloir s’intéresser aux pétitions numériques de Change.org et compagnie, mais quand déjà vous refusez d’étudier 700 000 signatures papier, quand la Loi précise que seulement 500 000 sont nécessaires pour une saisine, on imagine bien que la dématérialisation sera un bon prétexte pour faire obstacle aux sujets sensibles. À moins de demander le numéro de la pièce d’identité, comme font certains organismes européens ?

Mais quand bien même, 500 000 vraies personnes signeraient une pétition, il faut le temps de vérifier. Une intervention du CESE après le vote de la loi, d’autant plus rapide si elle fait l’objet d’une ordonnance, ça ne sert plus à rien. Et quand bien même, il faut encore que le CESE, accepte de s’intéresser à un sujet clivant, avec lequel le Gouvernement n’est peut-être pas d’accord, comme celui de la loi EL-KHOMRI qui avait rassemblé plus d’un million de signatures.

Or, une pétition, ce sont d’abord des termes de vocabulaire. Et on suppose que le CESE ne peut pas se montrer aussi incisif que des citoyens en colère. Il ne peut pas demander le retrait d’une loi quelque soit son stade. Tout juste peut-il demander à ce que le CESE s’intéresse au sujet et émette un ou des avis et études sur la question. À partir de là, quel intérêt ? C’est bien affaiblir les sites de pétitions en ligne que de vouloir rendre le CESE, porte-voix des citoyens !

Car qu’est-ce que le CESE ? C’est une assemblée consultative qui doit permettre l’expression d’acteurs représentatifs de la société. Quel aveu d’échec que cette assemblée où les politiques y casent leurs copains, qui donc n’est tellement pas représentative qu’elle doit utiliser des pétitions citoyennes pour trouver des motifs populistes de s’auto-saisir ! De toute façon, parce qu’ils n’ont aucun pouvoir de décision, et quelques soient leurs avis, tout le monde s’en fout.



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s