2017, quand la Ve République est (re)devenue multipartite, et peut-être aussi à gauche

Quelle est la principale évolution politique advenue en 2017 ? Le fait que l’opposition politique ne soit plus représentée par la deuxième force politique du pays ! Alors que La République en marche (LREM) a effectivement pris la place du PS dans la majorité, c’est la France insoumise (FI) qui a pris la place de LR dans le rôle de leader de l’opposition. Mécaniquement, le clivage gauche-droite s’est aussi déplacé : LREM devenant la droite.

Depuis 2002 et jusqu’à la création de LREM, la vie politique française était dualisée par l’UMP et le PS qui se disputaient les places, se servant malgré tout du FN limité par un plafond de verre, pour éliminer l’un ou l’autre challenger. Mais l’effritement du PS a eu trois conséquences : la réorganisation d’une extrême-gauche, la création de LREM et la montée du FN. Or, c’est maintenant au tour de l’UMP devenue LR de céder sa place d’opposant sur l’échiquier politique.


Certes, LR représente toujours numériquement la deuxième force politique avec en moyenne 21 % des voix. Mais elle n’a aucune idée nouvelle et a définitivement épuisé son idéologie, se refusant à prendre partie sur des sujets de société, et n’abordant l’économie que sous un angle qui la prive de devenir majoritaire. Si donc elle tient au moyen de ses réservoirs historiques, ce n’est qu’une question de temps, et elle ne peut plus progresser que par défaut.


Le FN quant à lui a connu les deux échecs de trop à la présidentielle et aux législatives, et 1/3 de son électorat qui lui permettait de se placer en troisième voire en deuxième position, a définitivement rejoint le rang des abstentionnistes, étant entendu qu’ils votaient FN non par conviction mais parce que c’était le parti le mieux placé pour rejeter le système. Depuis son élimination au second tour de la présidentielle, on ne l’entend plus et il n’a plus d’idées…


La France insoumise est la grande gagnante, avec sa chance que ses rares élus sont charismatiques, plutôt bons (en réalité les cadres du Parti de gauche de Jean-Luc MÉLENCHON), et que les premiers sujets étudiés par le Parlement sont des sujets de combat de l’extrême-gauche depuis des années. Outre donc l’effet grossissant de la médiatisation de leurs saillies, c’est surtout qu’ils ont une idéologie à opposer à LREM que n’ont aucune des autres forces politiques.


La vie politique française de 2017 ressemble à celle sortie des urnes en 1977 (quatre partis valant à peu près 20 %) malgré la désorganisation du clivage gauche/droite. Sauf que LR et le FN sont des spectateurs du combat LREM / FI, et que LREM a repris l’idéologie de LR en ce qu’elle concerne la droite. Mais avec le temps, on ne peut pas exclure de retrouver un bipartisme LREM / FI si les autres partis LR et FN ne font rien pour éviter de se situer à l’extrême-droite de LREM.



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s