Qui choisit quels états sont légitimes à préférer la nation au multiculturalisme ?

Quel paradoxe, à l’heure d’une mondialisation avancée, de voir resurgir le concept très westphalien d’État-nation (« Cujus regio, ejus religio » – À chaque région, sa religion) ! Donc ça a fonctionné pour le Kosovo et certains voudraient que ce soit appliqué en Israël. Mais pour que les 65 % de Russes de Crimée (majoritaires) aient leur état ou retournent avec la Russie, ou pour que la France rompe avec le multiculturalisme, c’est du néo-nazisme !

En avant-propos, vu l’image que j’ai choisi pour illustrer cet article, et pour franchir les fourches caudines de la bienpensance, je rappellerai qu’on peut sémite (comme tous les Palestiniens) donc non-antisémite mais anti-sioniste parce qu’on apprécie pas trop de se faire virer de chez soi par les juifs au prétexte qu’on n’est justement pas juif… Alors non, l’anti-sionisme n’est pas le renouveau de l’antisémitisme, même s’il y a aussi des gens qui détestent les sionistes parce qu’ils sont juifs.

Est-ce donc par « reductio ad hitlerum » que les instances internationales reviennent sur les modèles multiculturels, ou tout simplement parce qu’on s’aperçoit que ça n’apporte que communautarismes malsains ? Il faut rappeler que les intellectuels nazis sont ceux qui ont le plus violemment remis en cause la conception westphalienne pour rassembler dans le Reich tous les Allemands quelque soit leur culture (protestante, catholique, autrichienne, tchèque…).

Non, puisque pour des raisons politiques (et certainement économiques), on empêche toujours tant les Kurdes, que les Palestiniens, que les Tibétains pour ne citer qu’eux, d’avoir un état, alors qu’ils ont une culture différente du ou des pays qui voudraient les englober. Donc pour eux, il n’y a pas de problème à forcer le multiculturalisme, tout en sachant qu’il n’est que de façade, parce que les États essaient de les réduire pour avoir des nations unies et homogènes.

Sans donc rentrer dans un complot d’extrême-gauche, on remarquera néanmoins que si vous contribuez à l’économie mondiale (à la condition que ne respecte pas la Russie de ne pas s’être aliéné le monde dit libre), on vous laissera faire ce que vous voulez ; ce qui dans le même temps n’est pas forcément plus mal lorsque la France refuse les indépendances régionales de la Bretagne, de la Corse ou du Pays Basque, qui ne sont pas plus injustes que les autres exemples.

Mais la perniciosité de l’affirmation que la majorité démographique doit faire l’état est importante. Car si on l’accepte pour Israël qui fait progressivement le ménage pour que les juifs soient majoritaires dans les régions qu’ils occupent, il faudra accepter l’indépendance, à supposer qu’elle soit réclamée, des zones dans lesquelles certaines communautés sont majoritaires, et je pense à certaines banlieues, même s’il y a davantage amas de minorités.

Et pendant ce temps, on continue de communautariser le monde, pour diversifier les marchés économiques et les zones d’échanges, et ce faisant, on fout un gros bazar. Sauf que le jour où on se retrouve face à des gens déterminés à faire valoir leur point de vue, alors tout le monde s’écrase soudainement. Et si donc c’était finalement l’audace politique qui portait ses fruits ? Mais encore faut-il avoir les dirigeants et le Peuple qui suit pour se faire entendre ?



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.