Morangis : à l’aune d’une nouvelle guerre des droites ?

Comme si la droite n’était pas suffisamment divisée à Morangis (trois listes aux municipales de 2014 représentant 62 à 65 % des voix face à une seule liste de gauche), voilà que le Directeur général des services de Chilly-Mazarin, Jérôme BAVEREL, membre du parti des républicains, vient se parachuter sur la commune ! Comment donc tous les prétendants de droite à la mairie vont-ils pouvoir faire pour réussir à s’entendre ?

Pour mémoire, on citera entre autres : Brigitte VERMILLET, Julien RODRIGUES, Sébastien TEMPLET-BELMONT, possiblement Xavier-Roger DUGOIN et maintenant Jérôme BAVEREL. Sans parler du Front national, ou de possibles autres candidats divers droite, même si Dominique HÉRAULT semble avoir renoncé. À cela, il convient d’ajouter les manœuvres de l’ancien maire Daniel TRÉHIN, qui s’il ne veut plus la place, veut être du côté du vainqueur, et pouvoir influer.

D’autant plus qu’avec la déferlante En marche, la droite LR-UDI ne se retrouve que troisième force politique à Morangis. Donc si LR et UDI commencent en plus une guerre fratricide, on ne voit pas comment la Ville pourrait repasser à droite à la prochaine élection municipale.

Mais justement, comment se fait-il que LR qui avait pré-investi Brigitte VERMILLET aux législatives sur sa circonscription, lui avait accordée son investiture aux départementales, et l’avait soutenue aux municipales, semble tout d’un coup l’abandonner ? VERMILLET est quand même vice-présidente du Conseil départemental et très présente sur toute la communication essonnienne qui montre qu’elle bosse, tout du moins qu’elle est présente sur le terrain !

Alors certes, Brigitte VERMILLET est davantage une militante LR d’opportunité, et elle est en réalité plus proche de l’UDI. Lors des élections législatives de 2012, elle avait davantage soutenu le candidat du parti radical Nicolas SAMSOEN que Grégoire DE LASTEYRIE, candidat UMP.

Le risque est grand de parachuter un inconnu, qui incarne le système que les Français se plaisent à détester (un fonctionnaire qui travaille dans la politique). Et au vu de ses résultats récents, LR n’est pas en position de force et ne supportera pas deux candidatures. Le calcul est donc très risqué même si véritablement audacieux, à cette date, car VERMILLET a, et gardera trop d’ennemis qui sont prêts à perdre la ville plutôt qu’à travailler avec elle.

Voilà dans tous les cas qui pourrait arranger les affaires de l’actuel maire divers-gauche Pascal NOURY, qui semblait condamné à perdre en 2020, et puis qui en soutenant habilement MÉLENCHON (à qui il a donné sa signature) a retrouvé de l’air. Si donc il convainc les écolos et les socialistes de rester avec lui, et qu’il conduit une liste d’union de la gauche, rassemblant tous les anti-MACRON, il peut de nouveau l’emporter par défaut à la faveur d’une quadrangulaire.

Reste à voir comment va s’organiser En marche à Morangis, et s’ils soutiendront une nouvelle candidature de Sébastien TEMPLET-BELMONT, si celui-ci est toujours décidé à y aller. Mais sans union de la droite dans les dix-huit mois, le triste spectacle qui s’annonce après risque de se révéler sanglant, faisant notamment le jeu d’En marche et du Front national qui pourraient ainsi se retrouver véritables challengers en 2020, au vu des derniers résultats sur la ville…



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s