Quand le bureau d’aide juridictionnelle me redemande des pièces déjà communiquées

Mes chers amis, je vous invite à vous préoccuper de ma santé mentale. Suis-je donc devenu fou, que le Bureau d’aide juridictionnelle me redemande des pièces que je crois savoir lui avoir déjà communiquées ? Ce n’est pas comme si j’avais un reçu qui atteste que j’ai bien remis certaines de ces pièces. Le plus dur pour moi va donc être d’arriver à expliquer mon impossibilité de communiquer les attestations du RSA, de la CAF et de Pôle emploi.


Regardez donc les demandes inscrites dans le courrier du jour (daté du 5 juillet),

Comparez avec ce qu’ils me disent avoir reçu le 29 juin,

Notez aussi l’évolution des besoins entre temps

Donc je vais être un bon petit soldat, et renvoyer tout ce qui m’est demandé, voire plus car on ne sait jamais. Je vais aussi faire un courrier individualisé pour chaque pièce que je ne peux pas fournir, et expliquer pourquoi je ne peux pas communiquer ladite pièce. En espérant que cela suffise, mais voilà qui va encore rallonger le temps de ma démarche. L’administration crève de tous ces délais. Surtout qu’on ne va pas se comprendre ; je vais d’abord leur téléphoner ou leur envoyer un mail lundi…


Regardons maintenant les documents qui m’ont été envoyés avec le courrier. Un pli recommandé qui n’aura coûté aux contribuables que vous êtes (que nous sommes même si je coûte plus que vous à l’État), que la modique somme de 5,83 euros, parce que la Justice bénéficie de réductions. On m’a photocopié l’intégralité du formulaire alors qu’on ne me demande que les pages 4 et suivantes (comprendre 4 et 5 ; à moins qu’il y ait là aussi un piège…)

Je terminerai en décriant cette menace des 8 jours. Soit je suis éligible à l’aide juridictionnelle en fonction de mes revenus, soit je ne le suis pas. Qu’est-ce que c’est que cette attitude de me dire que si je ne réponds pas sous 8 jours, je n’y ai plus le droit (alors que je pouvais faire la demande postérieurement). On a le droit qu’à une seule chance ?

À défaut que le maire de Savigny-sur-Orge qui me vaut ce pourvoi en cassation fasse découvrir grand chose à notre commune (par exemple les pistes cyclables qui sont dans le programme de maire, conseiller départemental, conseiller régional du nouveau député-maire de Savigny, Robin RÉDA), MEHLHORN me fait au moins découvrir les faiblesses de notre Justice.

Je sens que je n’en ai pas encore fini, parce que je m’attends à ce qu’ils me demandent un document officiel d’avis de non-imposition que Bercy ne peut pas me fournir avant août, le temps de vérifier les déclarations de ma micro-entreprise ! Et puis, ils vont vouloir des preuves de mes bénéfices non commerciaux, et là aussi, comment leur communiquer… Bon été !



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s