L’élection de La République en marche, une responsabilité partagée

Ouin, ouin, ouin, En marche prend toutes les places de députés à l’Assemblée, non sans ringardiser des gens qui ne savent faire que de la politique et qui vont devoir enfin se mettre à travailler. Mais à cause de qui La République en marche (LREM) parvient-elle ainsi à se développer ? Aux lâchetés collectives d’abord du centre, puis de la gauche et enfin de la droite. Et n’oublions pas que ce sont les primaires qui ont achevé le déclin.

Pour certains, MACRON est du centre ; pour d’autres, il est de gauche et il reste de gauche. Pour des tiers, il mène une politique de droite. Dans tous les cas, MACRON se situe à l’opposé des extrêmes, plutôt du côté des réformistes. Or, s’il a pu s’inscrire dans ce créneau si facilement, c’est justement parce que tous les pouvoirs en place jusqu’à présent lui ont préparé le terrain, en centrisant leur politique et dans le même temps, en ne menant pas les réformes promises.


Ce centre qui n’existait plus

D’un coté, nous avions l’UDI, parti satellite de LR, dont le principal combat depuis le départ de BORLOO est une guerre des chefs incessante entre MORIN et LAGARDE. Finalement, un parti de cadres qui veut juste des places. Et de l’autre, le MoDem de François BAYROU qui ne repose que sur la personnalité de son chef, décrédibilisé pour avoir soutenu la droite puis la gauche. MACRON est arrivé,a trouvé la place vide et s’est installé. MoDem et UDI ont d’ailleurs applaudi.


Cette gauche qui a trahi

Beaucoup crachent sur les frondeurs. Ce sont pourtant eux qui ont donné l’alerte d’une dérive d’un président et d’un gouvernement qui ne respectaient pas leurs engagements de campagne. Au final, cinq ans après, ça a été le pacte budgétaire européen (TSCG), le CICE, l’état d’urgence, la déchéance de nationalité, la loi EL-KHOMRI. Du coup, les 2/3 des électeurs sont partis à l’extrême-gauche (MÉLENCHON), et les cadres et militants réformistes sont partis vers MACRON.


Cette droite qui s’est montrée lâche

La droite s’est longtemps fourvoyée sur des questions économiques sur lesquelles tout son discours est inaudible pour une majorité de Français car trop austère. A contrario, elle a refusé de prendre des positions fermes et fortes sur des questions sociétales comme l’immigration de masse, ou le mariage pour tous, pour ne pas froisser son électorat centriste. À force donc de se tourner vers le centre, ses électeurs ont fini par franchir le Rubicon partisan et rejoint MACRON.


Le plus fort avec MACRON est qu’il a remis dans la tête des Français qu’il existe un clivage gauche / droite. Il me semble pourtant que les politiques de SARKOZY puis de HOLLANDE n’ont pas été très différentes, mis à part le nom qu’on leur donnait sur la réduction des dépenses publiques, sur l’Europe… Bref, tout le monde depuis vingt ans copie une politique centriste, et on ne comprendrait pas que les Français préfèrent l’original occupant le créneau du centre…



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s