Le militantisme à l’épreuve des personnes politiques

Comment peut-on encore garder foi dans la politique quand les personnes ou les partis que l’on soutient vous abandonnent aussi lâchement que ce qui se passe en 2017 ? Quand vous avez passé des heures à coller ou à afficher pour une personne ou un parti, et que celui va à l’encontre de tout ce pour quoi vous vous êtes battu… Alors soit vous vous taisez, et vous acceptez. Soit vous passez à autre chose, et en partie vous vous reniez…

Ce jeudi 18 mai 2017, j’avais à côté de moi, lors du conseil municipal de ma ville, un gang de papys râleurs, soutiens de la majorité. Ils passaient leur temps à critiquer l’opposition parce qu’elles s’abstenaient ou votaient contre les propositions de la majorité. Il aurait sûrement été bon de leur rappeler que la majorité de 2014 est l’opposition de 2012, et qu’elle se comportait comme cela. Mais dans leur aveuglement idéologique, ces personnes ne font pas les liens.

Est-ce alors à croire que le bon militant est un soumis ? Un idéologue ? Une machine ? Et dans ce cas là, où est la part d’humain dans la politique ? Où est l’Homme au cœur des décisions ? Pourquoi est-ce qu’on fait les choses ? Quel est le sens de notre engagement ? Paradoxalement, je connais plein de personnes qui ne savent pas où ça leur fait mal, et qui changent de partis très régulièrement. Leur engagement en est-il moins valable pour autant ? Je ne pense pas.

Tout cela nous renvoie à la question de savoir pourquoi nous faisons de la politique. Est-ce pour nous ? Pour nous sentir utile ? Pour nous donner de l’importance ? Pour nous faire bien voir de certaines personnes ? Pour imposer nos idées ? Ou est-ce pour les autres ? Pour leur rendre service ? Pour qu’ils puissent s’épanouir et vivre mieux ? Je pense que le problème actuel de la politique est qu’elle est devenue profondément égoïste : c’est ma gueule et mon clan.

Paradoxalement, il y a un phénomène de caste qui se met en place. On s’en fout plein la figure au moment du spectacle, et puis quand le rideau est baissé, on se reconnaît tous engagé, et bien meilleur que ceux qui ne font rien. Et là dedans, où sont les convictions qui font que certains passent d’un parti à l’autre, ou adoptent dans la majorité les travers qu’ils dénonçaient quand ils étaient dans l’opposition ? Mais moi, suis-je meilleur que ces gens que je dénonce ?



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s