Une pause avant de commencer la campagne des législatives

Il était 21 heures 49 ce jeudi 18 mai 2017 lorsque le Conseil municipal de Savigny-sur-Orge s’est prononcé favorablement à la vente de la Savinière. Les débats n’ont ni été très longs ni très riches. Dans le public, il n’y avait plus que 11 personnes… À l’aune de la campagne législative, j’ai besoin de faire une pause pour me rappeler pourquoi je fais de la politique. Je me retire trois jours à l’abbaye de la Pierre-qui-Vire dans le Morvan (Bourgogne).

Bien sûr, je n’ai pas décidé cela du jour au lendemain. Mais à l’heure actuelle, j’ai plutôt envie d’insulter les Saviniens et notamment les élus de la majorité. Et ce qui me chagrine vraiment est que je suis désormais un des rares à conserver de la colère face à une injustice que beaucoup semblent dorénavant accepter. Mais au delà du problème local de la Savinière, les Français se sont accoutumés à 5 millions de chômeurs, 4 millions de mal-logés et 9 millions de pauvres…

Déjà quand je vois que les Français ont élu MACRON, je me dis que je ne pourrais jamais les convaincre de la justesse de mon programme qui repose sur l’intelligence citoyenne et qui veut responsabiliser les Hommes pour mieux les libérer. Or en trop d’endroits, c’est la lâcheté, la soumission, la paresse intellectuelle qui dominent… Alors comment adapter le discours pour se faire comprendre de cette majorité de Français qui s’est fait avoir par un produit publicitaire ?

Voilà dix-sept mois que je prépare cette campagne législative. Mais c’est seulement maintenant que les choses sérieuses vont réellement commencer, à compter de ce lundi 22 mai. Il est clair que j’ai besoin de prendre du recul pour resituer mon action dans une vision. Quel meilleur endroit qu’une abbaye pour se retrouver face à soi-même ? Avec des heures de marche dans la forêt pour se vider la tête et répondre aux questions essentielles : quelles sont mes convictions ?

Rien qu’à relire cet article, je me trouve vachement névrosé, et je me dis que trois jours à la campagne ne pourront pas me faire de mal. Sûrement que je prends les choses trop à cœur, mais je n’imagine pas d’agir autrement. Au moins, j’essaie, mais même le fait d’essayer n’est pas beaucoup reconnu par les autres. Est-ce une raison pour arrêter ? Non, tant qu’on est bien certain qu’on agit valablement pour les autres, ce qui reste difficile quand c’est sans les autres…



Publicités

Une réflexion au sujet de « Une pause avant de commencer la campagne des législatives »

  1. Jean-Marie CORBIN

    « Alors comment adapter le discours pour se faire comprendre de cette majorité de Français qui s’est fait avoir par un produit publicitaire ? » => En tout cas pour la génération suivante, on peut hélas dire que c’est cuit. En effet, quand tu vois ces montagnes de hand-spinner s(4 roulements à bille montés 1 au centre et les autres sur 3 branches) qui se vendent aussi facilement que de la lessive Omo Macron, vous savez la nouvelle lessive (verte avec des Enzymes Hulot) celle qui va rincer vos économies, vos salaires, vos retraites, vos patrimoines et j’en oublie !

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s