Entre libéralisme et interventionnisme, le paradoxe français de la mondialisation

Lorsqu’on demande aux Français pourquoi ils ont voté MACRON à la présidentielle, la majorité répond d’abord que c’est pour donner du travail au plus grand nombre. Pourtant, lorsqu’on creuse la discussion sur le domaine de l’emploi, ils nous disent qu’ils attendent que cela vienne de l’État, soit par des mesures libérales soit par interventionnisme. Paradoxal lorsqu’on connaît le sort que la mondialisation réserve aux états !

Le deuxième tour était intéressant en cela que deux visions économiques radicalement différentes s’opposaient : une vision mondialisante (celle de MACRON) et une vision protectionniste (celle de LE PEN). Ce sont les mondialistes qui ont gagné, et qui sont de toute façon majoritaires en France. Sauf que si on va au bout de la logique de la mondialisation, il n’y a plus d’état à terme donc plus de possibilité de réguler le libéralisme par des mesures interventionnistes…

Alors certes, il existe des structures telles que l’OMC (Organisation mondiale du commerce), mais ce ne sont pas elles qui créent de l’emploi. Certains doux rêveurs pensent que l’Union européenne pourrait tenir ce rôle, mais même si certaines de ses décisions créent indirectement du travail, nous sommes encore très loin du compte… Car les états, lorsqu’ils interviennent sur le marché de l’emploi, s’inscrivent en obstacles, qui faussent le jeu naturel de l’économie.

La libéralisation, pour ne pas écrire la dérégulation de l’économie, suppose donc que les états ne créent plus d’emplois directs (dans la fonction publique) ou indirects (les emplois aidés qui sont en grosse partie pris en charge par l’État). Tout ce que l’État, d’un point de vue libéral, peut alors faire est de réduire sa pression fiscale sur les créateurs de richesse, ce qui pour autant ne créé pas forcément d’emplois, voire pas du tout comme nous l’a montré le CICE en France…

Les Français se montrent une fois de plus incohérents dans leur vote car ils souhaitent plus de mondialisation et plus de libéralisme, tout en espérant que l’État puisse continuer d’intervenir autant, voire plus qu’avant, à cause des crises ! Alors attention, un état libéral peut aussi être protecteur en certains aspects. Sauf que si les Français veulent préserver leur modèle social que tout le monde nous envie (mais que personne ne nous copie), ils doivent s’interroger…



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s