Les trois victoires du FN au second tour de l’élection présidentielle de 2017

Tandis que les ennuis commencent pour Emmanuel MACRON, désormais attendue sur ses promesses économiques et sa fameuse méthode de gouvernement différencié, c’est le Front national qui se frotte les mains, même s’il ne sera a priori pas le principal parti d’opposition au président élu. Dans tous les cas, il est le parti, qui à « droite » sort le moins cabossé de cette élection, même s’il fait semblant de se remettre en question.

Marine LE PEN qui commence son discours de remerciement en laissant entendre qu’il faut changer le nom du FN… Tant qu’à faire, il serait plus utile qu’elle change son nom et qu’elle prenne celui de son mari. Le père et la nièce qui interviennent pour critiquer la décision. Un coup, c’est pour tout de suite. Un autre, c’est pour après les législatives. Y a pas à dire, ils sont forts pour multiplier les courants et les lignes et que chacun trouve dans ce parti ce qu’il veut.


1ère victoire : 1/3 des voix – 10,6 millions d’électeurs

Il y a encore un plafond de verre qui est incontestable, mais qui petit à petit s’effrite et recule. En 2002, Jean-Marie LE PEN a rencontré un plafond de verre à 4,6 millions de voix. En 2015, aux régionales, le FN a rencontré un plafond de verre à 7 millions de voix. Aujourd’hui, ce plafond est à 10,6 millions d’électeurs et signifie qu’une personne sur trois croisée dans la rue a voté FN ! Peut-être que dans quinze ans, mais le FN, passé de 17 à 34 %, peut l’emporter un jour !


2e victoire : la banalisation du FN

Le FN est au second tour de la présidentielle. Ah oui, on s’y attendait ! On est même déçu parce qu’on pensait qu’il serait en tête et qu’on pourrait encore plus jouer sur l’appel à la terreur. On ne va pas trop faire de concert parce que c’est le risque de perdre un client sur trois. On ne va pas trop manifester parce qu’on se réserve pour l’après, et puis que c’est fatiguant… En quinze ans, la diabolisation du FN n’a amené qu’au doublement des voix du FN qui continue de grossir.


3e victoire : la fin du Front républicain

En 2002, Jean-Marie LE PEN n’avait pas progressé entre le premier et le second tour (il avait juste récupéré les voix de Bruno MÉGRET, autre candidat d’extrême-droite). En 2017, non seulement, il y a eu un accord de gouvernement avec Nicolas DUPONT-AIGNAN, mais des appels au vote d’élus LR, mais surtout un report non négligeable de votes MÉLENCHON. Les électeurs ont surtout compris que la République n’était pas forcément plus du côté de celui qui n’est pas FN.


La vraie victoire du FN est idéologique. Personne n’ose plus s’aventurer sur le terrain des idées qu’il défend ni contester son diagnostic des « oubliés de la mondialisation ». Les Français, en revanche, préfèrent la fuite en avant du libéralisme économique, jusqu’à ce qu’il y ait réellement trop d’oubliés. À défaut que Marine LE PEN ait dédiabolisé le FN, c’est ce qu’on appellera le « Système » qui n’arrive plus à diaboliser ce parti, et c’est ça, le fait nouveau en 2017.



Publicités

Une réflexion au sujet de « Les trois victoires du FN au second tour de l’élection présidentielle de 2017 »

  1. Jean-Marie CORBIN

    Au FN : le changement de nom est décidé. Je le sais de source sûre. Est-ce-que ce « rebranding » va réussir ? La mutation RPR vers UMP a fonctionné mais la mutation UMP vers LR n’a pas eu d’impact positif. Les détracteurs du FN continueront droits dans leurs bottes comme avant, d’associer le nouveau parti au nazisme et au fascisme d’autrefois, des doctrines dont l’acte de décès remonte à plus de 70 ans, avec des populations bien différentes de celles d’aujourd’hui. Mais, tant que ça fonctionne, pourquoi s’en priver quand on est prêt à tout pour garder le pouvoir ?

    Citation extraite d’un article du Point (http://www.lepoint.fr/presidentielle/front-national-gueule-de-bois-et-reglements-de-comptes-au-chalet-du-lac-08-05-2017-2125610_3121.php) « La déception est à la mesure des espoirs. Cette fois, tous les voyants étaient au vert pour Marine Le Pen : l’élection de Donald Trump, le Brexit, un président français qui bat des records d’impopularité, une droite affaiblie par les affaires, un chômage qui ne baisse pas… Pourtant, malgré ce contexte favorable, la candidate a échoué à simplement faire jeu égal avec son adversaire. » => Le contexte était favorable, il ne le sera plus jamais.

    Explication : Le bloggueur vidéo Aldo Sterone d’origine algérienne vivant à Londres fait régulièrement part de son point de vue c’est à dire celle d’un quidam d’origine arabo-mulsulmane (je ne crois pas qu’il s’agisse d’un faux bloggueur). Selon lui et je partage son analyse, à vouloir mettre à l’index l’immigration, comme on peut le constater sur la 4ème page de la profession de foi de MLP pour le 2nd tour, il pense que le FN s’est privé d’une ressource électorale importante celle des français issu de l’immigration. Il est naïf de croire que les populations dite souche française (j’hésite à utiliser ce terme tant il est clivant) et celles issues de l’immigration aient le même profil démographique. Celles issues de l’immigration augmentent donc plus vite, c’est lié à l’héritage culturel des pays d’origine où la natalité y est souvent très forte. La fenêtre de tir 2017 pour le FN avec sa configuration actuelle pourrait bien avoir été la dernière. Ils le savent. Reste à voir quelles mesures, ils vont prendre.

    Pour les législatives de la 7ème circonscription, vu les résultats électoraux des présidentielles, le FN n’est pas spécialement serein. Audrey Guibert pense que la candidature d’Olivier Vagneux va lui siphonner des suffrages, diminuant ses chances d’une présence au second tour. Pas si évident, car on ne s’adresse pas forcément aux mêmes personnes. Je pense qu’Olivier préfère en premier lieu convaincre les électeurs déçus de LR, de l’engourdissement paresseux de ses cadres où toute remise en question profonde reste pour le moment inabordable. De toute façon, avec ou sans le candidat aux législatives Olivier Vagneux, comme empêcheur de tourner en rond, Robin Reda aura bien du mal avec cette élection, alors que cela semblait encore plié d’avance au tout début de cette année 2017.

    Le FN suppose que Macron sera impopulaire au point de déclencher une grève générale dès septembre 2017. Optimisme qui me semble excessif quand on voit le niveau de soumission des électeurs. En effet, les médias et les apparatchiks leur signifient de ne pas voter FN, obéissants, ils s’en sont abstenus en majorité même si cela s’érode d’années en années. Concernant une prochaine grève générale, avec le cas récent de la loi El-Kohmri, la méthode du passage en force a encore prouvé son efficacité et je pense même que nous allons être gâtés par « En Marche ! » dès cet été 2017.

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s