Sur l’illogisme de ne faire communier les baptisés de Pâques qu’après la confirmation

Dans le diocèse d’Évry, les baptisés de Pâques doivent attendre leur confirmation pour pouvoir communier de manière à respecter un certain ordre de l’initiation chrétienne (en réalité, pour donner du sens à leur confirmation qui n’en trouve pas autrement, reçu seulement cinquante jours après le baptême). Pourtant, cette manière de faire essentiellement politique (se démarquer des pratiques des autres diocèses) n’est pas logique…

Il est déplorable que la liturgie ne se soit pas adaptée au concile Vatican II et qu’elle continue de de dire au baptême, et de le rappeler lourdement aux obsèques, que c’est ce sacrement qui fait de nous des « enfants de Dieu ». Ben non, l’humanité entière est créature divine et le fait de ne pas avoir reçu les sacrements chrétiens ne prive pas de cette dignité. Là encore, on joue sur une nuance du « pleinement »  du fait de la pleine-conscience dans laquelle est donné le sacrement.


Plaidoyer pour la chrismation ?

Si on voulait être cohérent, on donnerait les trois sacrements de l’initiation ensemble, ce qui s’appelle la chrismation lorsque c’est dans la même célébration. Mais voilà l’évêque n’aurait pas son rôle à jouer à la Pentecôte, et on perdrait aussi la richesse des trois sacrements. En réalité, parce qu’il existe l’unité du temps pascal (de Pâques à la Pentecôte), c’est comme si ces trois sacrements étaient reçus dans le même temps, mais avec cinquante jours d’écart quand même…


Qu’est-ce qu’un baptême sans communion sacramentelle ?

Ne serait-ce pas là une vengeance de la part d’anciens enfants frustrés de n’avoir pu communier qu’à « l’âge de raison » ? Mais pour autant qu’un bébé n’a pas les facultés de participer à la pleine communion de l’Église, l’adulte baptisé à Pâques le pourrait, mais non ! Donc il est chrétien, mais pas tout à fait, parce qu’il ne peut pas communier. Il peut participer à la liturgie eucharistique mais il ne peut pas faire corps donc prendre sa place dans l’Église. Étonnant…


Que confirmer après cinquante jours ?

La confirmation a été instituée pour que des personnes en âge de raison professent leur propre foi, et non pas celle des parents qui ont demandé pour elles le baptême. Donc lors de son baptême, l’adulte dit déjà sa foi. Alors en admettant que cinquante jours représente une expérience de vie dans l’Église, il faudrait logiquement rajouter un quatrième sacrement entre les deux : la réconciliation. Car la foi prend et trouve son sens dans l’Amour de Dieu qui pardonne le péché.


Je terminerai sur ce scandale que les sacrements de l’initiation font l’objet d’une formation particulièrement lourde, et qu’à la fin, l’Église ne demande aucun don, tandis que le mariage est donné très largement à des personnes qui veulent juste faire la fête avec une belle robe blanche, pourvues qu’elles donnent entre 300 et 500 €, si possible 1/10e des frais de leur mariage. Mais évidemment, on ne marierait plus grand monde si on discernait la foi des mariés…



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s