Et pourquoi les catholiques devraient-ils voter pour le moins pire ?

À une semaine du premier tour de la présidentielle, j’hésite toujours dans mon choix de vote. Parmi les catholiques à qui j’en parle, beaucoup me conseillent de voter pour le « moins pire ». C’est également la conclusion à laquelle arrivait l’évêque d’Évry lors d’une de ses récentes conférences sur le vote. Pourtant, construi(rai)t-on le Royaume de Dieu par la négative, de la manière la moins pire possible ? Non, alors pourquoi en politique ?

Assez longtemps, et par rejet de la République, les catholiques se sont abstenus, ce qui évitait de se poser cette question du choix. Une position aujourd’hui contredite par les paragraphes 2239 et 2240 du catéchisme de l’Église catholique qui précisent que « La soumission aux autorités légitimes et le service du bien commun exigent des citoyens qu’ils accomplissent leur rôle dans la vie de la communauté politique » et cite « l’exercice du droit de vote » comme exigence morale.


Le risque de la compromission au nom du compromis

Au moins 21 % des catholiques pratiquants auraient voté pour HOLLANDE en 2012 certainement pour obtenir plus de justice sociale que ce que la droite en promettait ou en avait fait pendant cinq (quinze) ans. Je ne sais pas s’ils ont été satisfaits de ce côté là ; en attendant, c’est en partie à cause d’eux que le mariage pour tous, entre autres lois sociétales, ont pu être votées sous ce quinquennat. En votant pour le moins pire, on vote quand même pour un pire…


Deux visions ; deux pensées ; deux générations

Pour certains, le moins pire limitera les dégâts. Aussi faut-il absolument le faire élire. Pour d’autres, notamment pour moi, nous ne critiquons pas un pouvoir pour en retrouver les mêmes travers avec une autre couleur politique. Aussi n’avons-nous pas envie de voter pour le moins pire, et nous espérons qu’en faisant cela, les candidats ou ceux qui les présentent vont privilégier des personnes honnêtes pour appliquer un programme consensuel, a minima dialogué.


La moins pire des solutions : le vote blanc ?

Winston CHURCHILL ne disait-il pas que « la démocratie est le moins pire des régimes après tous les autres » ? Le vote blanc sera a priori personnellement mon choix, d’où ma subjectivité à l’écriture de cet article. Il permet de participer à l’élection sans favoriser tel ou tel ; donc ainsi de voter pour ses convictions tout en affirmant qu’elles ne sont pas représentées. Et si le pire est élu parce qu’on n’a pas voté pour le moins pire, nous résisterons dans un combat de long terme.


Dans mon cas, et malgré tous les points de recoupements qui existent avec certains programmes, je bloque sur les personnes à qui je ne fais pas confiance. Parce que chrétien, je veux en politique de l’honnêteté, de la moralité, de la sincérité, de la cohérence… Je refuse de voter pour le moins pire et j’attends d’une personne politique qu’elle créé les conditions du rassemblement autour de sa personne et de ses idées, comme le chrétien DE GAULLE avait su faire !



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s