À quoi joue le bienpensant Thierry ARDISSON avec Yassine BELATTAR dans Salut les terriens ?

Thierry ARDISSON n’arrive pas à se détacher du médiatiquement correct. Bienpensant parce qu’il critique un peu, mais pas trop non plus. Ou qu’il essaie de se rattraper et de dire un truc gentil dès qu’il a dit quelque chose de méchant. C’est mal de faire des attentats au nom de l’islam, mais ça serait encore plus mal de s’interroger sur la raison pour laquelle les autres croyants ne vont pas autant tuer au nom de leur foi… Au final, ARDISSON fait parler des musulmans mais ne parle jamais de l’islam.


Thierry ARDISSON invitait ce samedi 18 mars 2017 l’humoriste et animateur Yassine BELATTAR dans son émission. J’ignorais totalement qui était cette personne avant ce moment gênant de télé. J’ai un peu de mal à comprendre à quoi joue Thierry ARDISSON qui tantôt se montre islamophobe (peur des attentats commis au nom de l’islam), tantôt se fait islamophile (défense de Black M pour justifier l’emploi du mot kouffar par exemple)…


La séquence débute par un édito de Stéphane BLAKOWSKI qui montre que le principe de laïcité a été détourné par le FN de manière à attaquer l’islam sous un angle religieux plutôt que sous celui d’un racisme envers les personnes d’origine arabe. Il conclut en montrant que plusieurs intellectuels qui ont critiqué l’islam ou les musulmans se sont retrouvés taxés d’islamophobie.

Thierry ARDISSION commence en indiquant qu’il a invité Yassine BELATTAR parce que celui-ci a écrit après l’émission de la semaine dernière, et le débat intitulé : « islamisme, avons-nous été bisounours ? », que Thierry ARDISSON avait une chemise brune, bref qu’il était un nazi. Eh ben dis donc, c’est comme ça qu’on se fait inviter chez ARDISSON ? En l’insultant ?



ARDISSON commence ce débat sur le thème « Peut-on critiquer l’islam ? » par dire qu’il a peur des islamistes.

BELATTAR répond que lui aussi, mais qu’en gros, il ne faut pas parler de ces sujets parce que le Front national fait des scores très importants.

« Notre rôle avec un Front national là où il est, c’est aussi d’être pédagogue plus que metteur en scène. Donc à partir du moment, le problème ce sont pas les animateurs, c’est comment les animateurs donnent la parole à des gens qui ont capté, renforcé voire démocratiser une parole qui a des conséquences dans la vie de tous les jours. »

Et si c’était à cause des attentats provoqués au nom de l’islam que le Front national faisait des scores aussi importants ?


Puis vient le thème de l’intégration. Pour BELATTAR, le mot « intégration est obsolète parce que vous parlez à une génération de Français à part entière ». Donc pour BELATTAR, on est Français parce qu’on est né en France.

J’ai la faiblesse de penser que cela ne suffit pas, et qu’un Français qui tue d’autres Français n’est pas vraiment Français…


BELATTAR continue plus tard : « vous ne pouvez pas nier qu’il n’y a pas de modération dans une religion. »

Ben qu’est-ce que tu attends alors pour appliquer les versets du sabre, et te mettre à assassiner des infidèles comme il est écrit dans ces versets ? Par exemple le verset 5 de la sourate 9 :

Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salat et acquittent la Zakat, alors laissez-leur la voie libre, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux.

Mais on va m’expliquer qu’il y a des versets contradictoires, ou que c’est sorti du contexte, ou que c’est mal traduit de l’arabe… On peut alors tenter d’autres versets.


On a ensuite le droit à : « les premiers otages des islamistes, ce sont les musulmans eux-mêmes ».

Ben ouais, mais qu’est-ce qu’ils attendent pour condamner. Je n’en vois qu’une minorité qui condamne vraiment, et les autres s’y refusent parce qu’expliquer, ce serait justifier… Pas d’amalgame sinon c’est dire qu’on se sent complice… Faut assumer à un moment et dire clairement son camp…


Et ARDISSON qui redevient bienpensant de rajouter « les premières victimes des islamistes, ce sont les musulmans. »

Au Moyen et au Proche-Orient oui ; pas en France, il suffit de lire le nom des victimes des attentats.

BELATTAR reprend : « En France, les musulmans sont otages d’une réputation. »

La faute à qui ? Ou à quoi ?


Pascal BRUCKNER intervient alors pour reprocher à ceux qui n’acceptent pas la critique de l’islam de renvoyer à leurs contradicteurs qu’ils sont d’extrême-droite. Il explique ensuite l’origine du terme islamo-gauchisme pour montrer qu’il ne peut pas être comparé au judéo-bolchévisme.


Yassine BELLATAR tente alors de discréditer son débatteur en parlant de son livre. Il dénonce la couverture de son livre. Il dit que les 7 millions de musulmans en France (je suis plutôt sur des chiffres à entre 5 et 6) ne sont pas comme cela.


BELATTAR essaie ensuite de nous expliquer qu’il existe un schisme entre certains qui considèrent le fait d’être musulman comme une nationalité et les autres.

C’est quand même un recul historique majeur que la religion reprenne le pas sur la nationalité ! Mais on ne pourra pas dire qu’on ne savait pas, vu que c’est publiquement avoué.


BELATTAR reproche alors à ARDISSON d’être un soixante-huitard ; donc être passé de l’interdiction d’interdire au fait de vouloir interdire certaines choses comme ce qui ne plait pas de l’islam.

C’est vrai qu’il y a un paradoxe de la part de ceux qui voulaient qu’on puisse tout critiquer mais qui ne veulent pas être critiqué à leur tour…

ARDISSON réplique : « Je veux pouvoir critiquer l’islam comme je critique la religion catholique sans passer pour un nazi. »

Quelle est la critique de l’islam formulé par ARDISSON dans cette émission ?


ARDISSON se justifie ensuite de recevoir certains invités polémiques, de nouveau avec une bienpensance qui m’insupporte :

« Je reçois tout le monde depuis trente-cinq ans sur mes plateaux, le seul que je ne reçois plus, c’est DIEUDONNÉ, parce que je ne peux pas supporter les propos antisémites. Et pourquoi je ne peux pas supporter les propos antisémites, parce que la France s’est très mal comporté pendant la guerre. Elle a envoyé des gens qui avaient combattu en 14-18 dans les rangs de l’armée française, elle les a envoyés à Auschwitz. C’est une tache… »

Je ne crois pas que DIEUDONNÉ ait le monopole de l’antisémitisme en France. Inviterait-il plus Alain SORAL ?

Quant à la manière de dire que la France a déporté et collaboré à l’extermination de 76 000 Français juifs, je ne pense pas qu’on puisse faire d’échelles des souffrances et de dire que c’est plus une tache parce que certains avaient combattu dans l’armée française…


BELATTAR s’essaie alors de comparer cette fameuse tache à l’esclavage, et à ce qu’on fait aux musulmans « qui se mangent des croix gammées sur les mosquées ».

Les églises, les synagogues et les cimetières aussi sont couvertes de croix gammées. Sauf que déjà on n’en parle pas, et qu’en plus, il n’y a pas de volonté de représailles comme il peut y avoir dans les actes de haine contre les musulmans ou l’islam.


Le débat interroge ensuite sur ce qu’est l’islamophobie.

BELATTAR dit : « Quand un acte vise un musulman, ça porte bien un nom, c’est de l’islamophobie. »

Non, c’est de la haine ; c’est une mauvaise compréhension de la sémantique du mot. Sauf en cas de légitime défense (et encore), personne ne tue parce qu’il a peur…


Pascal BRUCKNER rappelle qu’il n’y a pas de pendant avec le christianisme. Mais qu’on a dévalué le racisme à force de le mettre à toutes les sauces.

BELATTAR se demande alors si on peut être Français et musulman.

ARDISSON répond que oui mais que ça doit permettre de critiquer l’islam parce que :  « La France, c’est le pays de Voltaire, on critique tout, c’est ce qui fait notre force. »


BELATTAR revient à la charge avec des exemples hors-sujets :

  • Les Français musulmans se communautarisent parce que les Français n’aiment pas le footballeur Karim BENZEMA.

Si ce dernier n’a pas été sélectionné à l’Euro 2016, c’est juste parce qu’il est trop irrégulier en équipe de France… Avoir l’agent de ZIDANE ne signifie pas qu’on est le nouveau ZIDANE…

  • Sur les plateaux de télé, on serait passé de banlieusard à musulman.

Et après ?

  • Il cherche ensuite à discréditer l’invité de la semaine dernière Amine EL KHATMI : « on lui a retiré ses délégations parce qu’il n’est pas au mieux de sa forme » 

Non, c’est parce qu’il a craché sur la gueule du PS qu’il a accusé de soutenir les communautarismes.

  • « Je trouve que les menaces sont toujours disproportionnées ».

La question est : Peut-on tolérer des menaces en République ?


Le débat dérive sur le reportage de France 2 dans un café de Sevran, qu’un reportage de deux minutes présentait comme « interdit aux femmes ».

Quand bien même il serait bidonné, cela n’empêche pas qu’il y a un homme qui a accepté de dire face caméra qu’on n’était pas au bled donc que le café est interdit aux femmes. Peut-être un acteur qui a bien joué son rôle ?

BELATTAR parle donc de la contre-enquête du Bondy Blog.

ARDISSON s’enflamme à l’instant où il entend parler du Bondy Blog et s’en prend à Pascale CLARK qui se rend complice des tweets antisémites, racistes et faisant l’apologie du terrorisme.

BELATTAR fait alors une fausse-comparaison avec Laurent BAFFIE sur le fait qu’on a tendance à défendre ses amis.

Ouais mais BAFFIE, il n’est pas sérieux dans ses vannes, c’est son métier !


Vient alors le fameux reproche de BELATTAR qu’on « essentialise » l’islam au terrorisme ou les musulmans à des terroristes. (on stigmatise à une seule caractéristique)


La battle des idées s’achève sur une réflexion par rapport à une proposition de loi au Canada qui vise à interdire toute critique de l’islam.

On ne peut pas comparer : il y a 940 000 musulmans au Canada sur 35 millions de personnes soit 2,8 % de la population !

BELATTAR lâche alors : « le problème n’est pas l’islam, le problème, ce sont les musulmans. »

Le propos est contradictoire avec ce qui a été dit au début. Si les musulmans qui donc ne peuvent pas être modérés appliquent la religion de l’islam, alors la source du problème que représente certains musulmans s’appelle l’islam. Or, BELATTAR a commencé en nous disant que les terroristes n’étaient pas des musulmans, donc qui sont ces musulmans qui posent problème ?


Il en rajoute lourdement une couche : « Depuis le 11 septembre, on peut dire qu’un commercial a plutôt mal fait son job, il s’appelle OUSSAMA BEN LADEN »

Je suis gêné par cette phrase, à la limite du relativisme des attentats du 11 septembre.


BELATTAR enchaîne avec un propos toujours aussi illogique et incompréhensible :

« Ça fait aujourd’hui quinze ans qu’il y a un problème, mais le problème de la France, c’est que ça fait aujourd’hui trente ans qu’on repousse ce problème. Parce qu’on parle de la banlieue, on parle des territoires perdus de la République. Venez, on prend une voiture vous et moi, c’est à 25 minutes, Aulnay. À Aulnay, c’est là où un noir se prend une matraque. Donc la réalité aujourd’hui, c’est que cette accumulation de petites blessures peut créer des monstres »

Résumer Aulnay au lieu de l’affaire Théo, c’est de l’essentialisation… Mais certains ont le droit d’essentialiser et pas d’autres…


Le mot de la fin est laissé à Pascal BRUCKNER qui dit une énorme bêtise faisant le jeu des islamistes.

« Aujourd’hui aider l’islam, c’est aider tous les réformateurs, tous les sceptiques, tous les esprits éclairés, Kamel DAOUD et d’autres qui veulent adapter cette grande religion à la modernité et non pas s’enfermer dans un raidissement. »

Bien sûr, les islamistes dénoncent l’indifférence religieuse de l’Occident, dont ils se servent pour justifier leur combat. Mais en aidant les croyants musulmans à réformer leur religion, on discrédite tous leurs efforts qui sont vus comme une intervention étrangère visant à les pervertir…

Thierry ARDISSON remercie enfin son invité : « Vous êtes courageux »



Publicités

2 réflexions au sujet de « À quoi joue le bienpensant Thierry ARDISSON avec Yassine BELATTAR dans Salut les terriens ? »

  1. Jean-Marie CORBIN

    Je ne sais pas comment ton esprit arrive à résister et à être intact en regardant de telles saletés télévisuelles. Je n’ai pas la télé, j’en suis fier et je me sens tellement LIBRE !

    Répondre
    1. Vagneux Olivier Auteur de l’article

      Traître. C’est à cause de gens comme toi qu’on ne peut pas mettre de redevance à tous ceux qui passent leurs 4 heures 30 de télé quotidienne à visionner des replays.

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s