Sur le mystère pascal (ou mystère de Pâques)

Texte d’une intervention au catéchuménat sur le thème du Mystère pascal

Dans le vocabulaire chrétien, un mystère est une recherche de toute une vie qui n’aboutit jamais. Mais qui permet de faire des découvertes, tout en nous découvrant nous-même.

Au centre de la vie chrétienne, il y a le mystère de Pâques et plus précisément le mystère de la Résurrection du Christ. Jésus était mort et il est revenu à la vie parce que Dieu nous aime tellement qu’il veut nous permettre de vivre éternellement.

Être chrétien, c’est croire au mystère de Pâques que saint Paul résume de la manière suivante : « Le Christ est mort pour nos péchés conformément aux Écritures ; et il a été mis au tombeau ; il est ressuscité le troisième jour, conformément aux Écritures. » (1 Co 15, 3-4)

Croire au mystère de Pâques, c’est donc croire que nous pouvons ressusciter, comme le Christ qui a été ressuscité par son Père. C’est nous mettre dans une dynamique d’anticipation de notre Résurrection et commencer, par exemple, dès maintenant à renoncer au péché. Parce que la Vie est plus forte que la mort, que le Bien est plus fort que le mal et que l’Homme est plus fort que son péché.

Pâques signifie passage en hébreu. Le mystère de Pâques est un passage. D’un état à un autre. De la mort à la vie. De la servitude (de l’esclavage) à la liberté. D’un ancien monde à un monde nouveau. D’un Homme qui se cherche à un Homme qui se convertit.

L’Église nous invite à vivre ou revivre des temps de passage comme la fête de Pâques chaque année, ou les sacrements chrétiens, à commencer par le baptême, sans oublier l’eucharistie qu’on renouvelle chaque fois qu’on va à la messe.

Le mystère de Pâques, donc la Résurrection, est offert à tous les Hommes, y compris à ceux qui ne sont pas chrétiens. En effet, l’Esprit saint souffle sur toute l’humanité qui a la liberté de l’écouter.

L’Église dit que le mystère pascal est au cœur de l’expérience chrétienne. Cette expérience est d’abord la rencontre d’une personne : le Christ, qui nous invite à rencontrer d’autres personnes : nos frères.

L’Église exprime aussi que le mystère de Pâques est au centre de son expérience de foi, de son message et de son témoignage. Également qu’il est au cœur de l’initiation des chrétiens, d’où son importance d’en parler au catéchuménat.

L’Église affirme encore que c’est la liturgie (les rites) qui permet de découvrir le mystère de Pâques.

Que le mystère de Pâques édifie l’identité chrétienne, parce qu’il donne son sens au baptême (baptisé dans la mort et la Résurrection du Christ).

Que le mystère pascal accomplit le don de Dieu parce qu’il nous permet de nous épanouir dans un itinéraire de foi et de vie. L’Église précise que « Sur ce chemin se produisent des avancées et des reculs, des arrêts et des recommencements, des traversées du désert et des pas en avant ». Nous n’avons donc pas à avoir honte de nos parcours et nous sommes tous légitimes à être là au catéchuménat.

Que le mystère de Pâques renouvelle profondément notre regard sur la vie. Qu’il nous permet d’expérimenter, de créer, de trouver la force d’être plus fort que nos tentations ; de nous convertir, et particulièrement en ce temps de Carême.

Enfin, que le mystère pascal nous introduit dans une vie de partage, à l’image de ce que Dieu (notamment par Jésus) partage avec nous. Cette vie avec les autres, y compris avec ceux qui ne sont pas chrétiens, est la meilleure réponse que nous pouvons apporter en remerciement de ce que Dieu nous permet de vivre.



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s