Vos questions : Pourquoi Olivier VAGNEUX ne se reconvertit-il pas dans le droit ?

Si vous ne trouvez pas plus de débouchés dans le journalisme, pourquoi vous ne feriez pas du droit, avec toute l’expérience de vos recours ?

Je vous remercie de vous soucier de ma carrière professionnelle. Effectivement, mes piges de journalisme ne me rapportent actuellement qu’environ 150 euros par mois ; le reste de mes revenus dépendant d’autres activités professionnelles comme le soutien scolaire, l’aide aux devoirs ou l’initiation à l’informatique.

J’aime le journalisme, et je n’envisage pas de reconversion professionnelle avant au moins 2020 si mon activité ne décollait pas. Regardons cependant que je ne suis sorti de l’école qu’en 2015, et qu’en 2017, j’ai au moins ma micro-entreprise et quelques piges. Donc tout n’est pas désespéré même si je voudrais avoir plus. Et en même temps, j’ai plein de temps de libre !

Entre nous, ça me ferait mal d’avoir perdu trois ans de ma vie et payé 21 000 euros pour une école de journalisme si au final, je devais renoncer à ce métier qui reste une passion. Mais je n’échappe pas à la crise de la presse, et j’ai en plus le problème de mes convictions ou opinions politiques et religieuses. Je déteste en plus tout ce qui est corporatisme.

Aujourd’hui, je fais du droit par obligation et non pas par plaisir. J’en fais pour défendre mes intérêts ou ceux d’autres personnes qui ne peuvent pas se défendre seules. Et ne nous le cachons pas, je ne suis pas très bon parce que ce n’est pas mon domaine de compétence. Les recours sont une chose ; la plupart des avocats qui en font vraiment sont très mal payés.

À 25 ans, je n’ai pas envie de me réengager pour cinq années de droit, ne pouvant pas faire valoir d’équivalence. De toute façon, il n’y a pas plus de places dans le droit que dans le journalisme. Comme les autres métiers valorisants sous la IIIème République, ce sont aujourd’hui ceux dans lesquels on travaille dur pour peu de résultats…

Alors ça me ferait un diplôme supplémentaire, certes. Mais aujourd’hui, les recruteurs préfèrent soit l’excellence que je n’aurais jamais car je n’arrive pas à apprendre les langues, soit des personnes qui ne cumulent pas trop de diplômes pour ne pas avoir à trop les payer, plutôt pour ne pas qu’elles réfléchissent trop sur le travail qu’on leur demande.

En plus, j’ai toujours eu de sales notes en droit, pour la raison principale que cette matière nécessite de penser en deux parties et deux sous-parties, quand en Histoire, j’ai appris à réfléchir en trois parties et trois sous-parties. Alors je n’ai vraiment pas envie de me bousiller le moral à courir pendant au moins cinq ans derrière un 10 de moyenne…



Publicités

Une réflexion au sujet de « Vos questions : Pourquoi Olivier VAGNEUX ne se reconvertit-il pas dans le droit ? »

  1. Jean-Marie CORBIN

    J’ai eu brillamment mon DUT d’électronique en 1988, 29 ans après, combien de temps cumulé crois-tu que j’ai fait appel pleinement à mes connaissances d’électronicien ? 4 mois, fin 1988, début 1989 et encore ce n’était que pour réparer des TV et des magnétoscopes au SAV chez BUT à Quincy\Sénart (aujourd’hui fermé). Avoir un travail intéressant, c’est soit par un coup de chance inouï ou bien de bénéficier d’un piston de moteur de paquebot. N’est pas Mazarine Pingeot qui veut … (c’est un exemple parmi tant d’autres)

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s