Peut-on déradicaliser les djihadistes ? Regards sur la dénazification

Vous rappelez-vous du tôlé qu’avait provoqué l’idée d’installer un centre pilote de déradicalisation à Beaumont-en-Véron (Indre-et-Loire) pour prévenir et lutter contre le djihadisme ? Ce centre de 30 places est désormais vide. Il n’aura accueilli au maximum qu’une dizaine de personnes dont un qui s’est encore plus radicalisé là-bas, et un autre qui a été interpellé lors d’une permission de sortie parce qu’il tentait de partir en Syrie.

Les élus le reconnaissent eux-mêmes comme la sénatrice Esther BENABASSA qui préside la mission d’information sur la déradicalisation au Sénat ou le député Laurent BAUMEL, lui-même député d’Indre-et-Loire. Pour eux, c’est à cause du « désordre », de « couacs » et de manque d’accompagnement dans la réinsertion professionnelle. Alors pourquoi n’arrive-t-on pas à déradicaliser nos djihadistes ; comment a-t-on procédé pour la dénazification de l’Allemagne ?


Pourquoi comparer le djihadisme en France à la nazification en Allemagne ?

Avez-vous lu cette étude de l’institut Montaigne, confirmée depuis par d’autres, qui dit que un million de Français musulmans se refusent de condamner les attentats islamistes (très certainement au nom du pas d’amalgame mais je n’y crois pas) ? Le djihadisme a atteint le cœur de la France en cela que les Français sont résignés face au djihadisme. Pourvu simplement que je ne sois pas des victimes du prochain attentat ? Mais laïcité oblige, je ne fais rien de plus…


Le nazisme en Allemagne

Toute la société allemande a commencé à s’imprégner du nazisme à partir de 1933 et jusqu’en 1945 soit douze ans de propagande de masse s’attaquant notamment aux enfants dès leur naissance. Et pourtant les Allemands, encore plus les jeunes, ont très vite oublié HITLER et ses idées auxquels jusqu’à 43 % d’entre eux avaient adhéré par le vote, jusqu’à l’idée de revanche militaire (qui pourrait être aujourd’hui une revanche économique comme celle du Japon ?) !


Sur la dénazification

Préparée depuis 1942 par des gens qui connaissaient le nazisme, elle comportait deux volets : un volet punitif et un volet préventif. Mais elle fut d’abord un gros bordel assez bien raconté sur Wikipédia de la part des puissances étrangères occupantes qui croyaient savoir, mais ont été nécessaires pour la mise en place du volet répressif. Ensuite, elle a nécessité un renouvellement massif des administrations, des professeurs, des juristes, des journalistes, des sportifs…

Les Procès de Nuremberg, largement médiatisés, ont permis plusieurs condamnations à mort, y compris certaines symboliques pour marquer les esprits, plusieurs centaines de milliers d’Allemands ont fait de la prison dès lors qu’ils avaient participé activement au nazisme, les partis néo-nazis ou liés au nazisme ont été systématiquement interdits, les lois ont été durcies en Allemagne et chez ses voisins contre le négationnisme, le révisionnisme ou l’apologie du nazisme….


Sur ce qu’on pourrait faire en France en s’inspirant de la dénazification

  • Commencer par théoriser la déradicalisation par des gens qui connaissent les islams et les phénomènes de radicalisation. Je pense à Gilles KEPEL, et dans d’autres proportions à Dounia BOUAZAR, même si je suis de plus en plus critique envers son action. Commencer donc par réunir des intellectuels qui partagent une vision au lieu d’innover
  • Mettre en place un volet punitif en faisant juger les terroristes par des tribunaux militaires puisqu’il se réclament comme tels
  • Emprisonner les djihadistes dans des prisons militaires. Emprisonner les plus radicalisés de manière préventive avec des personnels pénitentiaires formés et des services dédiés. Cela nécessitera de créer de nouvelles prisons à part
  • Condamner à mort et pour l’exemple les terroristes ayant participé à une entreprise terroriste (la Justice décidera du degré de participation)
  • Renouveler les sachants de l’islam radical qui enfilent les perles, notamment dans le corps professoral et médiatique, et les écarter selon leurs propos
  • Former une certaine administration à l’islam radical et aux islams
  • Créer plus de juridictions d’exception pour combattre l’expression d’un soutien au djihadisme
  • Durcir la Loi envers ceux qui ne condamnent pas le terrorisme, donc l’approuvent !

Pourquoi des gens en arrivent à se radicaliser ?

En France, un résident devrait se sentir Français si la République comble ses besoins sociaux (lui permet d’avoir un logement, d’avoir un emploi, d’avoir des transports). De là, un peu facile d’écrire que celui qui n’est pas assisté va se radicaliser. Ce qui n’empêche pas que cela pourra arriver auprès de ceux qu’une idéologie malade va convertir. Or, cette idéologie fait son terreau dans les échecs de la République, mais surtout dans une France qui ne connait pas les islams.

La question religieuse, qui se pose dès lors que la religion prend le pas sur toutes autres formes de revendications identitaires, rencontre le barrage des Français qui refusent de s’intéresser aux religions à cause de la laïcité. D’autre part du fait du manichéisme des gens qui s’imaginent qu’il n’y a qu’un seul islam, généralement gentil et tolérant. Alors dans ce contexte d’ignorance, certains se radicalisent en plus du fait de problèmes mentaux que la France ne gère plus.

Dans toute population, il y a des personnes qui ne peuvent pas s’intégrer au reste de la société et qu’on isolait dans des asiles qui ont fermé par manque de moyens financiers. On préfère droguer les personnes pour les rendre inoffensives. Oui, mais ce faisant, on laisse dans la ville, un certain nombre de personnes dangereuses qui à partir du moment où elles ne se laissent plus guider que par leurs émotions, ne se comportent plus comme des Hommes…


Comment donc déradicaliser les djihadistes ?

En éduquant la population dans son ensemble et par là en donnant une vision républicaine de l’islam à tous. En condamnant fermement les djihadistes passés à l’acte pour l’exemple. En condamnant de manière moins forte tous ceux qui aujourd’hui se radicalisent à partir du moment où ils enfreignent la Loi par certains propos ou actes. Enfin, en forçant la population à massivement s’exprimer contre le terrorisme djihadisme pour effrayer par l’unité des Français.



Publicités

Une réflexion au sujet de « Peut-on déradicaliser les djihadistes ? Regards sur la dénazification »

  1. Jean-Marie CORBIN

    En plus de la dénazification, tu aurais pu t’intéresser à l’efficacité des mouvements d’information comme SOS Racisme, LICRA, LDH, ou France terre d’asile. Aujourd’hui, ces organisations ont le dessus sur la moindre expression publique déviante (tout déviant est trainé en justice) mais sur certains nombre de sites d’actualité y compris généralistes, tu constateras qu’elles sont en échec en lisant les commentaires ajoutés aux articles. En effet, elles n’ont plus le dessus sur les esprits et ceci malgré une tentative de reprise en main ou une armée de contre-commentateurs sortis d’on ne sait où qui traitent le moindre déviant de FNeuneu, Narine la putine (Marine Le Pen) etc …

    C’est d’ailleurs à se demander si cela n’en est pas voulu, il est plus simple de prendre le pouvoir (ou de le renforcer) là il y a le désordre et le chaos.

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s