Sous le choc du décès de mon amie Michelle BREGEON

Depuis ce matin, je ne cesse inutilement d’aller relire le courriel de Danielle THOMASSET qui m’apprend le décès de Michelle BREGEON la nuit dernière. Cela est si brutal, je me mets à douter qu’elle était bien là samedi soir dernier à la messe à côté de Louis. Dans notre groupe de Fraternité-prière, elle était une des plus jeunes. Ça ne devait pas se passer comme ça, pas dans cet ordre… Je me sens vidé de savoir que Michelle n’est plus.

Quand je repense à elle, j’entends sa voix dans ma tête et les intonations qu’elle avait. Était-ce l’accent des Ardennes, je connais trop peu la région pour dire si elle en avait gardée quelque chose ? Je pense surtout à Louis, et au beau couple qu’ils formaient. Je pense à tous ces moments partagés à l’abbaye de la-Pierre-qui-Vire, aux échanges que nous avions dans nos différentes formations chrétiennes, à sa présence bienveillante à certains moments particuliers.

La famille BREGEON, c’est d’abord à l’église saint-Martin que je l’ai rencontrée, puis aux différentes formations que nous suivions ensemble, n’ayant pas connu la belle époque où ils habitaient Clair-Village, au 45 avenue de l’armée du maréchal-de-Lattre-de-Tassigny. C’était aussi le Club clair Village à l’époque où ce quartier était dynamique. Non, j’ai d’abord connu Michelle et Louis dans la rue de la Montagne pavée, puis plus récemment dans la rue des Rossays.

Évoquer Michelle, c’est se rappeler de ses engagements associatifs à Emmaüs, à SOS Réfugiés, à Solidarité nouvelle pour le Logement, dans le groupe d’accueil des migrants qui s’est récemment créé à Savigny.  C’est aussi se remémorer toutes les anecdotes qu’elle racontait, notamment familiales, parfois insupportant Louis, par rapport aux croyances de sa famille, et moi de découvrir comment vivait-on sa foi dans l’Est de la France avant le concile Vatican II.

Je n’arrive pas à y croire ; je n’ai plus le moral. Je me projette même de revoir Michelle et Louis ensemble la prochaine fois que nous aurions dû nous voir… Je n’ose imaginer le désarroi dans lequel doivent se trouver Louis, leurs enfants, leurs petits-enfants… Et moi qui me disais qu’avec le redoux, on en aurait définitivement fini, avec les décès des amis. Je regretterai nos échanges de groupes ou nos conversations sur tout ou sur rien, autour d’un thé, ou ailleurs…

Les obsèques de Michelle BREGEON seront ce jeudi 2 février 2017 à 10 h 30 en l’église saint-Martin, suivies de son inhumation au cimetière de la Martinière. Pas de fleurs ; uniquement des dons pour les associations auxquelles contribuaient Michelle.



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s