Sur la campagne des candidats à la primaire de la gauche

La campagne pour la primaire de la gauche se termine ce vendredi 20 janvier 2017. Vu les scores d’audience des débats, la participation s’annonce relativement faible. En dessous des 1,5 million de participants, cette primaire sera un échec dans la mesure où les candidats MACRON et MÉLENCHON sont pour l’instant crédités de faire au moins 3 millions de voix chacun à la présidentielle. Alors que retenir de cette campagne ratée ?

Bien que je ne sois pas de gauche, je continue d’affirmer que Benoît HAMON est le meilleur candidat pour que la gauche redevienne la gauche. Si les Français veulent contenir l’extrême-droite, alors ils doivent faire leur choix entre une droite qui développe un programme de droite, et une gauche qui développe un programme de gauche. Autrement, si gauche et droite se retrouvent dans un centrisme mou, la seule alternative possible n’est plus que le Front national.


Le trublion Jean-Luc BENNAHMIAS

Les spectateurs des débats auront bien ri de lui ou avec lui, c’est au choix. Tantôt pitoyable, tantôt percutant, BENNAHMIAS a fait le show dans une primaire qu’il sait perdue pour lui. Il aura fait du bien à la gauche en défendant des mesures plutôt de gauche, mais certainement du tort à HAMON puisque ces mêmes mesures étaient ensuite ridiculisées non pas du fait de leur contenu, mais d’un candidat hors-sujet qui voulait juste rappeler qu’il existe.


La surprise Benoît HAMON

Dès le début, il a cristallisé les remarques de l’ensemble de ses camarades sur son programme pourtant vraiment de gauche. Incontestablement, c’est lui qui a façonné le programme de la gauche avec des thèmes comme la légalisation du cannabis, le revenu minimum universel, la procréation médicalement assistée… Alors certes, ces propositions sont à mille lieues de répondre aux inquiétudes des Français, mais HAMON s’est révélé penseur et moteur.


L’innefable Arnaud MONTEBOURG

Toujours égal à lui-même. Une grande gueule. Beaucoup d’esbroufe. C’est clair qu’il présente bien dans son beau costume et qu’il pourra regarder TRUMP d’en haut. Mais sa manière d’être et notamment de parler, toujours hautaine, m’insupporte. Il ne cesse de se vanter de choses qu’il n’a pas faîte. Je pense qu’il sera la troisième homme de cette primaire car il n’a aucune plus-value face à HAMON qui a les idées et VALLS qui possède la crédibilité.


L’absent Vincent PEILLON

On disait de lui qu’il était le candidat de la mouvance hollandaise, mais les soutiens ne se sont pas massés derrière lui, à part Anne HIDALGO. Il ne parle pas tant que cela des rythmes scolaires, ayant quand même compris que les Français ne s’y retrouvent pas forcément. Son grand projet est de faire payer l’Allemagne, soi disant parce que la France s’engagerait à respecter les critères de convergence des économies européennes. Qu’en pense la base ?


La discrète Sylvia PINEL

Après plusieurs ordres et contre-ordres, le Parti radical de gauche s’est imposé de participer à la primaire pour s’éviter une humiliante défaite à la présidentielle, et qu’on l’accuse comme en 2002 d’être le responsable de l’élimination de la gauche. Mais dans un contexte où les questions de société sont de moins en moins taboues, le PRG ne marque plus de différence. Seul caractéristique : son désir de continuer la construction européenne…


L’échec de François DE RUGY

Bon député, bon débattant, DE RUGY aura plus aux femmes d’un certain âge qui lui auront trouvé les mêmes qualités physiques qu’à un MACRON. Au delà de ça, il aura été transparent, malgré quelques fulgurances lors du premier débat. Il disait vouloir porter la question écologiste au cœur du projet de la gauche. En toute honnêteté, je ne sais pas comment ça se vérifiera, mais il devait y aller pour assurer la viabilité présente et future de son parti.


L’omniprésent Manuel VALLS

Manuel VALLS qui veut revenir sur le 49 alinéa 3. Manuel VALLS qui se fait enfariner. Manuel VALLS qui reçoit une gifle. Manuel VALLS qui fait condamner celui qui lui a donné une gifle. Manuel VALLS qui fait annuler un meeting. Manuel VALLS qui n’a que 200 personnes à son meeting. VALLS sort affaibli de cette campagne qui montre bien que la gauche ne se retrouve pas derrière lui. S’il n’est plus Monsieur 5 %, il n’est pas encore Monsieur 50 %…


J’ai répondu à un sondage en ligne sur la primaire (à laquelle je rappelle que je ne voterai pas), et je vous propose un document rassemblant mes réponses, qui me placent plus proche de VALLS (quelle blague !). Je vois bien un second tour VALLS/HAMON avec un HAMON juste devant MONTEBOURG mais je ne saurais pas annoncer de vainqueur. La grande surprise reste PEILLON mais je pense que les électeurs de gauche ne croient plus aux promesses de 2012…



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s