Rencontre nocturne avec les colleurs de Brigitte VERMILLET : Antonio FERNANDES et Mohamed KNISS

Nous sommes le vendredi 27 mars 2015, dans l’entre-deux tours des élections départementales. Il est 23 heures 47, et exceptionnellement, je ne suis pas seul à coller parce que je me méfie toujours de qui on peut croiser les veilles d’élections. Je rentre d’un collage de feuilles A3 blanches et d’inscriptions « Ne votez pas pour des nuls, votez blanc », et après avoir fini Wissous et Savigny-sur-Orge, je m’attaque à Morangis…

Arrivé au niveau du panneau qui est Place de l’Europe, près du Carrefour-market, nous voyons des gens en train de coller que je pense être des militants du Front national. D’un côté, un donneur d’ordres qui ressemble à un petit nerveux, et de l’autre, un exécutant au crâne rasé qui me fait penser à un skinhead. Je fais le tour pour aller à un panneau voisin, mais ils m’ont reconnu. À peine avons-nous fini de coller sur l’autre panneau qu’ils déboulent à toute allure.

270315

Je suis en train de remonter dans la voiture quand leur Clio sport bleu freine net. Nous pourrions essayer de partir mais je préfère ressortir, ma spatule aiguisée en poche, tandis que j’entends l’ami avec moi saisir sa matraque, au cas où… Lui restera dans la voiture dans un premier temps. Et là, je commence par me faire engueuler par le petit nerveux en salopette Total qui me demande : « Mais vous voulez faire perdre la droite ? Vous êtes pour le Front national ? ».

img_7130_21

C’est alors que je reconnais cet homme que j’ai déjà vu sur internet : il s’agit d’Antonio FERNANDES, le président de l’association de Brigitte VERMILLET (Passion Morangis). Pendant ce temps, l’autre homme, que je découvrirai par la suite être Mohamed KNISS arrache mes affiches qu’il roule entre ses mains puis jette la boule ainsi formée dans sa voiture. La conversation s’engage ; une longue conversation, qui va durer presque deux heures.

C’est surtout FERNANDES qui parle, tandis que KNISS assiste. Il commence par me féliciter pour mon score du premier tour, qu’il m’avait croisé en train de tracter, qu’il respecte mes convictions et mon engagement… Mais que maintenant, je dois soutenir la droite pour qu’elle l’emporte sur l’extrême-droite. Je réponds que la droite n’a pas besoin de mon soutien pour l’emporter face au FN, et je commence à cracher sur MEHLHORN et sur Georges TRON.

Mes interlocuteurs restent très prudents quant à MEHLHORN en avouant qu’ils ne savent pas ce qu’ils font, mais en défendant VERMILLET bec et ongles. Nous parlons des municipales de 2014 à Morangis. Je leur dis que VERMILLET a perdu du fait d’un vote de rejet alors que Morangis est une ville de droite. Ils ne sont pas d’accord sur mon premier propos ; on refait l’histoire de l’entre-deux-tours de ces élections. Ils veulent absolument me convaincre !

Ce sur quoi j’affirme que la droite MEHLHORN n’est pas la droite, et que je préférerai encore un FN honnête (ce qui n’est pas plus le cas ici) ; j’évoque les ennuis judiciaires de Georges TRON et je leur dis que mon choix sera de voter blanc car je ne veux rien cautionner ; je leur parle de mon intégrité. Ils me répondent que je ne gagnerai jamais une élection ainsi. Ils m’annoncent alors que VERMILLET ne soutiendra jamais TRON mais qu’elle préférera François DUROVRAY.

À un moment, il me racontent que VERMILLET m’apprécierait (ce dont je doute, vu qu’elle ne cesse depuis les élections de me cracher dessus), parce que je lui rappellerais son fils décédé. Je ne sais comment je dois prendre cela, et je trouve ce propos malsain, en tout cas déplacé. Ils m’affirment aussi qu’elle ne fait pas de politique pour l’argent, mais bien par altruisme, parce que son mari en aurait plein, vu les responsabilités professionnelles qu’il avait exercé.

Après cela, nous constatons que nous ne nous convaincrons pas plus l’un l’autre, donc nous décidons d’en rester là. C’est alors que j’entends FERNANDES lancera à son acolyte un « Mouloud, on va à la voiture », qui me fait m’interroger sur la considération que cet homme peut porter sur son camarade militant. Je fais semblant qu’ils m’ont donné une bonne leçon, et je repars pour d’autres panneaux pour continuer d’apposer des affiches invitant à voter blanc.

Il est plus de 1 heure du matin. Ayant déjà perdu au premier tour, ma campagne pour le vote blanc ne peut pas être réprimée puisqu’elle se fait sur les panneaux d’expression libre et qu’elle n’appelle pas à voter pour un candidat encore en course. Je me dirige alors vers le centre de Morangis tandis que je m’aperçois qu’ils me suivent. Je décide d’abord de les semer puis de me garer, à proximité du panneau qui est à l’angle de la rue Pierre-Loti, pour me cacher et attendre.

Mais en moins de cinq minutes, ils arrivent et se garent à côté de moi, et la conversation reprend par vitres interposées. J’ai sûrement été trahi par la couleur de la voiture. Cette fois, leur discours porte sur la légalité de mes collages nocturnes, vu que minuit est passé. J’essaie donc en vain de leur donner une petite leçon de droit électoral. Puis je ne sais plus comment nous convenons qu’il est tard, nous promettons de ne plus recommencer, et nous partons.

Mais ils nous suivent toujours. C’est alors que mon ami a la brillante idée qu’on aille se garer devant chez Brigitte VERMILLET, puis on la réveillera s’ils nous suivent encore. Mais là, ils vont arrêter. Alors pour la forme, nous allons faire un dernier panneau à proximité de Savigny et puis nous rentrons. Bien que je n’ai jamais eu aucune preuve, je continue encore aujourd’hui à me demander qui a pu casser le portail de mon jardin, deux jours après le deuxième tour…

Port-1

Il n’y a que deux personnes avec lesquelles je me suis accroché pendant les élections… De là à en déduire que…


Brigitte VERMILLET tiendrait la corde pour être investie aux législatives de juin 2017 sur la 6e circonscription de l’Essonne. Tout cela parce qu’elle a soutenu Bruno LE MAIRE (qui n’a réalisé que 20 voix à Morangis quand les militants de Mme VERMILLET sont au moins 24 – on rappelle que BLM s’est ensuite rallié à FILLON). Si donc elle est investie face à la juppéiste CARANTOIS puis qu’elle est élue députée, je lui souhaite de changer certaines de ses fréquentations…



Publicités

Une réflexion au sujet de « Rencontre nocturne avec les colleurs de Brigitte VERMILLET : Antonio FERNANDES et Mohamed KNISS »

  1. Jean-Marie CORBIN

    Je t’ai accompagné dans cette virée nocturne. Ils étaient tellement agaçants à nous suivre qu’on a cherché à les mener jusqu’au domicile personnel de Brigitte Vermillet. Et là j’imaginais bien volontiers la scène suivante : « Ding ♪ Dong ♫ … Bonsoir Mme Vermillet, navré de vous déranger à cette heure-ci, mais, voyez-vous, vous pourriez demander à vos militants stationnés dans la Supercinq juste en face de nous lâcher un peu ? »

    Bon l’épisode suivant fut au mois de décembre 2015. Rebelote cette fois-ci à Savigny-sur-Orge avec d’autres militants d’un autre parti qui soit dit en passant collaient au delà de minuit (Mme Guibert, il va falloir demander à vos militants de vérifier les piles de leur montres et les batteries de leur smartphones, parce que j’ai l’impression qu’ils ne s’étaient même pas aperçus que leurs montres s’étaient arrêtées toutes en même temps). Il a fallu sortir la moto 1100 pour circuler librement et être à peu près certain de ne pas être suivi. Cette virée nocturne nous a permis d’apercevoir le véhicule de fonction d’Éric Mehlhorn stationné bien après minuit à proximité du foyer Lucien Midol, foyer qui est ni à proximité de la mairie, ni du domicile personnel (et local UMP) d’Éric Mehlhorn.

    Les panneaux de libre expression font l’objet de convoitises et de disputes entre militants des partis politiques que les électeurs ne soupçonnent pas. Rien que pour ça, les électeurs ne devraient pas voter pour eux !

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s