Le portrait ethnographique d’Olivier VAGNEUX, par Théo SIMON-LEBAILLY

Ce portrait ethnographique a été rédigé par Théo SIMON-LEBAILLY, un ami journaliste, avec lequel j’ai suivi la même formation à l’Institut supérieur des médias de Paris entre 2012 et 2015 (Bachelor professionnel de journalisme, Titre de Journaliste de niveau II).

Il a été produit dans le cadre d’un cours de sciences politiques dispensé par Jérôme TOURNADRE, chercheur au CNRS, au sein d’un cursus de première année de master professionnel en journalisme spécialisé dans le développement et la création de contenus multimédias.

Je remercie Théo de me l’avoir communiqué et d’avoir accepté que je le republie ici.



Par Théo SIMON-LEBAILLY

Rencontre avec Olivier VAGNEUX, militant politique de Savigny-sur-Orge (Essonne) à la tête du mouvement citoyen local Vivons Savigny Autrement (VSA)

Nous sommes le 29 octobre 2015 lorsque nous rencontrons Olivier VAGNEUX dans un petit café du 12ème arrondissement de Paris. Ce jeune homme qui vient de fêter ses 24 ans et récemment diplômé de l’école de journalisme se présente vêtu de beige et de vert foncé, les cheveux bruns et désordonnés, un visage singulier où l’on peut lire la sympathie et le savoir. Assis sur la banquette rouge située au fond du bar-restaurant le Petit Bec, Olivier VAGNEUX se livre avec sincérité mais il est empreint d’une volonté de trouver les mots justes.

Olivier VAGNEUX est militant politique depuis 2 ans pour une « activité régulière ». Né de parents pharmaciens, il a vécu dans une famille où « il y a toujours eu de l’argent » tout en précisant qu’il « n’a jamais manqué d’argent sans en avoir trop ». Son entourage social est traditionnellement de droite. C’est l’une des raisons pour lesquelles il se considère comme un « homme de droite ». « Dans la culture familiale, la gauche a toujours été vue comme l’opposant, explique-t-il. Ma famille est de droite car ils sont contre la gauche ». Cependant, les causes de ce positionnement politique sont plus larges. Il expose un argument supplémentaire : « mes parents ont une profession qui s’apparente au métier de commerçant. Ils ont vu la différence au niveau économique en fonction de la période où la droite ou la gauche étaient au pouvoir et ils en ont tiré leurs propres conclusions. Ainsi, mes parents se sont toujours plus plaints quand les socialistes étaient au pouvoir ».

Au-delà de cette perception de la gauche en tant qu’opposant, c’est de la politique dont Olivier VAGNEUX se méfie. « Je vois un monde politique assez corrompu qui me dégoûte profondément », assure-t-il. « La gauche, la droite et l’extrême-droite sont tous amis, constate-t-il avant de poursuivre que les politiques font partie d’une même caste et qu’ils se mettent d’accord dans la plupart des conseils ». C’est la raison pour laquelle le jeune homme se méfie « de ce petit milieu » et qu’il essaie de « faire de la politique autrement en s’en tenant éloigné ». Il va même plus loin dans sa démonstration : « Je pense que les partis sont le problème de notre démocratie donc j’ai décidé de m’engager sans parti et hors des partis ».

Après une expérience chaotique en 2012 qui l’a déçu et où il a aidé sa députée (UMP) avant que celle-ci ne le rende responsable de sa défaite, Olivier VAGNEUX a créé en juin 2013 un mouvement citoyen dans sa commune. Ce mouvement se nomme Vivons Savigny Autrement (VSA). A la tête de la liste de VSA, il a réalisé un score de 6,47% au municipales de 2014. Au départementales de 2015, il a recueilli 9% des voix dans sa ville et 8% dans le canton. Une légère hausse encourageante qui le pousse à continuer : « Mon score progresse donc je serai candidat aux prochaines élections législatives ». Et ce, même s’il n’a aucun siège au conseil municipal.

Pourquoi s’est-il s’est engagé en politique ? Olivier VAGNEUX « veut être utile là où ceux qui font de la politique actuellement ne le sont pas auprès des citoyens qu’ils disent représenter ». A Savigny-sur-Orge, il pense que « les politiques ne pensent qu’à eux en tant que personnes et pas au bien commun ». C’est ce bien commun qui est « le cœur de son engagement ». Ce qui lui permet de faire au mieux pour le plus grand nombre c’est ce « qu’il vit en tant que personne ». « C’est en résolvant ou en essayant de combler mes besoins que j’arrive à toucher le plus grand nombre, explique-t-il. Par exemple pour les impôts, je pense que si mes impôts baissent les impôts de tout le monde baissent ». Il utilise cette façon de penser dans ces démarches de sensibilisation de l’électorat : « on évoque nos besoins et ça fait écho à certaines personnes. C’est en touchant les besoins des gens que l’on peut faire changer les choses ».

Olivier VAGNEUX clame sans cesse sa volonté d’être un homme politique différent : « Je ne veux pas ressembler aux politiques que je critique donc je ne veux pas rester dans le milieu de la politique endogame et consanguin et que je n’en sorte plus. Il faut toujours avoir quelque chose pour faire un lien avec l’extérieur : ne pas seulement manger politique, discuter politique et coucher politique ». Ainsi, il a des engagements religieux au sein de l’Église catholique (il accompagne des adultes vers les sacrements de l’initiation et il fait de la visite de détenus en prison), des engagements associatifs (il fait du théâtre amateur) ainsi que des engagements caritatifs (il fait de l’alphabétisation et de l’aide sociale). « Je continue d’avoir diverses activités à côté du militantisme politique pour m’imprégner [des réalités sociales] et je compte ne rien lâcher. Ca me sert à garder les idées claires, assure-t-il ».

Le militantisme est quelque chose d’important pour Olivier VAGNEUX. Il dit « avoir toujours respecté les militants et le travail des militants ». Il pense que « les militants sont des gens courageux, peu importe le bord pour lequel ils militent ». Il regrette cependant que « les représentants politiques élus ne soient plus des militants et ne restent qu’entre eux pour faire leur travail de politique et ne convainquent personne ». En ce qui concerne son investissement personnel dans le militantisme, Olivier investit « du temps, de l’argent et des convictions ». Il tient un blog militant qui lui prend deux heures par jour environ. Les convictions sont les points les plus importants de sa vision du militantisme : « Investir des convictions et investir de la réflexion, c’est du temps que je passe pour développer une analyse politique et porter un programme qui soit au plus près des attentes de citoyens ». Il tient à préciser que ses parents ne l’aident pas pour l’aspect politique. « C’est l’argent que j’ai épargné et l’héritage de mes grands-parents qui me permet de financer intégralement mon activité politique. »

Olivier VAGNEUX n’a pas foi en la politique. « Les partis politique se moquent des idées mais font de la politique car ils veulent de l’argent », regrette-t-il. Au-delà de cette déception assumée, les partis ne sont pas à leur place selon lui : « Le PS et l’UMP mènent une politique plutôt centriste, constate-t-il avant de poursuivre, les Républicains ne font pas une politique de droite et le PS ne fait pas une politique de gauche. Et Olivier de clore son explication, Je suis de droite mais pour le bien-être de la démocratie, je pense que la droite doit faire une politique de droite et que la gauche soit faire une politique de gauche ». Convaincu qu’il y a de multiples problèmes dans le monde politique actuel, Olivier nous fait part de son analyse : « Je pense que la politique s’interdit certains sujets. Or, il faut pouvoir parler de tous les sujets ». « Je pense que c’est parce qu’on s’interdit de parler de tous ces sujets à tous les niveaux que les gens se sentent ignorés par la politique, déclare-t-il avant de continuer, Le jeu politique est quelque chose de simple mais on le rend compliqué pour en éloigner les gens ». Il en profite pour résumer sa représentation du monde politique : « Je pense que la politique doit être un débat d’idée et il n’y en a pas. Selon moi, la solution est de proposer le débat et de donner le sentiment au gens de pouvoir s’exprimer et être entendus ».

C’est alors que notre interlocuteur entame une longue démonstration quant au sujet de la compétence et de l’incompétence politique : « Je pense que les électeurs ont peur de l’image qui est renvoyée par les politiques. En effet, on a parfois l’impression que les politiques sont des gens qui connaissent tout et que parce qu’ils connaissent tout, ils plus compétents et formés pour régler certaines affaires. Or c’est faux ! Nos politiques ne sont pas toujours formés et ne sont pas toujours compétents. Ils font même des choses que l’on n’autoriserait pas de faire à des citoyens lambda, normaux, ordinaires. Quand les citoyens se rendent comptent de ça (via la médiatisation, les dénonciations du FN ou encore des moqueries de Coluche), je pense que les gens prennent conscience que les hommes politiques ne valent pas plus qu’eux et donc ça les déçoit. Ça rompt avec l’image du politique en tant que personne de confiance à qui on peut abandonner le pouvoir de décision ». Il développe ses arguments avec un exemple parlant et concret : « Quand on voit que certains élus, comme Patrick Balkany, qui sont facilement réélus alors qu’ils traînent plusieurs casseroles, on peut se dire que les citoyens aiment bien être dans l’ombre des puissants. On peut se dire que ces gens-là (les politiques) mangent un gros gâteau donc il va y avoir de grosses miettes qui vont tomber de la table ».

Ces explications de Olivier VAGNEUX mettent en lumière certaines de multiples raisons du dégoût et de la méfiance qu’il éprouve vis-à-vis de la politique. Celles-ci sont les mêmes dans sa famille, dans son cercle d’amis et dans son milieu social : « on aime pas les politiques, on aime pas la politique car on aime pas l’image (de corruption) que renvoie la politique. Il y a de la réticence et on s’est toujours méfiés ». Ce milieu social qu’il estime être le même que celui où il a été élevé et qu’il pense reproduire à l’avenir.


dscn66121clr



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s