Le renoncement de François HOLLANDE me met en colère

La France allait mal quand SARKOZY est parti. HOLLANDE n’a rien arrangé voire aggravé la situation du pays. Et maintenant, il se barre, en nous laissant nous débrouiller. Ça me rappelle ce dessin de Jacques FAIZANT en 1986 de Laurent FABIUS qui arrive dans une barque avec Jacques CHIRAC nommé Premier ministre. Il est déposé sur le Paquebot France en train de couler, et François MITTERRAND repart dans la barque avec FABIUS.

HOLLANDE a toujours su où étaient ses intérêts ; ceux de la France un peu moins. En 2007, alors qu’il était le candidat légitime du PS, il a laissé ROYAL se faire broyer par la machine SARKOZY. En 2012, alors que l’antisarkozysme dominait la vie politique, il y est allé. En 2017, alors qu’il sait que c’est perdu d’avance, il s’en va, et ce faisant, il sait qu’on va se focaliser sur ce départ et minimiser son bilan. Dernière vengeance personnelle : il va dézinguer le candidat PS.

Donc je ne vois pas où il y a du courage ; sinon à quel moment le fait qu’un autre se ramasse en 2017 à cause du bilan de HOLLANDE soit une bonne chose. Il y a juste un homme qui n’assume pas son bilan et n’a pas envie de le défendre parce qu’il sait qu’il n’a pas tenu ses promesses : la jeunesse et la justice ne vont pas mieux ; l’emploi et le logement sont toujours en crise. Mais qui a en plus le culot de ne pas l’assumer en ne disant regretter que la déchéance de nationalité.


HOLLANDE incarne l’échec du socialisme

Nous sommes en 2016 et le socialisme, dans le combat d’arrière-garde que mène le PS, ne veut plus rien dire dans notre monde globalisé. Depuis 1988, ce n’est plus la gauche qui gagne mais la droite qui perd. HOLLANDE a été élu à la fin d’un cycle, à la tête d’un PS irréformable, avec un programme globalement inapplicable, sur la base d’un clientélisme outrancier. Terra Nova était la dernière chance de réformation de la gauche, jusqu’à la mort d’Olivier FERRAND en 2012.


Mais HOLLANDE n’est pour rien dans la division de la gauche

Parce que Martine AUBRY a voulu se venger de HOLLANDE, elle lui a octroyé une majorité relative. La somme des opportunismes n’a pas tardé à briser les alliances. Le président a tout fait pour satisfaire ses alliés, qui se sont crus invincibles en gagnant là où le PS les laissait gagner. Grisés, pensant que la droite ne pourrait jamais revenir, ils se sont étripés pour un ministère ou l’espoir de devenir président : TAUBIRA, le PRG, EELV, l’aile gauche du PS, MACRON…


Sur le bilan de HOLLANDE

Les fidèles, qui ne pouvaient pas voir VALLS en 2011 jusqu’à ce qu’il devienne Premier ministre et qui aujourd’hui font semblant de ne pas s’étouffer à le défendre, retiendront le mariage pour tous, la création de postes de fonctionnaires, les emplois d’avenir, le CICE, la BPI, la loi Macron, la lutte contre le terrorisme, la guerre au Mali et en Syrie et la COP 21. (Et c’est tout)

Les autres penseront aux maitresses, au livre du président ne devrait pas dire cela, à l’affaire Léonarda, à la taxe avortée à 75 %, à l’inversion de la courbe contre le chômage, à la loi el-Khomri, à la révision constitutionnelle et la déchéance de nationalité, au traité européen, à Notre-Dame-des-Landes, à MM. CAHUZAC, MORELLE, THEVENOUD…


De bout en bout, HOLLANDE n’aura pas réussi à écouter les Français. Manque de chance, il a été élu à la fin d’un cycle que seule une défaite et la scission du PS en deux mouvements (social-démocrate-écologiste et social-libéral) qui sauront se retrouver, permettront de raviver. Car temporairement, le déclin du PS fait le jeu du FN ; l’extrême-droite est la conséquence de la mollesse de HOLLANDE tout comme le conservatisme de la droite en est la réaction.

Personnellement, c’est son traitement de la Manif pour tous et ses réponses lacrymogènes qui m’ont convaincu que le personnage était irrécupérable. Alors je vais donner raison à Éric ZEMMOUR : ce fut « un quinquennat pour rien« , sans ambition, à faire de la gestion de petite semaine pour satisfaire des intérêts principalement clientélistes et électoralistes. Et ça n’a même pas fonctionné parce que la République élimine naturellement ceux qui lui nuisent !

Sous ce mandat, la gauche n’a pas été la gauche. Elle s’est montrée faible en se cachant derrière des mots comme la Finance. Elle a été intrusive en s’immisçant dans la vie privée des gens de l’état d’urgence à la pénalisation des clients de prostitués. Elle a créé plus d’inégalités à défaut de résoudre celles existantes. Mais le plus impardonnable reste le comportement des élus de gauche qui n’ont pas été à la hauteur, et la jeune génération sera pire que l’actuelle…



Publicités

6 réflexions au sujet de « Le renoncement de François HOLLANDE me met en colère »

  1. Jean-Marie CORBIN

    D’habitude ce sont les fusibles que l’on fait sauter en politique. Là c’est carrément le disjoncteur principal.
    Je dirais que François Hollande a eu l’éclair de lucidité qui a manqué à Sarkozy. Fillon se serait présenté à sa place en 2012, il aurait pu être l’actuel président. Fort de cet analyse, Valls va tenter sa chance mais va-t-il y parvenir ?
    De toute façon rares sont les présidents a être réélus. Certes Charles de Gaulle y parvenu en 1965, mais en 1988 Mitterand a surtout profité de la cohabitation pour faire oublier 5 ans de socialisme décomplexé et « sur un malentendu » en 2002 Chirac, y est parvenu dans les mêmes conditions mais dans le sens inverse. Sarkozy s’est fait éjecter en 2012, idem pour Giscard en 1981.

    Répondre
  2. H. Menetrat

    Il est amusant de voir les commentaires que suggèrent la renonciation de M. Hollande. Il y aurait été, il aurait été un fossoyeur du PS. il n’y va pas c’est un lâche. Finalement il n’y avait pas vraiment de solutions. Personnellement j’approuve sa décision de ne pas y aller. Cela n’aurait satisfait que les gens qui lui en veulent. ils auraient pu confirmer par les urnes son désavoeux que tout le monde connait et ils espéraient par ce biais là lui faire mordre la poussière ou se venger d’on ne sait pas quoi ou plus simplement de leurs propres frustrations. Je ne trouve pas son comportement lâche et je pense que sa décision n’a pas dû être facile à prendre. Quand on a le pouvoir en règle générale, on fait tout pour le garder. Le problème principal, c’est que les gens attendent d’un président la capacité de modifier leur quotidien. Ce qui n’est pas vraiment son rôle mais plus celui des élus locaux. On pourra toujours cracher sur les présidents et leur bilan. Ma question est simple sur les 30 dernières années a-t-on vraiment été satisfait de ce qui a été fait au niveau de l’état par un président ? En dehors des 35h mis en place par la gauche nous n’avons connu que des reculs vis à vis de nos avantages et nos conditions de vie. Mais rassurez-vous avec la nomination à la tête de l’état de Monsieur Fillon, on va se prendre une telle dégelée et une telle suppression des acquis sociaux négociés par nos aieux et un tel retour en arrière avec recrudescence des inégalités que peut être les gens vont enfin se bouger et descendre dans la rue. A moins que cela ne profite définitivement à Mme Lepen (sic)…

    Répondre
    1. Vagneux Olivier Auteur de l’article

      Je pense personnellement que le PS n’est plus qu’une coquille vide, et ce depuis plusieurs années. Il est intéressant de relire aujourd’hui « Le rêve français » dans lequel HOLLANDE développait une vision que je partage qu’un politique doit se représenter pour obtenir quitus de ses actions. SARKOZY n’a pas eu quitus pour son bilan. Enfin, j’ai très peur vu le nombre de gens que j’entends me dire qu’ils vont voter FN dès le premier tour de 2017… Les sondages donnent 30 à Marine. J’ai peur qu’elle soit plutôt à 40 au premier tour… Comme aux régionales.

      Répondre
      1. H. Menetrat

        Il est clair que la montée de Marine est une grande inquiétude pour tout le monde mais à choisir entre Fillon et Marine au deuxième tour, c’est comme si on me demandait de choisir entre la Peste et le Choléra. Honnêtement je botte en touche. Mon avis c’est qu’elle finira par arriver au pouvoir à force de déceptions des gens qui veulent du renouveau. Honnêtement ce sera très dur pour certaines minorités et pour certaines tranches de population, mais j’ai peur que ce ne soit le prix à payer pour satisfaire à la bétise des gens. Ceux qui ont connu la guerre et le nazisme n’auraient jamais voté Marine. Mais il semble que l’histoire ne soit qu’un éternel recommencement et que la leçon ne soit jamais apprise….

        Répondre
  3. Jean-Marie CORBIN

    Tu oublies la loi NOTRe, le fiasco des frégates invendues à la Russie et la crise en Ukraine (allégeance aux USA), les complémentaires santé obligatoires pour tous les salariés en CDI (et prochainement étendu par le président « de dans 6 mois » François FILLON), la réforme des rythmes scolaires, la crise des migrants (et l’allégeance à Merkel qui a décidée toute seule de les faire venir en Europe), les écoutes de masse, Hadopipi qui devait être reformée, bref que du bon.

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s