Quel avenir pour les candidats de la primaire de la droite et du centre 2016 ?

Non, je ne suis pas Madame Soleil et je n’ai non plus pas vu écrit le futur des sept candidats à la primaire de la droite et du centre après avoir absorbé diverses substances. Je vais juste me poser la question de savoir ce que peuvent devenir ces personnes, en comparant leurs résultats et leurs trajectoires à l’issue de cette primaire avec les six candidats des primaires citoyennes (de la gauche) en 2011 en fonction de divers critères ?

Globalement, j’observe que le système des primaires grille les challengers à partir du moment où ils sont un peu âgés. Je vois que l’usage est de récompenser les partis alliés qui ont accepté de perdre la primaire en échange d’une non-présentation à l’élection présidentielle. Je me rends compte qu’on se sert toujours des plus jeunes, même s’ils ont fait un très mauvais score, au nom du dynamisme et de l’effort qu’ils ont fait en rassemblant des voix sur leurs noms.


Comparaison n’est pas raison

François FILLON ==> François HOLLANDE ==> le candidat président

Alain JUPPÉ ==> Martine AUBRY ==> le sage

Nicolas SARKOZY ==> Martine AUBRY ==> le sage

Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET ==> Arnaud MONTEBOURG ==> le super-ministre puis premier-ministrable

Bruno LE MAIRE ==> Manuel VALLS ==> le super-ministre puis premier-ministrable

Jean-Frédéric POISSON ==> Jean-Michel BAYLET ==> le ministre ou les responsabilités

Jean-François COPÉ ==> Jean-Michel BAYLET ==> le ministre ou les responsabilités


Pourquoi ces comparaisons ?

  • Par souci de la famille politique, JUPPÉ comme SARKOZY devraient s’écarter pour laisser FILLON s’imposer. Ils interviendront occasionnellement par piques lorsqu’ils seront trop en désaccord et pourront revenir par exemple en 2020 après des municipales douloureuses comme objet de renouvellement de la politique majoritaire.
  • NKM plutôt MONTEBOURG. Non pas qu’elle ne puisse pas devenir Premier ministre mais probablement pas de suite, comme VALLS, après avoir été la n°2 ou 3 du Gouvernement. Ensuite, nul doute qu’elle fera tôt ou tard sécession pour marquer sa différence, sinon qu’elle sera écartée, et qu’elle retentera une candidature à la présidentielle. Mais quand ?
  • BLM plutôt VALLS. BLM à la manière de VALLS ne peut exister que dans le parti. Nul doute qu’il fait partie de la génération montante, qui tôt ou tard sera récompensée et qu’il retentera sa chance à l’issue du ou des mandat(s).
  • POISSON a fait le travail. Soit le prochain Gouvernement comptera un membre du Parti chrétien démocrate soit le PCD sera favorisé aux législatives. COPÉ a fait un autre travail et pourra certainement pousser un de ses proches car lui reste impopulaire.

Un petit rappel intéressant

La primaire de la gauche fait en fait pâle figure face à celle de la droite. Comparons rapidement ces quelques éléments. Gauche contre Droite

1er tour : 2 661 231 votants contre 4 298 097 votants

2e tour : 2 860 157 votants contre 4 299 861 voix

HOLLANDE désigné président par / contre pour FILLON

1er tour 1 038 188 voix soit 39,17 % contre 1 890 266 voix soit 44,08 %

2e tour 1 607 268 voix soit 56,57 % contre 2 851 487 voix soit 66,5 %

AUBRY avec 806 168 soit 30,42 % au 1er tour faisait le score de SARKOZY.

Au 2e tour, avec 1 233 899 soit 43,43 %, elle faisait le score de JUPPÉ au premier tour

MONTEBOURG emportait 455 601 voix soit 17,19 % au 1er tour, ROYAL, 184 091 voix soit 6,95 % et VALLS, 149 103 voix soit 5,63 %.

En face, NKM obtenait 109 655 voix soit 2,56 % et LE MAIRE, 102 168 voix soit 2,38 %.

BAYLET, obtenait 17 055 voix soit 0,64 % quand POISSON avait 62 346 voix soit 1,45 %

Hors compétition, on retrouve COPÉ avec 12 787 voix soit 0,30 %.


FILLON doit veiller à ne pas commettre les erreurs de HOLLANDE qui ont gâché son mandat à la suite de la primaire. C’est parce que AUBRY a gardé la main sur le parti qu’elle a investi une majorité laissant une grande place aux alliés du PS mais faisant que HOLLANDE a perdu la majorité législative, devant alors recourir à l’article 49 alinéa 3. Tout la subtilité est d’investir des candidats représentants les défaits mais ne leur permettant de bloquer le camp du président.

Pour autant, force est de reconnaître que ce ne sont pas les aubrystes qui ont bloqué HOLLANDE puisqu’ils n’ont par exemple pas approuvé le dépôt d’une motion de censure. Mais plutôt une aile gauche indépendante. Or, FILLON devra s’assurer qu’il n’y a pas contre lui une aile droite, « bleu violette« , qui se forme et gravite autour du Front national, en réaction à une politique trop impuissante (Bruxelles !) sur des sujets durs tels que l’immigration ou l’économie.



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s