Quelques mots sur Fidel CASTRO

À la suite du décès de Fidel CASTRO, trois types de réactions vont se faire entendre dans les prochains jours qui relèveront trop souvent de l’absolu : ceux qui défendront toute l’action du Comandante, ceux qui la condamneront unanimement, et ceux qui feindront de croire que Cuba est redevenu libre. Au travers de cet article, je rappellerais simplement les avancées réelles permises par le Lider Màximo à la fin des années 1950.

Bien sûr, on ne peut pas justifier les dizaines voire les centaines de milliers de morts du régime castriste. Mais il faut quand même regarder ce qu’était Cuba avant la Révolution de Fidel, ce dont le film du Parrain 2 donne une idée assez réaliste : la prostituée des États-Unis. Un pays corrompu, volontairement maintenu dans la pauvreté et l’illettrisme dans lequel les habitants étaient exploités, avec la complicité de l’État, pat les compagnies américaines ou la mafia.


Qu’a vraiment fait Fidel CASTRO en arrivant au pouvoir ?

Il a fait juger et condamner les traîtres qui avaient livré le pays aux Américains. Il a nationalisé les compagnies américaines, qui spoliaient le pays en s’étant appropriées les ressources énergétiques. II a réalisé une réforme agraire puis redistribué les terres. Il a rendu l’accès aux soins gratuit et financé un système de formation des médecins. Il a mené des campagnes contre l’alphabétisation en envoyant des professeurs dans les montagnes et les campagnes.


Un modèle voué à l’échec : des dépenses mais pas de recettes

La révolution a aussi permis le développement d’organes de démocratie locale, qui se sont très vite enrayés, dès que l’économie n’est plus allée. Dès que l’argent des nationalisations a été dilapidé et puisque la santé et l’éducation étaient offertes sans compensation par des impôts ou une sécurité sociale, les gens ont commencé à se plaindre et à ne plus vouloir élire de délégués du Peuple pro-CASTRO, qui ont alors été imposés par la force, et maintenus depuis.


URSS et affiliation au communisme : une géopolitique logique

À partir de là, CASTRO se sachant menacé a développé une dictature, et a fait le choix de s’inféoder à l’URSS pour tenir. Parce qu’il s’était attaqué au géant américain, alors l’Occident l’a diabolisé. Mais s’il n’y a aucune raison de justifier le sang sur les mains de CASTRO, il n’y a pas plus de raison de ne pas dénoncer la colonisation américaine à Cuba, et de reconnaître, que communisme ou pas, les conditions de vie basique des Cubains se sont améliorées grâce à lui.


Sincèrement, qu’on arrête de crier à l’irrespect des droits de l’Homme et du citoyen en Russie ou à Cuba, parce qu’en France, ça régresse franchement dans l’indifférence générale. De nos jours, des scientifiques cubains viennent encore nous faire profiter de leurs compétences, grâce à ce régime qui oui, maintient trop de gens dans la pauvreté, mais investit pour la recherche et la santé et forme certains des meilleurs spécialistes mondiaux (cancérologie, ophtalmologie…).

Je ne sais pas s’il faut se réjouir de la mort de Fidel CASTRO. Je ne suis pas certain que le pourrissement annoncé de l’île par le libéralisme soit une si bonne nouvelle… J’ai la faiblesse de penser que les populations vont rester aussi pauvres tandis que les acquis sociaux de la santé, du logement et partiellement de l’emploi vont quant à eux régresser. Mais on s’en fout ; tant que nos touristes pourront aller faire les beaux au soleil, un peu comme dans les années 1950.



Publicités

5 réflexions au sujet de « Quelques mots sur Fidel CASTRO »

  1. Jean-Marie CORBIN

    Tu es né en 1991 un peu moins de deux après l’effondrement du régime soviétique. Je peux t’assurer que quand l’URSS était à pleine puissance, ça ne nous faisait pas du tout rigoler. À l’époque, l’impérialisme américain était le seul rempart existant contre les velléités très conquérantes du bloc de l’Est. Je peux t’assurer que l’affaire des missiles de Cuba est restée longtemps dans les mémoires et que Cuba n’était pas vraiment apprécié en Occident (sauf bien sûr les communistes fascinés par le paradis rouge cf les liaisons entre Georges Marchais et Fidel Castro).

    « parce qu’en France, ça régresse franchement dans l’indifférence générale » => je ne nie pas qu’on régresse, les écoutes téléphoniques et écrites sont d’ailleurs désormais systématiques. Mais tu n’as toujours pas reçu la visite à domicile d’agents vêtus d’un imperméable, comme celui que portait Éric Mehlhorn le 11 novembre dernier, pour t’embarquer on ne sait où en vue d’un interrogatoire musclé ou pour te placer en « rééducation psychiatrique » à l’hôpital du Perray-Vaucluse.

    Répondre
    1. Vagneux Olivier Auteur de l’article

      Plus le temps passe, et plus l’Histoire nous montre que l’URSS n’avait pas les moyens de ses ambitions. Un gros bluff entretenu par les Américains pour se maintenir en protecteur, eux qui auraient aussi du mal à devoir s’imposer si les communistes étaient passés à l’attaque.

      Répondre
      1. Jean-Marie CORBIN

        Un bluff de 100 mégatonnes (bridé à 50). Connais-tu l’histoire de la Tsar Bomba (RDS- 220) qui a explosé le 30 octobre 1961? Jusqu’en 1966 où l’URSS était en tête dans la course à l’espace, du bluff aussi sans doute. Je ne te suis pas dans ton analyse.

        Répondre
          1. Jean-Marie CORBIN

            Comme en Corée du Nord ! Maintenant si on dit que le régime soviétique était aussi démocratique que celui actuel de la Corée du Nord, nous allons pas tarder à être accusés de crime de pensée par certains nostalgiques de cette époque. Les mêmes qui donnent à Fidel Castro des qualités que j’ai bien peu entendues à l’époque (hormis de la bouche de Georges Marchais).

            Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s