Pour qui fait-on la rénovation de Grand-Vaux ? Vers un remplacement de la population

Voyez-vous comme moi la photo qui a été choisie pour illustrer un article portant sur la rénovation urbaine de Grand-Vaux ? J’espère d’ailleurs que nous serons nombreux ce mardi 15 novembre pour la rencontre en pied d’immeuble avec les habitants (un concept qui m’interroge)*. En fait, la municipalité rêve de revenir aux années 1960, et d’une manière inconsciente, à la population qui habitait le quartier dans ces années là…

gv-1960

© Ville de Savigny-sur-Orge

Ce pourquoi lors du Conseil municipal du 17 novembre 2016, les élus devront se prononcer pour approuver une convention de groupement de commandes pour des « études de peuplement » et la « reconstitution de l’offre sociale locative ». Mais qui peut croire que la Ville (et le bailleur) ne connaît pas la « population » de Grand-Vaux (on se croirait dans une colonie française) ? D’autant que « reconstitution » signifie bien qu’on change la constitution du quartier !

19-anru


Sur la mixité sociale

Il paraîtrait qu’en mélangeant des gens plus riches et des gens plus pauvres, on serait heureux de vivre ensemble et qu’on donnerait envie aux plus pauvres de rester tranquilles pour s’enrichir. Le hic, c’est que cette idée ne créé pas d’emploi donc ne permet pas aux plus pauvres de s’élever socialement. Arrivent les arguments abjects où l’on impose des quotas ethniques avec un minimum de blancs et où l’on réduit l’individu à son statut social et son salaire.


Des non-dits sur la rénovation urbaine

Oui, on va rénover le quartier (enfin, on ne va pas aller très loin avec nos finances actuelles) mais on ne compte clairement pas le faire pour la population actuelle puisque l’offre locative va être reconstituée (à priori diversifiée au nom de la mixité sociale). Or, à moins que le temps des travaux permette aux actuels habitants des tours de la rue Van-Gogh de s’élever socialement, je suppose qu’une partie de ces personnes déplacées ne pourra pas revenir, faute de moyens.


Une vision dépassée qui a échoué partout en France !

Est-ce que c’est en limitant l’accès au logement des plus pauvres, par une reconstruction dans une proportion trop négligeable pour qu’elle en soit significative, qu’on va y diminuer les problèmes économiques et sociaux ? Je ne le pense pas mais qui s’y opposera ? La mairie doit miser sur le fait que la majorité non-concernée par le relogement, ne va pas bouger, espérant avoir à la place de gentils voisins qui leur montreront le chemin de la réussite sociale.


Pourquoi se séparer d’une partie de la population ?

J’écris bien une partie car je doute que Mathieu FLOWER, maire-adjoint qui habite dans une des tours de la rue Van-Gogh, ne quitte la Ville… Inconsciemment, il y a cette idée que c’est la population actuelle qui a mis le quartier dans cet état, donc on va la virer progressivement pour faire venir des gens un peu plus riches qui n’auront pas envie de détruire le neuf. Et puis on va disperser les habitants actuels un peu partout ailleurs pour les rendre inoffensifs, pense-t-on…


Dégradation naturelle ou volontaire ?

Qu’ils sont cons ceux qui pensent qu’une nouvelle population dans un nouvel ensemble le préservera (d’autant que les fissures sur les murs des immeubles rues Utrillo, Degas, Monet…, je ne pense pas que ce soit le fait des « sauveageons » de M. CAZENEUVE). Je pense plutôt que c’est parce qu’on se sent bien chez soi (home sweet home) quelque part qu’on préserve le lieu. Après, cela n’empêche pas le problème éducatif et culturel de comportements civiques à apprendre et à respecter pour cohabiter (comme ne pas jeter sa poubelle par la fenêtre).


* Soyons donc nombreux à cette « rencontre en pied d’immeuble avec les habitants » ce mardi pour témoigner de nos questions sinon de notre inquiétude. Au pied de l’immeuble Claude Monet, rue Henri Ouzilleau, entre 15h et 18h, il s’agira d’un « temps d’échange proposé aux habitants du quartier sera animé par des représentants de la Ville, ses partenaires et deux membres du Conseil citoyen. » Mais ne soyons pas dupes par rapport à tout ce que cela nous cache !

Sous couvert d’une initiative faisant avancer le projet, n’oublions pas que les calendriers ne sont pas respectés, pas plus que la loi sur la publicité des travaux du Conseil citoyen. Donc ça me fait bien sourire de lire le programme : « Informations sur le déroulement du projet et ses avancés, échanges autour de l’histoire du quartier, du cadre de vie et des souhaits d’évolution ; un moment libre d’échanges faisant le lien entre le passé, le présent et l’avenir du quartier.« 

maison-du-projet



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s