Pour en finir avec le 11 novembre 2013

Ce vendredi 11 novembre 2016, je constate que mon infréquentabilité augmente encore à tel point que la plupart des anciens combattants de Savigny (pro-maire de Savigny) ne me saluent plus. Devrais-je donc faire comme ces jeunes Sevranais qui ont bousculé Bernard DE LA VILLARDIÈRE parce qu’il ne leur aurait pas dit « bonjour » ? Juste sur mon blog alors, car une fois de plus, je déplore la politisation des associations d’anciens combattants.

J’ai commencé à participer aux commémorations des anciens combattants vers l’âge de 15 ans. Il n’y a jamais eu masse de jeunes, alors assez vite, les associations d’anciens combattants, notamment l’UNC ont commencé à m’approcher pour que je sois porte-drapeau, donc uniquement intéressée. J’ai décliné sur le coup, puis les années passant, je me suis attaché à ces cérémonies, en découvrant aussi tous les enjeux et caractère politiques dégoûtants.

img078

Entre commémorations où l’on se dispute de savoir qui portera la gerbe ou lira un discours (si possible politisé comme le fait régulièrement l’excellent révisionniste Jean ESTIVILL), il y a cette fameuse question du repas. Je m’arrête un instant sur les discours ; ce 11 novembre 2016, c’est l’UFAC (☭☭☭☭) qui vient nous dire que les combats de 1914-1918 étaient « pathétiques« . Mais tu es qui pour juger en 2016 d’une guerre dont tu n’as pas été acteur ; tu n’es qu’une association !

Je m’égare ! Le repas organisé pour l’occasion est tout autant politisé. Que ce soit dans le fond ou sur la forme. Je ne suis même pas certain que le maire, comme les autorités religieuses (invitées de la mairie), payent leur part. La preuve avec ce courrier de l’ARAC qui conchie au visage de mon cher Éric MEHLHORN ; le même qui ignore ce passé pour croit-il diviser la gauche, en favorisant une extrême-gauche indépendante. C’est nauséeux, sur le dos des morts !

img074

Et puis le 11 novembre 2013. J’avais adhéré quelques mois auparavant aux Médaillés militaires. C’était sur la base d’une proposition qui m’avait été faite fin avril 2013 à la cérémonie du Souvenir des déportés, puis renouvelée le 8 mai. Il me semble n’avoir réellement adhéré qu’en août. Trop tard, je venais alors de me déclarer candidat aux municipales. Bref, je me fais inviter au repas du 11 novembre, puis on m’y empêche d’entrer. Depuis, je n’ai jamais eu de nouvelles.

On notera cependant après le petit scandale que j’avais fait le 11 novembre (et là aussi, personne pour me défendre, sauf une petite intervention de forme de David FABRE) que l’association n’a pas cherché à en savoir plus, s’est excusée auprès de la mairie le 12 novembre, puis n’est revenue vers moi que le 16 novembre… Il semblerait que la municipalité impressionne plus lesdits anciens combattants que leurs ennemis d’hier porteurs de mort…

lettre_joironimg077

Aujourd’hui, je porte un regard désabusé sur les associations d’anciens combattants qui sont devenus des amicales de vieux copains. Or, pour survivre, ils s’appuient de plus en plus sur des non-anciens combattants qui témoignent surtout d’inculture, d’emphase, de surenchère… À la réflexion, je comprends de plus en plus pourquoi mes arrière-grands-pères n’ont jamais voulu rejoindre de telles associations, et je plains sincèrement ceux qui y sont engagés honnêtement.



Publicités

2 réflexions au sujet de « Pour en finir avec le 11 novembre 2013 »

  1. Jean-Marie CORBIN

    J’ai gardé dans mes archives un e-mail de la plume Jean Estivill qu’il m’avait envoyé le 30 octobre 2013 à 12h37m39s et dont le style acide et destructuré (texte mal aéré) ressemble étrangement au courrier rédigé par Mme Lucienne Georges que tu publies ici.

    Quand aux courriers de Mme Joiron, je me demande s’ils ont été rédigé par les mêmes personnes. Curieux que l’un soit manuscrit et l’autre dactylographié. Curieux que les retraits de paragraphes ne soient pas les mêmes. Curieux que l’on te nomme Olivier VAGNEUX sur l’un et Olivier Vagneux sur l’autre.

    Au cours du mois de septembre dernier, je me suis rendu au cimetière où se trouvent enterrés deux de mes grands-parents et deux de mes arrières-grands-parents pour m’y recueillir. Mon arrière-grand-père fut un ancien combattant de la première guerre mondiale et une palme est apposé sur le caveau de famille pour en témoigner. Mon grand-père a été mobilisé « pour le grand repli stratégique » de juin 1940 qui a commencé dans les Ardennes pour se finir à Perpignan. Tu es issu d’une famille dont tous les ascendants ont subi les deux guerres mondiales, c’est aussi mon cas. Les dates du 11 novembre et du 8 mai sont des symboles importants. Pour les autres, (je parle ici de l’ensemble de la population résident en France), où se trouvaient donc leurs ascendants pendant ces époques troublées ? Se sentent-ils autant impliqués que nous ? Quoi qu’il en soit, les commémorations se succèdent et je constate que la foule est de moins en moins nombreuse pour y assister …

    Répondre
    1. Vagneux Olivier Auteur de l’article

      Personne ne peut lutter contre un week-end de trois jours. Mais note la désorganisation : une seule école à qui ils ont demandé pour la Marseillaise, donc proportionnellement moins de parents et de grands-parents qui viennent écouter chanter les gosses.

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s