À Grand-Vaux (Savigny-sur-Orge), la presse ne se pose pas de (bonnes) questions

Les journalistes sont-ils vraiment devenus les chiens de garde du pouvoir politique ? Étrangement, un certain nombre d’articles concernant le quartier de Grand-Vaux ne proposent aucune analyse, ou ne posent aucune question dérangeante. Est-ce donc qu’il ne faut pas accabler plus ce « pauvre quartier, méprisé et délaissé« , ou plutôt que certains ont des intérêts à ce qu’on ne se pose pas certaines questions ? Les deux, bien entendu !

Brave MEHLHORN qui veut « renforcer rapidement la sécurité » pour lutter contre « l’économie souterraine« . Mais le maire de Savigny n’aurait pas fait décapiter les principaux réseaux de trafic existants et noyautés en 2014, que peut-être on contrôlerait encore ce qui se passe… Au moins, la criminalité à Grand-Vaux permet au maire d’avoir une tribune dans la presse, d’entretenir un mythe et de se présenter en bon droitiste, protecteur des populations (#sécurité).

Je vais donc m’attirer les foudres de tous les bienpensants en parlant de l’excuse sociologique comme raison partielle à la délinquance et à la criminalité. Les maires successifs ne réduiraient pas la politique culturelle, sociale, jeunesse… que peut-être les jeunes habitants de Grand-Vaux auraient des valeurs et rejetteraient cet argent facile (étant entendu que je ne parle ici que de ceux qui sont instrumentés, car souvent pénalement irresponsables, pour foutre la merde).

L’avantage d’être en politique et dans le journalisme est que je reçois des informations en on et en off. Devant moi, on peut aussi bien me proposer du cannabis (comme samedi 29 octobre alors que je me rendais à la messe ; ça doit être la faute de ma coupe de cheveux) que de se vanter d’avoir fait brûler une voiture parce que le propriétaire voulait en changer et être remboursé par l’assurance, plus que ce qu’il aurait pu la vendre (conversation de début 2013).


Sur l’incendie de la pizzeria et du Marché entrepôt (article en lien)

Qui sont les propriétaires de ces deux magasins ? Quelle était leur situation économique au moment des incendies ? Est-ce qu’on rappelle les liens entre la municipalité et le marché entrepôt sous le précédent mandat et la guerre qu’ils ont mené à Franprix pour le couler (ils ont gagné). Qui a des intérêts à ce que la population se retrouve encore plus démuni, à devoir aller faire ses courses en bus ou en voiture à Épinay ou ailleurs à Savigny ? J’ai quelques idées…


Sur les caméras de vidéosurveillance détruites (article en lien)

Qui a intérêt à ce qu’on installe des caméras peu importe qu’elles ne fonctionnent pas ? Quels partis politiques font un commerce électoraliste en promettant des caméras qui, si au mieux parviennent à identifier des délinquants, ne permettront pas de les mettre longtemps hors d’état de nuire puisque la Justice ne suit pas ? Est-il utile d’installer des caméras sans vouloir les faire fonctionner, donc sans avoir de plan de vidéoprotection, ou les moyens matériels pour ?


Sur l’utilité réelle de la Police à Grand-Vaux

Pourquoi ça dégénère bien souvent quand la Police met les pieds à Grand-Vaux ? Les policiers sont-ils mieux utilisés à courir les casseurs de caméras ou les pyromanes criminels (s’ils les retrouvent quand certains m’écrivent les avoir vus de leur fenêtre), ou à faire un travail de prévention, au côté des travailleurs sociaux que la Ville n’engage pas ? Qu’espère sincèrement le maire des renforts de Police ? Une proportion supplémentaire de blessés et de violences ?


Sur le Conseil citoyen de Grand-Vaux (article en lien)

Je renverrai simplement à mon précédent article.


Non, on ne peut pas dire que c’est sans importance car si la presse ne pose plus de questions, qui le fera ? Maintenant, les habitants de Grand-Vaux ont le devoir de poser ces questions, ce sans quoi ils deviennent eux-même complices d’un système qui ne leur apporte que dégradation de leurs conditions de vie. D’autant que sur l’échelle martyrologique des douleurs, je continue d’affirmer que Grand-Vaux n’est pas le quartier le plus malheureux de Savigny.



Publicités

Une réflexion au sujet de « À Grand-Vaux (Savigny-sur-Orge), la presse ne se pose pas de (bonnes) questions »

  1. Jean-Marie CORBIN

    Et tu oublies les tentatives d’intimidations que tu as eues quand tu as tenu un meeting électoral dans une salle située à Grand-Vaux …

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s