À 25 ans, je pense avoir fait le tour de la question humaine

L’optimiste est la personne qui voit le verre à moitié plein. Le pessimiste, celui qui le voit à moitié vide. Je serai personnellement plutôt du genre pragmatique à voir ce verre deux fois trop grand. À 25 ans, l’humanité me dégoûte profondément. Alors je me rassure en lisant ce passage de la Bible, dans la Genèse, dans lequel Abraham obtient de Dieu que la ville de Sodome ne soit pas détruite parce qu’il y trouve dix justes. (Genèse 18,16-33)

Même si je trouve que la très grande majorité de l’humanité est corrompue, c’est à dire cédant prioritairement à ses bas instincts d’égoïsme, de vénalité et d’opportunisme, plutôt qu’à la civilisation, je pense qu’il y a quand même une minorité de personnes qui valent la peine qu’on ne les oublie pas au travers de ses actions. C’est cet altruisme que j’essaie de pratiquer au travers de mes trois principales passions publiques : le journalisme, la religion et la politique.

L’Histoire, et plus largement l’ensemble des sciences humaines nous prouvent que l’Homme ne cesse de retomber dans les mêmes travers. La Bible, dans son genre, est aussi une bonne chronique d’une humanité qui ne cesse de se détourner de son Dieu, malgré toutes les épreuves qui lui permettent de tirer un certain nombre de leçons. Si donc, mes actions peuvent bénéficier à au moins une autre personne que moi, alors elles valent le coup que je les mène.

Mais quel découragement pour le journaliste que ses analyses n’intéressent pas les masses, surtout quand il ne peut pas écrire ce qu’il veut. Quel combat pour le croyant que de faire de la religion une institution de liberté quand la majorité ne cesse qu’à s’y enfermer. Quelle lutte pour le politique d’essayer d’intéresser les citoyens à la chose publique quand ceux-ci préfèrent voter pour le système même qui fait tout pour les en éloigner, en les déresponsabilisant.

Peut-être donc n’existe-t-il qu’une minorité de personnes respectables, qui, soit doivent savoir qu’elles ne sont pas seules à lutter pour la Justice, soit ont besoin d’être défendues car elles ne peuvent pas le faire seules. Mais même pour un, et à défaut pour soi, tout en connaissant sa propre corruption et ses propres compromissions, il faut continuer à améliorer cette humanité car c’est en améliorant à son niveau le monde que le monde devient toujours un peu meilleur.

J’ai 25 ans. Je suis souvent en proie au découragement face à mes bagarres qui n’avancent pas, voire me créent plutôt des ennuis que des satisfactions. Mais au fond de moi, je sais que je suis dans le vrai. Peu importe que cela n’aboutisse pas, au moins j’essaie, ce qui n’est pas le cas de la majorité plus présente pour bloquer. Plus qu’hier mais moins que demain, je suis déterminé à continuer de vivre tel que je veux et que je fais pour que soit ma vie, en toute liberté.

Pour autant que je crois que de nombreuses personnes sont irrécupérables, je pense qu’il faut continuer de chercher à les convaincre, non pas qu’ils se trompent, mais que dans le fond, ils n’ont pas le monopole du bonheur par leur modèle de vie autocentré. Il y a tout un travail à faire avec les jeunes générations. Vraiment, j’aime de plus en plus la vision de l’humain développée dans la littérature et le cinéma… Que veut-il nous dire par cette dernière phrase ?



Publicités

Une réflexion au sujet de « À 25 ans, je pense avoir fait le tour de la question humaine »

  1. vascomodo@aol.com

    Bonjour Olivier,

    Je me permets de te transmettre ce texte qui explique comme son titre l’indique la dualité et la non dualité. Pour les bouddhistes nous sommes ici-bas dans le monde de la dualité, de la division, royaume du Porteur de Lumière et aucun principe n’existe sans son opposé et complément, le + et le – , les 2 faces de la même pièce. C’est le principe du Tao…l’opposition crée le mouvement et rien n’est parfaitement blanc ou entièrement noir…Il est donc parfaitement illusoire d’espérer prendre le + sans le -, la lumière sans l’ombre, l’amour sans la haine…à moins de se retirer du monde et là encore on n’ échappe pas totalement à la dualité (Narcisse et Goldmund). Ou bien cette merveilleuse prière de Saint François;  » Seigneur faites de moi l »instrument de votre paix… »On voit bien qu’ici-bas certains s’échinent à détruire ce que d’autres s’évertuent à construire. Il y a ceux ki tirent vers le haut et ceux ki tirent vers le bas, les roublards et les naïfs. On demandait à Céline qui il préférait: le bâtisseur et celui qu’il détestait: le destructeur. Il est bien légitime de blâmer celui qui a 1 nature opposée à la sienne i Rien d’extraordinaire à cela, chacun agissant selon sa nature profonde. Pour 1 négatif faire le mal c’est bien. L’essentiel est donc de connaitre cette nature que l’ on ne peut changer mais que l’on peut « améliorer ». « Connais-toi toi-même et tu connaitras l’univers et les dieux » enseignait le sage grec. »Deviens ce que tu es » professait Nietzsche. En agissant selon sa vraie nature, on ne résous certes pas les problèmes du monde, on les atténue ou on les compense quelle que soit sa nature mais surtout on entrevoit « le 1 sans 2 », l’unicité, Dieu….Les Mayas ont arrêté leur calendrier en 2012, pour les indous nous sommes dans le Kali-yuga, la fin d’1 cycle…Projet blue beam: la corruption s’accéléra jusqu’à l’arrivée de l’antéchrist…Les chemtrails ont dessiné la toile blanche, l’écran géant sur lequel il apparut et l’humanité entière se prosterna….C koi le plan B? La transcendance des hommes justes? A moins que la Providence…

    Bonne lecture, Bien à toi, Joël

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s