Sécurité : j’affirme que la droite se trompe

À huit mois de la présidentielle, comment croire aux effets d’annonce des politiques à la suite de l’agression de quatre policiers au cocktail Molotov ce samedi 8 octobre 2016 à Viry-Châtillon ? Ils ne feront pas grand chose, d’une part parce qu’ils n’ont pas les moyens, d’autre part, parce qu’en agissant, ils donneront raison au Front national. Mais le pire à mon sens est que même la mort d’un policier ne fera pas plus bouger les lignes…

Qu’on le veuille ou non, la campagne de 2017 ne portera pas sur des questions économiques ou sociales : nos gouvernements de gauche comme de droite ne peuvent (ne veulent) plus rien faire. Donc ce sera les 4i sur lesquels on peut faire semblant d’agir (alors qu’en réalité, on n’y peut pas tellement plus) : l’identité, l’islam, l’immigration et l’insécurité ! Autant dire qu’on fait le lit du Front national, avec une droite qui va s’essayer de nous rejouer 2007 en aspirant le FN.

En effet, lorsqu’on prononce le mot « insécurité » – outre que certains pensent à islam puisque sur les réseaux sociaux, certains semblent déjà savoir que ce sont des musulmans qui sont responsables – les politiques invoquent des problèmes de conjoncture, alors que ce sont des problèmes de structure. Y a-t-il vraiment besoin de 300 policiers supplémentaires si c’est pour qu’ils surveillent des caméras tellement surprotégées qu’elles ne filment que de l’inexploitable ?

Bien sûr qu’on manque de policiers, mais regardez les maires qui s’entourent tous petit à petit de police municipale qui ne sert à rien d’autre qu’à verbaliser ! Et maintenant, on les arme, alors qu’on n’a pas les moyens de leur payer du matériel, de leur apprendre à tirer et surtout qu’ils n’ont le droit de se servir de leurs armes que dans des cas si précis qu’ils n’ont concrètement jamais le temps. Et peut-être heureusement, car ce serait parfois l’armée qu’il faudrait.

Mais les politiques n’utiliseront pas l’armée ; pas en République, même si c’est l’état d’urgence permanent et donc que l’état de droit est temporairement mis entre parenthèse. Parce que comme l’a bien dit le Premier ministre, il n’y a pas de zone de non droit. Et la preuve, c’est que les policiers y vont encore (pour se faire agresser) ! Pourtant, il existe bien des no-go-zones dans lesquelles l’État n’a plus aucun pouvoir, comme nous le prouve l’exemple de la Grande-Borne.

Faut-il donc rétablir une Police de proximité ? Inutile dans des quartiers trop insoumis dans lesquels il y a la haine du flic. Alors là aussi, ce qu’on pourrait faire, c’est organiser des groupes de parents et de citoyens du quartier pour tourner dans la cité, mais non, surtout pas de milice en République. Et puis des éducateurs sociaux, des animateurs de quartier, des médiateurs de rue, ça coûte et ce ne sont pas les entreprise rentières des animations jeunes qui vont le faire.

Non, c’est mieux que l’argent passe dans la vidéosurveillance dont le grand fait de gloire est de compter les regroupements de jeunes de plus de 5 personnes. Sinon dans des rénovations urbaines inutiles qui ne sont que l’occasion pour des entreprises de BTP de détourner un max d’argent public. Au pire, en envoyant tout ce petit monde en prison pour 92 euros par jour et par personne détenue aux frais du contribuable, là où les mauvaises rencontres se font…

D’un côté, les syndicats de policiers gueulent (ceux-là même qui servent surtout à gérer plus vite l’avancement de leurs collègues en temps normal). De l’autre, ce sont les politiques qui veulent juste passer à la télé et pour se faire voir, demandent par exemple la dépénalisation du cannabis. Mais outre qu’à la Grande Borne, on doit plutôt trafiquer les armes et les pièces de voiture, ce sera une autre drogue, plus dure, plus rapide d’effet qui sera échangée à la place.

Les agresseurs ont-ils une excuse sociologique ? Ce n’est sûrement pas une excuse, mais peut-être une raison ? Qui ne se lancerait pas dans ces trafics s’il n’avait pas de perspective professionnelle ? À la Grande-Borne, 40 % des jeunes de moins de 25 ans sont au chômage, et ils savent qu’ils ne trouveront pas d’emplois parce qu’il n’y a plus d’emplois sous-qualifiés en France, et que quand il y en a, ils sont occupés par des gens sur-qualifiés qui attendent mieux.

Sont-ils débiles ? Non, c’est une crise globale des éducations à cause d’une cellule familiale souvent explosée avec une absence de figure paternelle. À cause d’une éducation scolaire limitée parce que les conditions de travail n’y sont pas. À cause d’une éducation sociale et religieuse déformée parce que la République n’est plus là, et comme c’est le temps des économies, on supprime en plus tout ce qui était socio-éducatif ou activités associatives de loisirs…

La droite, par ses propositions actuelles, ne fait qu’attiser la violence en répondant sécurité là où il faudrait dire social. Car un social développé empêche de tomber du côté de l’insécurité. Bizarrement, c’est la gauche qui jusqu’au XXe siècle défendait la sécurité tandis que la droite s’en foutait. Mais cela fait partie des valeurs, qui comme la patrie, se sont inversées et sont passés dans l’autre camp qui ne les comprend plus et s’en sert juste par opportunisme face au FN.

On ne gagne pas une guerre par la violence, pour la bonne raison qu’on ne peut pas conquérir des esprits qui refusent de se soumettre. La droite, et maintenant paradoxalement la gauche, veulent renforcer les protections. Peut-être devraient-ils plutôt profiter de la situation pour tout remettre en cause pour les vingt ans à venir ? La fameuse caméra est tellement inutile qu’il faut un appel à témoins pour retrouver les agresseurs qu’à mon avis, on connaît déjà !

À faire du FN, et à raconter partout que la sécurité est la première des libertés (ce qui est faux parce que l’article 2 de la Déclaration des droits de l’Homme nous dit que c’est la propriété), la droite se corrompt et n’agit qu’illusoirement pour la sécurité, tandis qu’elle n’agit pas du tout pour notre sûreté. On peut continuer longtemps dans l’absurde des caméras et des patrouilles statiques au vu et au su de tous, mais l’hypocrisie n’empêchera pas une mort en service.



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s