À Savigny-sur-Orge, une pétition contre la désertification médicale

Une pétition en ligne (que j’ai signée et que je vous encourage à signer) a été créée ce mardi 11 octobre pour dénoncer la désertification médicale de Savigny. Elle vise à interpeller le maire pour qu’il installe ou facilite l’installation de jeunes médecins. Malheureusement, Éric MEHLHORN ne voit pas si loin. En janvier 2016, il disait :  « Ah mais on va pas faire une maison médicalisée à Savigny parce que celle de Juvisy ne fonctionne pas.« 

https://www.change.org/p/mr-le-maire-du-91600-desertification-medicale-du-91600

Nombreux sont d’ailleurs les Saviniens à m’interpeller sur la question de la santé. Mais à mon échelle, je n’y peux rien. J’avais par exemple proposé l’installation d’une maison médicalisée rue Roger-Salengro, mais le maire a préféré en faire une maison des anciens combattants. MEHLHORN est le premier à se servir de sa famille pour dénoncer le manque de spécialistes à Savigny, mais il ne fait rien pour en faire venir plus, voire même il dissuade ceux qui veulent.

En réalité, le maire mise sur le fait que les médecins actuels resteront jusqu’en 2020, date à laquelle il finira son premier mandat, cela au nom de leur « conscience professionnelle« . Et puis après, ce sera à son successeur de se débrouiller. Avec un peu de chance, le centre de santé de Grand-Vaux (une sorte de dispensaire) sera fini avant 2024. En attendant, nous sommes passés de 18 médecins en 2013 à 11 au début 2016, et la plupart sont bientôt en âge de partir…

Alors moi, 24 ans, comme la plupart des Saviniens jeunes et rarement malades, je m’en fous d’avoir un médecin traitant ; c’est un nom pour les déclarations. J’espère quand même que d’ici 2017, date de mes prochains rappels de vaccination, mes pharmaciens de parents auront obtenu le droit de vacciner et que je leur ferai faire (gratos), parce qu’entre nous, je ne crois pas à une installation miracle d’un nouveau cabinet médical ou d’une maison médicalisée.

Ce qu’il faut quand même savoir, c’est qu’il y a eu un médecin qui en 2015 a voulu ouvrir un cabinet sur le haut du boulevard Aristide-Briand. Il a sollicité la mairie et on lui a répondu assez franchement qu’on ne l’aiderait pas pour aménager son cabinet aux normes d’accessibilité aux personnes handicapées. Quant au stationnement, bonjour chez vous. Alors imaginer demander des aides de l’État pour les déserts médicaux, comme a refusé de le faire le maire en 2015 !

Parce que l’Agence régionale de santé avait bloqué des crédits auxquels nous étions éligibles, et il fallait juste remplir un dossier en indiquant nos projets de santé. Mais comme la Ville n’en avait pas, elle n’a pas répondu et on a raté la subvention. De là, comment pourrait-il reprendre les idées que je défendais en 2014 : exonérations de charges pour le loyer, mutualisation du travail administratif de secrétariat médical dans un lieu dédié, publicité (même si elle se ferait naturellement) et recherche d’aides financières pour aider à l’installation…

En conclusion, mieux vaut ne pas être malade à Savigny, d’autant que l’hôpital de Juvisy devrait effectivement fermer en 2024. Actuellement, mon seul espoir de citoyen reste donc qu’un médecin se dise « je vais venir habiter à Savigny » et puis qu’il ouvre un cabinet pour travailler près de chez lui. Mais si en même temps l’État ne résout pas très vite la question du numerus clausus, alors comme l’autre de la publicité, nous pourrons dire : « on est mal« , plus qu’on ne l’est déjà !

https://www.change.org/p/mr-le-maire-du-91600-desertification-medicale-du-91600



Publicités

3 réflexions au sujet de « À Savigny-sur-Orge, une pétition contre la désertification médicale »

  1. Jean-Marie CORBIN

    Dans un sketch qui n’est pas resté dans la mémoire collective d’internet, l’humoriste Daniel Prévost interprétait le rôle d’un candidat aux présidentielles. A propos du déficit de la sécu, il disait ceci : « Pour le trou de la sécu, j’ai mon idée, ils n’ont qu’à pas être malades ». La réalité n’est pas très différente. Avec 8000 praticiens partant annuellement à la retraite pour 4000 annuellement formés, ce n’est pas près de s’arranger. Qu’importe, on en importera. Ce qui ne fait pas rigoler les roumains restés en Roumanie, car bon nombre de leur médecins quittent le pays pour d’autres eldorados. Soyons un peu cynique, ce sont les personnes âgées qui sont le plus souvent malades, qu’ils nous débarrassent le plancher qu’on ait plus à payer leurs retraites (un des effets dont on n’a jamais parlé en été 2003). Oh mais attend, les « petits vieux » ce ne serait pas le socle électoral de certains politiques ? Quel dilemme !

    Répondre
  2. LETERRIER

    N.B : la publicité est interdite par la loi (code de santé publique) aux professionnels de santé; l’apposition d’une plaque professionnelle suffit

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s