Sur les violences contre les policiers à Viry-Châtillon le 8 octobre 2016

À cette heure, ils sont encore deux policiers gravement blessés à l’hôpital après qu’on ait jeté un cocktail Molotov dans leur voiture tout en les empêchant de sortir. Mais depuis quand la Police doit-elle surveiller des caméras de vidéosurveillance dont je me demande à quoi elles servent. Les vols à la portière avec violence au carrefour du Fournil avaient-ils cessé ? Les agresseurs avaient-ils été retrouvés ? Alors à quoi bon continuer ?

Pourquoi des gens volent-ils ou agressent-ils, encore aujourd’hui, jusqu’à vouloir donner la mort ? Tout d’abord parce que ce sont des personnes qui ont des problèmes psychiatriques du fait d’un manque d’équilibre due à une absence de repères sociaux, éducatifs, familiaux… Ensuite, parce que ce sont des gens qui n’ont pas de travail et pas d’argent et qui savent qu’ils n’en trouveront pas. Enfin, parce qu’ils vivent dans la haine de la Police, et au-delà de l’État.

La municipalité de Viry a donc fait le choix d’installer des caméras qui ne viendront pas défendre les personnes agressées mais permettront peut-être de retrouver les coupables. Mais face aux attaques contre cette fameuse caméra du carrefour de la Grande-Borne et de la RD 445, on entend dans les médias que la Police venait désormais protéger cette outil de vidéosurveillance. J’aurais préféré entendre qu’elle venait pour les usagers du carrefour…

Alors aujourd’hui, que peut-on faire à part condamner ces violences et en appeler à l’État ? Surtout si c’est pour qu’ils viennent refinancer d’autres caméras. Est-ce que dans ce pays nous ne sommes plus rien capables de faire pour l’emploi et le logement ? Mais j’entends déjà certains me dire que les agresseurs sont des gens qui ne veulent pas travailler et qui trouvent plus facile de vivre avec le RSA, ce qui n’est pas forcément faux. Alors que faire de plus ?

Aujourd’hui, j’étais en sortie avec le Secours catholique de l’Essonne. Un dimanche à intervalle régulier, nous emmenons des enfants de la Grande-Borne, et il y en avait aujourd’hui, et nous les aérons loin de ce quartier dont ils sont prisonniers. Et j’espère qu’un jour, ces enfants ne reproduiront pas le schéma de haine et de destruction de leurs ainés. Bien sûr, ils n’aiment pas la Police, comme les autres, alors nous essayons de dialoguer, d’apaiser et d’expliquer.

J’ai envie de croire que tout ce temps passé pour des sorties, pour du soutien scolaire, pour du partage n’est pas vain. Bien sûr, certains risquent de suivre un chemin de violence et de haine, mais peut-être en sauverons-nous certains. L’État ne peut pas tout, seul. Il doit s’entourer des habitants du quartier, des associations, et même des religions pour essayer d’améliorer la vie en cité, mais surtout, il doit créer de l’emploi, même aidé, et il doit occuper pour valoriser !



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s