Pourquoi la fachosphère est-elle si présente sur internet ?

Deux journalistes viennent de publier un livre pour expliquer que l’extrême-droite (la fachosphère) a « gagné la bataille du Net« . En réalité, le problème n’est pas une guerre idéologique, mais que internet est le dernier lieu où il est possible de s’exprimer librement (y compris pour la propagande jihadiste qui n’est pas censurée). Le tout lié à une multiplication contextuelle de certains propos et à une gauche qui n’a plus rien à dire.

L’extrême-droite, et plus généralement la droite, aiment bien dénoncer les lois scélérates qui depuis 1972 (la fameuse loi Pleven), encadrent pour ne pas dire réduisent la liberté d’expression. À la base, l’idée que certains propos à caractère racialistes, antisémites, ou xénophobes n’ont pas leur place dans l’espace public. Dans la réalité, une grande frustration pour certains qui accumulent une violence et la déchargent ensuite où et comme ils peuvent.


La perversité des lois scélérates

Contraindre l’expression des personnes, c’est donner une sur-importance à certains de leurs propos. Pourquoi sont-ils interdits ? Que cachent-ils ? Quel complot a rendu possible qu’on les interdise ? Au delà du fait d’une censure, c’est surtout dire qu’il y a des propos qu’on ne doit plus pouvoir exprimer, et qu’on ne devra peut-être plus pouvoir penser. Au lieu d’apprendre les raisons de condamner ces propos, on laisse la Loi nous dire ce qui ne doit pas être exprimé.


La libération de la parole droitière

Cette parole a toujours existé mais se multiplie du fait de l’échec du politique et d’une immigration dont on ne semble pas voir la fin, car il y aura toujours des guerres et des réfugiés à accueillir. Si donc elle est rendue plus visible, c’est en partie du fait que les politiques, incapables sur l’emploi, le logement, la jeunesse, la justice ont détourné le débat et que des gens qui ne travaillent pas ou ne s’occupent plus collectivement l’ont reprise à leur compte.


La minorité de la gauche sur internet

Être de gauche est d’abord une construction intellectuelle basée sur la conscience de soi et des inégalités qui nous entourent. Donc c’est ennuyeux, en plus d’être devenu moralisateur. L’expression droitière est quant à elle plus simpliste et plus facilement compréhensible par tous, donc plus relayable. Mais au-delà de ça, les contenus ne font que se multiplier d’années en années, et voilà quatre ans que la gauche est au pouvoir donc est rendue dépendante…


Une logique économique et juridique

La presse papier ne faisant plus recette, l’extrême-droite ne s’embête pas à persévérer dans un modèle en voie de disparition mais innove au moyen de contenus plurimédias, face à ceux qui essaient de sauver le papier. Pour être à couvert d’un point de vue légal, ses sites émettent depuis l’étranger, et il est ainsi beaucoup plus difficile de faire supprimer certains contenus. Tout cela ne doit pas masquer que les écoles de journalisme se droitisent aussi, lentement.


La fachosphère (rappelons que les Français ont vécu sous un régime d’extrême-droite de 1940 à 1944) n’est donc que la conséquence d’une limitation de l’expression, et tend à se multiplier du fait d’un contexte politico-économique qui lui est grandement favorable. Mais le développement des délits numériques, la refonte de la gauche après l’échec de ce quinquennat et les mesures de lutte contre les terrorismes en ligne devraient bientôt rééquilibrer cela.



Publicités

Une réflexion au sujet de « Pourquoi la fachosphère est-elle si présente sur internet ? »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s