Hausse d’impôt départementale : mon courriel aux élus du Département

Savigny-sur-Orge, le 25 septembre 2016

Monsieur le président du Conseil départemental DUROVRAY,

Monsieur l’ancien président du Conseil départemental GUEDJ,

Madame le Conseiller départemental VERMILLET,

Monsieur le Conseiller départemental MEHLHORN,


Je viens de recevoir ma taxe foncière : + 18,28 % d’augmentation au total.

Je ne comprends pas. M. DUROVRAY avait pourtant promis que l’augmentation de la part départementale de la taxe foncière devait entrainer une hausse de (seulement) 10 % du montant total de ma contribution. Raconterait-il n’importe quoi ?

Alors où va l’argent ?

Comment est-il employé ?

Si vous fermez du service public, ou en arrêtez certaines missions, pourquoi n’en constate-t-on pas d’économies ?

Pourquoi n’avez-vous pas chiffré et communiqué sur le montant détaillé de tout ce que vous supprimiez ? Le pouvez-vous seulement ?

D’où sortent les 35 millions € d’excédent du budget ?

Que devient la fameuse plainte contre X ?

Je serai bien venu poser toutes ces questions lors de la réunion bilan du canton de Savigny-sur-Orge du vendredi 1er juillet 2016 à Wissous, mais n’étant pas membre des partis LR ou UDI, je n’ai pas eu le privilège de recevoir une invitation. Et comme Brigitte VERMILLET n’avait publiée l’info que sur Facebook, et que je ne lis pas tous les jours le Facebook de Mme VERMILLET… Puis, c’est quand même plus facile de ne parler que devant des militants ; le ton est tout de suite plus consensuel.


Mais non, François DUROVRAY devait ignorer que le maire de Savigny-sur-Orge agirait lui aussi sur la taxe foncière pour trouver des financements. Toujours pour la raison que les prédécesseurs ont trop mal géré la collectivité. Là aussi, pour faire quoi, puisque les services publics continuent de fermer (donc devraient générer d’autres économies), mystère…

Bon, à Savigny, j’ai quelques petites idées. Par exemple, nous savons qu’avec l’argent, Éric MEHLHORN a notamment embauché votre amie commune Valérie RAGOT pour contrôler et évaluer les politiques publiques de la Ville, pour 3410,30 € par mois.


Entre nous, je crains pour celui qui va succéder à HOLLANDE en 2017… Bof, la solution sera vite trouvée malgré les promesses de campagne : le levier fiscal.

En même temps, avec la droite, avec votre droite, cette hypocrisie n’est pas nouvelle. Vous rappelez-vous de CHIRAC en novembre 1995, et donc de JUPPÉ ? On ne va pas pouvoir combattre la fracture sociale parce qu’on a découvert que les déficits étaient trop importants. C’est pas comme si on était au Gouvernement, donc en charge du Budget, depuis 1993…

Alors si je continue, encore aujourd’hui, de me demander comment la droite de 1993 à 1995 n’avait pas pu voir l’ampleur des déficits, là aussi, comment la vigilance d’Éric MEHLHORN, élu depuis 2006, et de la précédente minorité de droite, a-t-elle pu laisser filer 108 millions d’euros sans s’en rendre compte ?

Dans ma ville de Savigny-sur-Orge, après plusieurs années d’études des comptes et malgré des documents que M. MEHLHORN me refuse (on se demande pourquoi), j’arrive à peu près à repérer tous les mouvements financiers supérieurs à 40 000 €. Je pense que si j’avais accès à tous les marchés publics, à l’ensemble des actes administratifs ainsi qu’aux comptes administratifs du Département, j’arriverais à repérer des irrégularités. Bref, si je faisais le travail qui devrait être celui d’un élu. Et que dire des services du Département ?


Dans ma ville toujours, l’État par le biais de la DDFIP a fait des erreurs de gestion comptable. Mais je m’en suis rendu compte, et je les ai signalées. Et ici encore, le Préfet, qui avait pourtant validé les comptes, a même trouver le moyen de faire une lettre d’observation pour remettre en cause ce que lui-même avait validé. Rassurant, n’est-il pas ?

Donc il fallait peut-être et sûrement augmenter les impôts des Essonniens le temps de recouvrir les 108 millions € d’impayés. Peut-être aussi pour faire face aux augmentations de dépenses sociales liées au désengagement de l’État, même si les presque 3 millions € annuels que vous économisez en combattant la fraude, sont déjà une petite victoire. Mais alors pourquoi avoir commandé un audit si vous ne respectez même pas la préconisation fiscale qu’il suggérait ? Juste pour enfoncer le message que la gauche, c’est nul ?

Aujourd’hui, on peut donc être d’accord sur le fait qu’il fallait augmenter les impôts, mais pas au niveau de la hausse votée en mars, ni pour l’ensemble des raisons que vous invoquez.


En vérité, je condamne surtout deux de vos attitudes dans votre gestion et votre gouvernance :

1. Pendant toute votre campagne, vous avez tiré sur la gauche en leur reprochant d’avoir augmenté les impôts. Comment voulez-vous que les citoyens fassent encore confiance au politique, alors que votre premier budget s’accompagne d’une hausse historique ? Vous avez trahi vos engagements, et vos électeurs. Mais heureusement pour vous que trois élus de votre majorité ont refusé de vous suivre pour sauver l’honneur de la droite.

Plus exactement, vous avez eu peur d’être pris comme des élus en faute, incapables d’équilibrer leur budget. Je trouverais donc plus honnête que vous le reconnaissiez, que vous admettiez avoir eu peur des sanctions du Préfet contre lesquelles il est vrai, personne ne vous aurait défendu, et que vous arrêtiez d’accuser les autres de ce qui reste un choix politique, responsable certes, mais un choix !

Car vous pouviez aussi mettre l’État devant le fait accompli, plutôt que d’envoyer le message que les services du Préfet ne contrôlent rien du tout. Eux aussi, pourquoi on les paye s’ils ne font pas leur travail ?

Du coup, le citoyen contribuable se trouve dans l’impossibilité de savoir qui a raison, car vous n’êtes pas beaucoup plus transparent, et c’est contraire au principe du versement de l’impôt. De fait, il se demande :

  • Finalement, puisque l’État n’assume pas ses responsabilités, pourquoi les collectivités devraient-elles s’user à le faire ? Regardez au niveau des états européens.
  • La gauche n’a-t-elle pas raison lorsqu’elle dénonce tout ce qui a été fermé alors que certains services auraient pu être préservés au moyen des 35 millions € ? Le doute demeure.
  • La droite ne constitue-t-elle pas une cagnotte avec tout cet argent ?

(J’espère donc que vous aurez la décence, à l’approche des prochaines élections, de nous éviter le populisme et la démagogie d’un élu qui diminue les impôts au prétexte que la mission est accomplie.)


2. Votre deuxième comportement le plus insupportable est cette manière de vous défausser et de vous déresponsabiliser de vos choix dans vos différentes publications, notamment numériques. Je déplore donc toute la publicité que vous faites à M. GUEDJ. Peut-être est-il temps de passer à autre chose ? Je pense que nous avons compris la situation.

D’une part, parce que votre argumentaire est somme toute limité, et tient surtout de l’acharnement idéologique, qui se transforme en victimisation de M. GUEDJ. Quand je vous lis ou que je vous écoute, on dirait un média français qui parle de Donald TRUMP. Au final, vous faites oublier les véritables responsabilités de GUEDJ, qui passe pour un pauvre chéri qui endettait le Département pour offrir toujours plus de services publics.

D’autre part, parce que vous et votre parti allez chercher des arguments des plus fallacieux et des plus minables. Par exemple, quand votre parti rappelle que M. GUEDJ n’a jamais géré d’entreprise, sous entendu qu’il ne pouvait pas savoir gérer l’Essonne de ce fait.

Mais si l’on regarde la biographie de M. DUROVRAY, n’a-t-il aussi jamais que géré l’argent des autres ? Que connait-il du secteur privé ?

Certes, il a œuvré avec brio à Yerres, où ayant parfaitement compris l’intérêt de l’intercommunalité, il a endetté la CAVY pour désendetter sa ville, lorsqu’il était premier adjoint de M. Nicolas DUPONT-AIGNAN.

Surtout que si l’on observe certains membres de votre majorité au Conseil départemental, ne croyez-vous pas que ce sont des citoyens qui font de la politique uniquement parce qu’ils sont incapables d’exercer une activité professionnelle à côté. Ce faisant, ils sont utiles au parti puisque complètement dépendant d’eux financièrement. Peut-être que certains destinataires de ce courriel se reconnaîtront ?


Je ne vous remercie pas pour cette hausse d’impôts.

Je trouve dommage que vous ne montriez pas l’exemple en renonçant symboliquement à une partie de vos indemnités. À côté de cela, par exemple, le voyage à Rio de Mme RIGAULT est fort mal venue.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le président du Conseil départemental, Madame et Messieurs les conseillers départementaux, l’expression de ma considération la plus distinguée.

Olivier VAGNEUX

P.-S. : Je profite de ce courriel pour vous rappeler, que malgré l’avis CADA n°20161438 du 12 mai 2016, vous ne m’avez toujours pas envoyé la facture de l’impression et de la distribution de votre lettre du 29 janvier justifiant des économies. Peut-être là aussi, une économie que vous auriez pu réaliser, surtout puisque vous avez repris les mêmes arguments deux mois plus tard dans le magazine du Département ?



Publicités

Une réflexion au sujet de « Hausse d’impôt départementale : mon courriel aux élus du Département »

  1. Jean-Marie CORBIN

    Comme tu le sais, le 15 septembre 2016, j’ai reçu comme bon nombre de contribuables le montant à payer de ma taxe foncière. J’ai donc envoyé un message « d’encouragement » non seulement à Éric Mehlhorn notre cher maire-conseiller-communautaire-vice-président-au-conseil-départemental-touchant-pour-tout-ça-9000€-par-mois mais aussi à François Durovray (mêmes indemnités = 9000€/mois), avec une copie pour BrigitteVermillet (un petit moins pour elle car elle n’a pas autant de mandats) car après tout elle est aussi notre représentante au conseil départemental et a également voté pour l’augmentation. Pas d’écho d’Éric Mehlhorn, mais là cela ne surprendra plus personne ! En revanche, j’ai reçu le 22 septembre un message de Christine LABORIE, Assistante des Conseillers Techniques Cabinet du Président, pour me demander mon adresse personnelle car « François DUROVRAY aimerait m’adresser une réponse plus détaillée par courrier ».

    Diantre, Monsieur le Président du Conseil Départemental me fait répondre mais j’avoue que je suis assez blasé : 1) parce qu’il ne connaît pas mon adresse personnelle, alors qu’il suffit soit de puiser dans le fichier électoral consolidé en préfecture soit de demander à son ami Éric en qui il a toute confiance (message de FD du 2 février 2016 à 12h27 « J’ai la plus grande estime pour Eric MEHLHORN dans le travail qu’il accompli à mes côtés en qualité de Vice-président en charge du patrimoine de l’Essonne », ça ne s’invente pas !) 2) et parce qu’il va sans doute me resservir le discours légèrement défraîchi, qu’il m’a déjà joint le 29 janvier 2016 à10h12

    Pour conclure et chatouiller la curiosité de nos lecteurs voici ce qu’il m’a écrit sur ce même message daté du 2 février 2016 : « Je ne rentrerai pas dans les débats saviniens et vos propos concernant Eric Mehlhorn vous appartiennent. » => A) Et Valérie Ragot en cumulant son mandat de maire adjointe à Brunoy, de conseillère communautaire à la Communauté d’agglomération Sénart Val de Seine (CASVS) et missionnée pour on ne sait toujours pas à quoi à la mairie de Savigny-sur-Orge n’a semble-t-il n’a pas les mêmes scrupules pour tout mélanger. B) Mes propos concernant Eric Mehlhorn ne m’appartiennent pas, oh non je les partage volontiers avec au moins, Olivier Vagneux (à moins que ce soit l’inverse ou vice-versa).

    C’est bête à dire, mais j’avoue que je ne suis pas pressé de lui répondre, je sais d’avance l’effet de surprise n’en sera pas un …

    Voilà, voilà

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s