Trois scenarii de la victoire de Donald TRUMP

Malgré des sondages catastrophiques et une fuite de soutiens prestigieux toujours plus importante, Donald TRUMP n’a jamais été aussi près de gagner l’élection présidentielle américaine de 2016. Et plus on lui tape dessus, et plus il peut se présenter à raison en victime de l’établissement et du système. Dans tous les cas et quelque soit son score, il n’aura pas démérité face à l’acharnement qui se joue contre lui, certes différent aux EUA.

À titre personnel et si j’étais américain, par transposition de mes convictions, je pense que je serai de sensibilité républicaine. Mais pas forcément pro-TRUMP, même s’il a la légitimité d’avoir gagné la primaire ; donc plutôt du genre à voter blanc. Je ne sais toutefois pas si les clips de Fox News et les algorithmes de Google ne réussiraient pas à me faire voter par défaut, par crainte de l’immobilisme annoncé avec CLINTON pendant au moins quatre ans…


L’hypothèse Donald TRUMP élu grâce au vote populaire

Et s’il arrivait quand même à convaincre la majorité des Américains ? Particulièrement ceux de la Rust Belt (ceinture de la rouille) et du Midwest (Michigan, Ohio, Pennsylvanie, Wisconsin), qui subissent très durement depuis 2008 les effets de la crise, notamment le chômage. TRUMP ensuite répond réellement à la peur du déclassement américain, qui même si elle est très présente chez les 23 % de WASP, est aussi la préoccupation de tous ceux qui veulent réussir.


L’hypothèse Hillary CLINTON défaite par la maladie

Non, TRUMP ne monte pas dans les sondages chaque fois que CLINTON donne un signe de faiblesse, et qu’il ne commente pas la santé de son opposante. Non, c’est plutôt CLINTON qui diminue ses scores et voit ses partisans perdre leur envie de faire campagne, s’ils ne décident pas de s’abstenir ou de voter pour la candidate écologiste. Les Américains ne veulent pas être représentés par une personne fragile qui donnerait l’impression que les EUA sont faibles.


L’hypothèse Gary JOHNSON qui bloque la majorité absolue

Non bien sûr, le candidat libertarien a très peu de chance de gagner, même s’il peut réaliser un score historique pour son parti. Toutefois, l’ancien gouverneur du Nouveau-Mexique pourrait remporter son état qui compte 5 grands électeurs, et donc empêcher tant CLINTON que TRUMP de remporter la majorité absolue de 270 grands électeurs s’ils se trouvaient à égalité. Dans ce cas, ce serait la Chambre des représentants, à courte majorité républicaine, qui déciderait.


J’ai toujours pensé que Hillary CLINTON aurait du mal du fait d’être une femme, dans un pays machiste qui a moins de difficultés à élire un président issue d’une minorité ethnique. Au pays de la peur du déclassement, le vote du 8 novembre ne s’annonce pas sexy et c’est celui qui communiquera le mieux pour masquer ses faiblesses qui triomphera. Sauf attentats, je pense donc que c’est celui qui tiendra la distance sur les trois débats TV qui sera le vainqueur.



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s