Affaire Valérie RAGOT : vers un dénouement grâce à un avis CADA

Dans les raisons qui justifiaient d’augmenter les impôts locaux à Savigny-sur-Orge, il y a notamment les emplois de complaisance du maire qu’il faut financer. Après la fille d’Anne-Marie GÉRARD au Cabinet du maire (ils sont trois, qu’est-ce qu’ils y font ?) et la compagne de Jacques PATAUT à la tête d’un service administratif, il y avait eu Valérie RAGOT, la copine du parti LR à caser après sa défaite aux départementales de mars 2015.

Mme RAGOT est chargée de mission pour conduire et évaluer les politiques publiques de Savigny et elle gagne 3410,30 € par mois, tout en ayant à côté deux mandats indemnisés (1ère adjointe de Brunoy et 11e VP de la CAVYVS). Le problème est que c’est aux élus de conduire les politiques (sinon on ne les élirait pas, mais comme à Savigny, ce sont certains fonctionnaires qui ont le pouvoir…). Ensuite, que l’objectivité quand il faut évaluer celui qui nous paye, bof bof…

Il y a quelques mois, l’Union européenne a fait condamner le FN en première instance parce qu’il employait des assistants parlementaires fictifs qui en fait, bossaient pour le parti en France. Or, pour prouver la fictivité des emplois, ils ont demandé aux personnes accusées de produire leurs travaux, et il n’y en avait pas. C’est la même démarche que j’accomplis auprès de la Ville de Savigny pour le cas de Mme RAGOT. Je veux savoir ce qu’elle produit, ce qu’elle fait.

Donc je regarde dans sa fiche de poste et je vois qu’elle est payée pour réaliser des analyses prospectives et formuler des préconisations, bref rédiger de jolis rapports bien reliés et bien présentés pour dire : « c’est bien mais cela pourrait être mieux. » Donc je les demande, et là pas de réponse de la mairie. Donc je saisis la CADA (Commission d’accès aux documents administratifs) qui interroge la mairie et me donne finalement raison, ce dont je doutais honnêtement.

Dès lors, soit je reçois accès ou copie des productions de Mme RAGOT (et qu’on ne me réponde pas que ce n’est que de l’oral) et il sera toujours temps d’en apprécier la profondeur après dix mois de mission. Sinon de prouver qu’il n’est pas possible de bosser sérieusement 35 heures en mairie tout en étant élu à deux instances (avec commissions, réunions de travail, activités publiques…). Soit il n’y a pas (ou très peu) de productions, et c’est un emploi fictif confirmé.

Vous noterez enfin la pitoyable défense d’Éric MEHLHORN dans sa réponse à la CADA : « Je ne peux pas identifier les documents demandés par M. VAGNEUX, si tant est qu’ils soient communicables dans le cadre des fonctions de Mme RAGOT« . La légèreté du maire à traiter ce dossier est bien à l’image du peu de convictions qu’il met dans le reste de son action publique. Sauf qu’ici, Éric MEHLHORN risque bel et bien une condamnation pour détournement de fonds publics.

cada-20162341



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s