Souvenirs partagés avec Pierre PORCHERON

C’est avec beaucoup de tristesse que j’ai appris ce dimanche 11 septembre le décès de Pierre PORCHERON. Il était une personne que j’avais côtoyé à la paroisse, qu’il fréquentait avec sa femme Éliane, mais aussi en politique et avec les anciens combattants. À Savigny, il habitait Clair Village et je l’y croisais également assez souvent. Originaire de Romagne dans la Vienne, Pierre venait de fêter ses 91 ans.

Il avait un accent et un grain de voix assez inimitable, que j’entends encore dans ma tête. Je me rappelle également beaucoup de ses grandes mains, qui ressemblaient d’ailleurs à celles de mon grand-père. Mais la maladie l’avait beaucoup fait maigrir. Notre première rencontre tenait du hasard : une place libre à une table lors d’un repas paroissial annuel de l’association sainte-Thérèse saint-Martin, auquel il était fidèle car ancien membre du Conseil d’administration.


Des souvenirs à l’Église

Jusqu’à ce que sa santé ne lui permette plus, Pierre continuait de se former, et c’est notamment lors de ces formations du mardi soir que nous avions appris à nous connaître. Pierre était un distributeur fidèle du journal Grain d’Orge, en limite de Juvisy, un secteur pourtant loin de chez lui. Il n’était pas avare de services pour l’Église. Enfin, Pierre était membre de l’association des Amis de l’orgue de sainte-Thérèse, et je sais combien il était attaché à cet instrument.


Des souvenirs en politique

Pierre m’avait beaucoup aidé pour la distribution de tracts politiques lors de la campagne des élections municipales de 2014. Membre de l’association Agir pour Savigny, il avait beaucoup d’estime pour Nadège ACHTERGAËLE, et après la victoire de MEHLHORN, étaient de ceux qui pensaient que ce serait elle qui gérerait la mairie. Proche de la droite, il regrettait MARSAUDON quoique le critiquait aussi, n’appréciait pas SPICHER et était lucide sur MEHLHORN.


Des souvenirs avec les anciens combattants

Il était un des rares Saviniens présents aux cérémonies d’anciens combattants. Il m’avait parlé du rôle déterminant de son beau-père, manifestement ancien combattant, qui lui avait fait découvrir ce milieu. Il n’aimait pas, ou plutôt me disait ne pas comprendre, la politisation des associations d’anciens combattants « parce que sur le champ de bataille, on ne demandait pas la carte avant de tirer« . Souvent, au verre qui suivait la commémoration, nous discutions ensemble.


C’est avec regret que j’ai appris le décès de Pierre, parce que j’appréciais nos échanges. Je regrette de ne pas l’avoir contacté plus lorsqu’il était en maison de soins, ni de l’avoir plus remercié pour les services qu’il m’a rendu. Je n’ai découvert le faire-part qu’après coup et je suis ainsi mis devant le fait accompli. Alors merci Pierre et Adieu.



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s