Rénovation urbaine de Grand-Vaux : de qui se fout le Préfet ?

Tiens, comme c’est étrange, le courrier du Préfet fixant le taux de subvention du projet de rénovation urbaine par l’ANRU (Agence nationale de rénovation urbaine) a été fixé le 29 décembre 2015. Or, ce taux dépend en partie du potentiel économique et fiscal de l’agglomération dans laquelle se trouve la ville et le quartier prioritaire. Mais que se passait-il le 1er janvier 2016 ? Savigny intégrait une nouvelle agglomération !

Du temps de la CALPE (Communauté d’agglomération des Portes de l’Essonne), Savigny était considérée comme une commune riche. Non pas de son fait, mais de celui de la manne financière de l’aéroport d’Orly, dont profitaient allègrement les villes de Paray-Vieille-Poste, et d’Athis-Mons, dans une moindre mesure. Or, l’EPT 12, même s’il contient Rungis est « appauvri« , par le fait des villes de Valenton, de Villeneuve-saint-Georges ou encore de Vitry-sur-Seine.

Alors comment se calcule la participation financière de l’ANRU, qui est en principe le premier investisseur ? Sur trois critères : le potentiel économique de l’agglomération, le potentiel fiscal de l’agglomération et l’effort prévisionnel que la commune concernée est prête à consacrer. Or, fiscalement, on ne peut pas demander autant aux habitants de l’EPT 12 qu’aux anciens Calpiens pris isolément… Donc à trois jours près, le calcul était sensiblement différent pour Grand Vaux.

L’ANRU, comme le Préfet, savent pertinemment que les travaux de rénovation de Grand-Vaux doivent se faire véritablement sur la période 2018 (voire 2020) à 2024. Mais ils arrêtent leur calcul volontairement, en cette période de restrictions budgétaires où ils cherchent à donner le moins possible, au moment qui les arrange. Certes, la loi demandait que ce taux soit arrêté en 2015. Mais l’entrée dans le Grand Paris était aussi un prétexte pour moduler cette application…

Alors même si le Préfet a vu le maire et qu’il lui a promis que cela allait s’arranger, comme si les préfets ne passaient pas leur temps à mentir pour ménager l’État et les communes ; tout va dépendre de l’effort savinien, et du projet qu’on va proposer pour rénover Grand Vaux. Et quand je vois le retard que l’on a pris, par rapport aux autres quartiers qui se disputent le total des subventions, mais surtout le peu d’implication de la municipalité, je me dis qu’on est mal…

Parce que l’ambition et l’excellence, c’est pas vraiment notre fort à Savigny, et qu’on a le chic pour prétendre employer les meilleurs, mais que les résultats se font parfois attendre. (Je cible tous les hauts-fonctionnaires qui nous viennent après avoir raté leur rénovation précédente). Alors peut-être l’agglo voudra-t-elle verser, mais comme à Savigny, nous n’avons que 5 à 6 millions € par an maximum pour l’investissement, il nous faudra emprunter pour faire bien…


NPNRU



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s