Sociologie équatorienne : les attentats vus par des enfants de l’institut Sémionovitch

La MJC de Savigny-sur-Orge proposait le samedi 21 mai (2016), en même temps qu’une exposition présentant l’Équateur, des messages d’amitié envoyés aux Scouts de Savigny, par des enfants équatoriens en classe dans un institut Sémionovitch (un pédagogue du début du XXe siècle qui promeut une psychologie du développement des enfants basé sur le collectif). La trentaine de cartes déployées développaient plusieurs influences.

Il n’est pas facile de parler des attentats et de la mort avec les enfants. C’est pourquoi je trouve particulièrement intéressant de voir ce qu’ils en disent eux-mêmes, et comment ils se représentent le mal, la douleur et la mort. Alors que l’attentat de Nice (14 juillet 2016) est dans toutes les têtes, voilà comment, dans leurs dessins, des enfants de l’autre bout du monde ont exprimé leur solidarité à la suite des attentats du 13 novembre 2015 par rapport à leur ressenti.


Les influences religieuses (chrétiennes principalement)

  • Dieu mentionné dans les messages
  • La prière invoqué en solidarité
  • Le symbole de la colombe
  • Le symbole de l’ange

Les influences locales

  • le drapeau équatorien au bout d’une pique
  • les habits des policiers et des militaires (casque)

Les influences autour de la violence

  • la voiture retournée et en feu
  • les bouches ouvertes
  • les grenades
  • les pistolets
  • les cris
  • la mare de sang rouge vif
  • les visages avec les sourcils froncés pour exprimer la colère
  • les voitures qui explosent
  • les gens qui pleurent (grosses larmes)

Des éléments symboliques qui m’ont fait sourire parce que cela reste des dessins d’enfants

  • l’école en forme de château fort
  • l’emploi de l’anglais pour parler aux Français
  • le drapeau français à l’envers (comme celui des Pays-Bas)
  • le « Bonjour » écrit à l’espagnole « Bon jour »
  • les gros cœurs rouges

Des éléments symboliques qui m’ont interrogés

  • un assassin content de son acte qui souriait
  • un symbole anarchiste
  • le tout petit pistolet de la taille d’un petit jouet

Je n’ai pas photographié les cartes ; juste l’ensemble. Mais je trouve le principe du dessin (utilisé en psychologie) intéressant, et peut-être à tenter par chez nous pour essayer de communiquer ou de partager quelque chose de difficile qui pour nous, adultes, a de l’importance. Et je ne pensais pas qu’il y aurait autant de violence, et en même temps, j’ai trouvé qu’il y en avait quand même peu… Quelle est alors la part de la vie réelle et vécue, de la télé et d’internet ?



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s