Mais à qui peut bien profiter le racisme ?

© Wikipédia – Carte des « sous-espèces humaines » après le Pléistocène selon Carleton COON – 1962

Ceux qui me connaissent savent que j’affirme que le racisme est une idéologie inventée pour diviser les Hommes, et qu’elle ne peut être juridiquement condamnée car les races humaines n’existent pas. Il en est tout autre du racialisme, mot qui possède le sens que l’on veut donner au racisme. Alors dans un contexte économique et social tendu, qui peut bien avoir intérêt à ce que les Hommes se disputent sur des questions de races ?

Quand on accuse Robert MÉNARD de ficher ses élèves pour des statistiques ethniques, ceux qui réfutent ces chiffres rentrent dans son jeu et tombent dans son piège en faisant du racialisme. Quand Black M est interdit de concert à Verdun, ce sont ceux qui attachent cette interdiction à la couleur de peau du chanteur, qui sont en fait les vrais racialistes. Pareil quand Didier DESCHAMPS ne sélectionne que certains joueurs, qui plus est, d’origines différentes…


À l’extrême-droite ?

Le racisme étant interdit par la Loi, si l’extrême-droite était raciste, alors elle serait interdite. Or, l’extrême-droite joue du racialisme d’une grande partie de ses soutiens, et de son image de parti nationaliste pour faire le plein de voix. Elle dit défendre les Français contre « les autres« , qui seraient de fait responsables des désordres économiques et sociaux. Et parce que la situation ne s’améliore pas, alors de plus en plus de personnes considèrent qu’il faut exclure ces « autres » (auxquels parfois ils appartiennent paradoxalement – cf la sociologie des électeurs du FN).


À la gauche ?

La comparaison revient souvent : le FN pesait 1 % en 1981 et 15 % en 1988, donc il est une création de MITTERRAND. Pourtant, ce n’est pas MITTERRAND, ni même le contexte, qui ont rendu les Français plus racialistes qu’ils ne l’étaient. En réalité, la gauche profite d’une cause qu’elle dit défendre, mais qu’en réalité, elle excite de manière à capter les voix de ceux qui seraient défendus. Ce faisant, elle oublie son programme original de défense des travailleurs, et agit hors-champ, mais elle serait pardonnée pour valoriser une cause morale supérieure.


Au marché ultra-libéral ?

Diviser l’humanité revient à augmenter le nombre de marchés potentiels en multipliant les acteurs, sans compter que des Hommes moins entourés sont des consommateurs plus faciles à capter. Dans le cadre de la mondialisation, un commerce uniforme n’a aucun intérêt, tandis qu’un commence dont la nature est « communautaire » regorge d’intérêts. C’est pourquoi le commerce mondial, maintenant qu’il est développé, a besoin de recréer des identités non nationales ne pouvant pas créer d’obstacles juridiques au marché mondial.


Oui, certaines personnes ont intérêt à ce qu’il y ait des divisions pour pouvoir exister, quand elles seraient ignorées dans un tout commun (d’où en partie l’échec du communisme car l’Homme veut sortir du lot). À partir de là, une bonne manipulation permet de stimuler certains comportements dans des buts non avoués car pas très avouables. Reste que nous devons crever cet abcès de la question identitaire en en parlant ouvertement et responsablement.



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s