Trois questions à l’occasion du jubilé du diocèse d’Évry – Corbeil-Essonnes

Ce vendredi 27 mai 2016, les chrétiens du secteur de Savigny-Viry se réunissaient pour parler de l’avenir de l’Église (enfin 37 personnes, ce qui est relativement peu par rapport aux plus de 1200 messalisants mensuels). Personnellement, je n’aime pas parler de l’avenir parce que je trouve que c’est le meilleur moyen d’oublier ou de relativiser le présent, tandis même que nous ne savons pas de quoi demain sera fait…

Pour ma part, je représentais hier soir le catéchuménat (l’accompagnement des adultes vers les sacrements) et j’ai souhaité pour l’avenir : « des accompagnateurs formés et flexibles en nombre proportionnel aux demandes toujours plus diverses de catéchumènes toujours plus nombreux« . Actuellement, nous avons toujours plus de demandes diverses voire compliquées (langues, papiers, situations matrimoniales…) face auxquelles nous sommes souvent démunis.

L’actualité de l’Église catholique fait que le catéchuménat est traversé par 5 mouvements :

  • de plus en plus de demandes de catéchumènes en vue de recevoir les sacrements
  • des catéchumènes aux situations de plus en plus diverses et complexes qui souvent, connaissent vraiment peu Jésus, voire pas du tout
  • un manque d’intérêts des chrétiens engagés pour cette forme d’évangélisation donc peu d’accompagnateurs, encore trop peu flexibles
  • un manque de formation des accompagnateurs même si le diocèse s’organise pour former
  • un manque d’intérêt des prêtres voire une absence dans ce service

Question n°1 : Comment JE vois l’Église en 2016 ?

Une vieille dame à qui on a proposé une cure de jouvence entre les années 1960 et 1980 et qui ne prend qu’une partie de son traitement (la moins contraignante). Une organisation dans laquelle les prêtres étouffent les laïcs insoumis pour conserver un pouvoir, ce faisant ne préparant pas le jour où ils ne seront plus là. Une structure qui fond en restant sur ses acquis et en refusant de remettre en cause ses pratiques pour réfléchir à sa place dans la société.


Question n°2 : Comment JE voudrais voir l’Église dans l’avenir ?

Une structure dans laquelle les laïcs ont trouvé leur place pour que s’exerce une vraie co-responsabilité avec les religieux. Un lieu de réflexion et qui ait affirmé sa place dans la société, en restant toujours autant engagé dans l’action sociale. Un endroit dans lequel chacun puisse s’épanouir en ayant envie d’y vivre et de s’engager. Un terrain sur lequel la conviction personnelle prime sur la tradition. Une organisation à laquelle chacun se sent appartenir.


Question n°3 : Qu’est-ce qu’une Église attrayante ?

Un lieu de libertés où chacun puisse trouver des mouvements et services vivants et tolérants, correspondant à sa spiritualité, pourvu que l’ensemble reste orienté vers le Christ, dans le respect de l’intégrité de son message. Un endroit dans lequel, même des personnes qui ne sont pas croyantes, aient envie de se rendre. Une organisation dans laquelle l’humilité fait qu’on échappe aux travers humains ordinaires au nom d’un idéal qui nous rassemble.


Je pense que si chaque chrétien répondait personnellement et sincèrement à ces trois questions, alors nous pourrions agir au présent pour préparer un avenir. Mais comme je constate que nous sommes soit dans l’angélisme soit dans la dépression, nous ne trouvons pas de juste milieu pour nous prononcer. Attention enfin à ne pas considérer nos actions comme des fins en soi mais bien comme des moyens pour aller vers le Christ.



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s