Sur la réactivité du 31177, le numéro d’urgence SMS de la SNCF

Soyons honnêtes, le 31177, comme les autres moyens d’urgence mis en place par la SNCF, ne peuvent rien pour empêcher un danger, mais ils peuvent certainement ensuite permettre de repérer les individus dangereux. Au moins, existent-ils pour rassurer les gens, comme moi qui cherchent à se donner bonne conscience quand ils sont trop lâches pour intervenir eux-mêmes. Je suis donc assez partagé sur l’usage du 31177.

Depuis quelques mois, que j’ai été témoin d’une agression dans le RER C, j’ai commencé à me poser des questions sur la sûreté dans les gares et les trains. Jusque-là, je dois reconnaître que je m’en moquais. Or, en faisant quelques recherches pour écrire cet article, je me suis en plus rendu compte que je ne connaissais pas la procédure SMS, donc que je ne l’ai pas totalement respectée… Or, même en ayant essayé d’être clair, je ne me suis pas fait comprendre…

procédure-31177

© extrait de Transilien.com

 


Les faits

Ce lundi matin, je me rendais à la Métropole du Grand Paris en RER et je décide de m’asseoir pour attendre l’arrivée. Rapidement, deux femmes arrivent et commencent à se disputer violemment parce que la première draguerait publiquement le pas encore copain de l’autre. Le ton monte, la seconde femme commence à saisir la première, et dans la dispute menace de la jeter sur la voie. La première tente alors de fuir en allant vers la toute tête de quai.

Souhaitant intervenir, mais ne voulant pas non plus me retrouver sur la voie, et parce que je suis à côté d’elle et que je ne tiens pas à ce qu’elles m’entendent, je décide de faire le 31177 pour jouer du SMS. Mais entre temps, la première femme a feinté la seconde et est reparti vers la sortie tandis que le train arrive et que la dispute s’arrête faute de combattantes. Malgré cela, la conversation SMS se lance alors que j’ai bien précisé que c’était fini.

Un renseignement qui n’a rien à voir avec l’histoire en elle-même mais bon, c’est toujours devant moi que cela arrive : c’étaient des jeunes femmes de phénotype arabe et turc qui se disputaient. Cela m’a rappelé mes années de lycée où j’avais déjà assisté à de telles brouilles claniques ou ethniques pour un homme entre deux femmes d’origine indiennes, deux femmes d’origine africaine (se disputant un métis) et deux femmes d’origine arabe.


L’analyse

  1. Je constate qu’il y a déjà quasiment deux minutes de réaction entre mon premier SMS et la réponse (10 h 36 à 10 h 38).
  2. Je vois que la première réponse adressée ne tient pas compte de mon premier message.
  3. Je lis que la deuxième réponse ne tient pas plus compte de mon premier message dans lequel j’ai donné cette réponse.
  4. Je me retrouve fort démuni au moment de situer le quai dont je ne connais pas ou ne trouve pas le numéro.
  5. J’en déduis que j’aurais dû préciser où était Savigny-sur-Orge.
  6. Je vois que dans l’énervement, je ne réponds même pas à la question de la deuxième réponse. À croire que je ne sais pas ce qu’est un quai.
  7. Si pour la deuxième fois, je n’arrive pas à m’exprimer (« Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire viennent aisément« ), qu’en est-il d’une autre personne ?
  8. On dirait peut-être que les messages ne se suivent pas puisque les renseignements donnés plus tôt semblent oubliés au fur et à mesure…

La conclusion

  1. Comme la caméra de vidéoprotection ne va pas intervenir pour chasser le méchant, le 31177 ne va pas plus protéger la victime.
  2. L’avantage du 31177 est vraiment qu’on ne risque pas que l’agresseur se retourne contre soi ; en revanche, pour la victime, elle est bien seule et a en plus l’impression que les autres se cachent derrière leur portable.
  3. Le 31177 sera d’autant plus rassurant si derrière, on trouve des gens qui lisent correctement les messages envoyés, peu importe le respect de la procédure (Damned, je n’ai pas décliné mon identité), et connaissent mieux le réseau.
  4. La SNCF devrait mieux indiquer en plusieurs endroits le numéro des voies
  5. La SNCF devrait mieux communiquer sur l’usage et la procédure de ce numéro.

Peut-être qu’un jour, j’aurais du courage et j’oserais faire quelque chose. Et en même temps, je constate que personne d’autre ne cherche à intervenir, les regards des autres voyageurs étant volontairement détournés au moment où l’on sent que ça dégénère. Si ça se trouve, d’autres ont fait le 31177. Ou peut-être que d’autres ont eu la même idée que j’exprime ici ? Toutefois, je me sens bien seul dans l’expression de cette pensée. En attendant, ces situations se multiplient.



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s