Plainte contre MEHLHORN et DELAMERE : le Procureur classe l’affaire

« Bof, on s’y attendait. Il reste toujours deux des trois plaintes« , c’est ce que j’aurais pu me dire en recevant ce jour l’avis de classement du Procureur de la République au sujet de ma plainte contre Frédéric DELAMAERE et Éric MEHLHORN en date du 12 mars 2016. C’est toutefois mal me connaître que de penser que je vais abandonner le combat aussi facilement, d’autant que j’ai des preuves et des témoins… Juste pour le principe.

Ainsi, selon le Procureur de la République, la Loi autoriserait le maire d’une commune à interdire à un citoyen de prendre la parole en réunion publique, au prétexte qu’il sera candidat aux élections, plus de quinze mois après. Non, c’est vrai, ce n’est pas une discrimination (donc puni par la Loi) que le Monsieur qui demande à parler depuis tout à l’heure, n’ait pas le droit de poser sa question. On se réécoute une fois l’enregistrement pour se rappeler les faits :

– « Le monsieur qui est là bas, il demande la parole depuis x temps. »
– « Oui, c’est vrai. Mais ce monsieur est aussi candidat aux législatives »
– « Mais ça, je sais. »
– « Et c’est pour une tribune politique. Et je ne pense pas que ce soit le lieu pour… Enfin, je sais pas. »


Sur la forme :

Si vous lisez le courrier formel (en bas d’article), on m’annonce l’avis de manière lapidaire et puis on me dit ce que je peux faire pour continuer et obtenir des dommages et intérêts. Mais je m’en fous de l’argent, et je n’en veux pas de dommages et intérêts. Je demande à ce qu’en République française, personne ne puisse interdire à une personne de prendre la parole en réunion publique, au prétexte qu’il est candidat à une élection.


Sur le fond :

Oui, les procureurs classent à tour de bras et les tribunaux sont pleins. Mais il est question de l’exercice de la démocratie au travers de la liberté d’expression. MEHLHORN est en colère que je l’attaque sur mon blog très régulièrement ; c’est d’une part le jeu de l’opposition, et la majorité ne doit pas être si forte pour détester autant les critiques. Mais surtout, c’est toujours fondé factuellement, comme dans cette affaire. Ce n’est pas que du Mehlhorn bashing.


Et vous, que pensez-vous que Olivier VAGNEUX doive faire ?

Je vais désormais demander à mes amis et mes conseils juridiques, avant de prendre ma décision dans les prochains jours. Ce n’est pas le principe d’abandonner et de laisser MEHLHORN gagner sur ce terrain qui me motive ; il me ferait des excuses et ce serait plié. Non, c’est vraiment que je commence à en avoir ma claque que l’état de droit et la démocratie s’appliquent différemment selon la tête du client. Avec la complicité des pouvoirs publics ?



Le courrier reçu ce jour

PL-200516 001 PL-200516A 001 PL-Avocat-200516 001



Publicités

Une réflexion au sujet de « Plainte contre MEHLHORN et DELAMERE : le Procureur classe l’affaire »

  1. Ping : Affaire VAGNEUX c/MEHLHORN : le Défenseur des droits refuse d’instruire ma plainte pour discrimination | Le Savinien libéré

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s