Sur la censure que je peux pratiquer dans les commentaires de mon blog

Les lecteurs assidus de ce blog auront remarqué que depuis quelques jours, j’ai décidé de ne plus publier ni les commentaires de Jean-Paul DE LA MATA (JPDLM) ni ceux de Jean-Marie CORBIN (JMC). Mais comment le chantre de la tolérance que je prétends être, peut-il pratiquer pareille censure tout en dénonçant celle des autres, notamment celle dont il est lui-même victime ? Je m’explique, en transparence et en cohérence.

J’entends les réactions de ceux qui trouvent que je dévalorise mon blog en publiant très largement les commentaires de JPDLM et plus modestement certains de JMC. Ces commentaires, je les assume parce que je les publie, et je les publie parce que je pense qu’ils peuvent d’une manière ou d’une autre, ouvrir des débats. Mais je comprends qu’ils puissent blesser certaines personnes, et je n’ai plus envie de perdre mon temps à la modération.


Sur ma conception de la liberté d’expression

J’ai une vision très large de la liberté d’expression qui consiste à permettre de tout dire, pourvu qu’à côté, on laisse les moyens d’apprécier la parole exprimée. Ensuite, et surtout tant que ces diverses expressions ne diffament pas nommément ou n’incitent pas à la torture, à la haine, au meurtre ; bref, ne sont pas répréhensibles autrement que par les lois scélérates du politiquement correct. Je m’engage donc à publier tout ce qui respecte cela.


Sur les raisons qui me poussent à cette censure

Il y a peu, j’ai découvert que JPDLM insultait JMC d’une manière diffamatoire et répréhensible pénalement, sur certains comptes Facebook. J’ai signalé à JPDLM que je ne le publierai, donc qu’il serait censuré, tant qu’il n’aurait pas fait supprimer ces insultes. Je m’engage donc à censurer les personnes qui, d’une manière ou d’une autre, enfreignent publiquement les principes énoncés plus haut de non-diffamation et de non-publication répréhensible.


Sur la logique qui me fait censurer des comportements

De suite après la censure de JPDLM, j’ai reçu un message de JMC me félicitant d’avoir enfin viré JPDLM. Je n’ai pas apprécié le caractère moralisateur de JMC (qui est-il pour décider qui a droit d’écrire sur mon blog ?) mais je ne l’ai pas modéré pour cela. Plutôt parce que JMC est illogique et se fait le complice de JPDLM lorsqu’il m’encourage à censurer JPDLM pour des propos tenus sur mon blog mais que lui-même ne va pas faire taire les propos insultants existants ailleurs.


Sur ma volonté de ne pas perdre de temps à faire la Police

Contrairement à ce que beaucoup pensent, je ne passe qu’environ 2 heures par jour sur mon blog. Mais c’est déjà beaucoup de temps à côté de tous mes autres engagements, et je n’ai pas envie de perdre plus de temps à lire les délires verbales de certains, les corriger, réfléchir quant à leur éventuel caractère diffamatoire. Je souhaite ouvrir le débat mais pas n’importe comment. Quand les commentateurs s’attaquent ou se répondent, je coupe aussi.


Sur l’impossibilité d’une charte des commentaires unique

J’ai retourné le problème dans tous les sens ; je n’arrive pas à rédiger une charte des commentaires qui permette une expression maximale. Certains ne veulent pas publier d’adresse courriel et ont des propos intéressants. Certains en font des lignes parce qu’ils ne commentent pas souvent et méritent aussi d’être publiés. D’autres ont des commentaires, qui sont parfois intéressants, et parfois aussi hors-sujets ou interprétés différemment selon.


Je terminerai en précisant que je censure depuis le début tous les liens commerciaux laissés par des robots. Je ne tiens pas à bloquer les commentaires, mais j’en suis réduit à censurer quand le tout prend des proportions qui m’échappent, car dois-je le rappeler, je suis tout seul à gérer mon blog, et clairement, la gestion des commentaires ne m’intéresse pas. Ça n’empêche pas, même si je les censure, que je garde de l’amitié pour JMC surtout, et aussi pour JPDLM.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Sur la censure que je peux pratiquer dans les commentaires de mon blog »

  1. de la mata jeanpaul

    DROIT DE RÉPONSE DE M JEAN-PAUL DE LA MATA :

    Bordel de bordel, ça alors je suis si connu que ça ?

    Incroyable… et moi qui pensait que je n etais qu un simple bipède prolo sans dents illettré parmi les 7 milliards de mecs et de gonzesses qui peuplent la terre, super ce truc je vais m en servir avec les filles, enfin seulement les nanas et petites garces Macroniques illetrees évidemment, je connais mes limites avec les autres , du politiquement correct en particulier soi disant, la bonne blague …j adore de plus en plus ce Curé du bled de Savigny…merci mon chéri ..amen !

    Je vais courir la gueuse des ce pas…Tu ne pouvais pas me le dire plutôt bordel que j étais une star prolo qui te fait peur…Hé he…A moi les petites salopes…Non mais !

    Répondre
  2. Jean-Marie CORBIN

    DROIT DE RÉPONSE DE M. JEAN-MARIE CORBIN :

    Olivier tu m’as invité par message personnel à m’exprimer. Que veux-tu que j’ajoute ? Tu es à la fois juge et partie.

    Tu as décidé de censurer JPDLM pour des insultes qu’il a tenues à mon encontre et à l’encontre d’une amie sur un compte Facebook d’Oscar Mermet une personne tellement lâche qu’elle n’écrit pas même sous sa véritable identité. JPLDM n’a pas retiré ses insultes malgré ta mise en garde. Méprisant les inutiles, je n’ai pas souhaité perdre mon temps (et peut-être mon argent). Comme ça ne s’est pas passé comme tu le prévoyais : plainte de ma part, puis clôture du compte Facebook, puis disparition de l’infraction, puis réintégration de JPDLM, tu as décidé d’une manière assez surprenante de me censurer au motif que des personnes se plaignaient de moi auprès de toi.

    Le seul fait que tu as pu me rapporter ce sont des appels téléphoniques de personnes dont tu ne connais pas le nom et tu ne peux me citer les propos qui ont provoqué un malaise chez tes lecteurs. Avoue qu’avec aussi peu d’informations cela va m’être difficile de corriger les propos et d’y répondre.

    Contrairement à toi et JPDLM, en plus de ma vie privée, j’ai une activité professionnelle. Je ne veux plus consacrer de temps à surveiller les attaques systématiques et hors-sujet dont je fais l’objet sur ton blog de la part de JPDLM qui manifestement n’avait pas grand chose à faire de ses journées vu la longueur de ses interventions. À la fin, j’étais exaspéré de voir ses interventions systématiquement placées au dessus des miennes et voir reléguer certaines de mes remarques que je supposais pertinentes au fin fond parce que monsieur JPDLM qui prend beaucoup de place, bénéficiaient d’un temps d’expression largement déséquilibré en sa faveur.

    Je t’avais suggéré de couper à la hussarde les interventions trop longues au delà d’une certaine longueur. Après tout, aux parlements français les temps d’intervention sont bien minutés. Que les intervenants soient concis et clair. Là non plus, tu n’as voulu le faire au motif que « Jean de la Lune » (un pseudonyme au passage) faisait de longs commentaires pertinents. Certes, mais quand est-il intervenu pour la dernière fois ?

    En conclusion : il va falloir que tu fasses un choix. Soit tu fermes les commentaires à tous, soit tu acceptes les commentaires mais il va falloir que tu y consacres du temps. Je me dis que la première option est peut-être la meilleure. J’agace peut-être certaines personnes (en tout cas elles ne sont pas assez courageuses pour me l’écrire directement), mais moi je respire de plus avoir à supporter le flux haineux et débridé de JPDLM sur ton blog. Concernant ce dernier, tu vois, j’ai l’intuition que je ne suis pas le seul à le penser.

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s