Réorienter la politique étrangère de la France, par le Carrefour de l’Horloge

Ce jeudi 14 avril 2016, Henry DE LESQUEN, président du Carrefour de l’Horologe intervenait au sein d’un carrefour doctrinal pour présenter « 10 propositions pour réorienter la politique extérieure de la France« . Ce faisant, il proposait de rompre avec le principe giscardien de France comme « grande puissance moyenne« .

Pour Henry DE LESQUEN, la politique extérieure doit être ambitieuse et s’affirmer par la monnaie, le contrôle des frontières, la grandeur et l’indépendance. Le déclassement de la France ne serait donc pas inéluctable sous certaines conditions.


La France possède des atouts historiques

C’est l’ancien pays le plus peuplé d’Europe, le plus important au niveau de la diplomatie et du rayonnement culturel (l’art gothique par exemple). L’exemple des Croisades et du choix de la dénomination des habitants des territoires conquis en « Francs » en serait une preuve de la domination intellectuelle et économique passée.


Le déclin commence à partir du XVIIe siècle

La baisse de la démographie serait la principale cause de ce déclin, suivie de choix politiques malheureux qui ont conduit à la perte du premier empire colonial français. Si la IIIe République permet à la France de se reconstituer un empire, d’autres décisions diminuent la France comme le fait que CLEMENCEAU ait accepté une traduction en anglais du Traité de Versailles.


Après 1919, une accélération de la décadence

La France a alors cumulé le fait de rater de profiter de certains atouts tandis qu’elle en perdait d’autres après la seconde guerre mondiale. À partir de là, deux questions : 1) Que peut-on faire et 2) Que peut-on vouloir ? Pour retrouver notre souveraineté, notre rang et notre grandeur, garants de la puissance, de l’indépendance et de la paix ?


Comparaisons

La France est inférieure aux États-Unis en termes de population, d’économie et de territoires. Est-elle condamnée à leur être inférieure ? Regardons Israël ou la Russie. Ces deux pays ont peu de forces, en tout cas moins de la France, et parviennent malgré tout à jouer un grand rôle dans le contexte d’une diplomatie asymétrique dans laquelle on se sert des puissants.


Retrouver la puissance = multiplier les richesses par la volonté

Il n’est pas possible de nier la différence de ressources naturelles entre les états. Mais nous pouvons agir sur la démographie, le soutien aux familles dans son seul vrai modèle, l’économie (notamment la lutte contre le chômage), l’immigration ou plutôt la reémigration, la grandeur militaire et le rayonnement culturel.


Comment faire ?

Limiter le rôle des intervenants extérieurs : les ONG, l’UE, les médias soumis, la « super-classe mondiale« , les superstructures mondiales et para-étatiques que sont l’ONU, le FMI, l’UNESCO, l’OMS, l’OMM, l’OCDE, l’OMC, le Conseil de l’Europe, la CEDH et les tribunaux internationaux. Donc s’émanciper des technostructures qui cherchent à imposer une gouvernance mondiale, comme par exemple avec la lutte contre le réchauffement climatique.


Supprimer l’Union européenne

Pensant qu’il n’est plus possible de la réformer, l’orateur proposait une « Europe des nations » (notion développé par le Club de l’Horloge) dont l’objectif principal ne serait plus la paix, qui n’a plus de raisons de se voir menacée, grâce à une union autour d’une culture et d’une civilisation européenne commune.


Quelles conséquences économiques d’un retrait de l’UE ?

L’orateur commence par faire remarquer que les pays les plus riches de l’Europe notamment la Suisse et la Norvège ne sont pas dans l’UE et n’y perdent pas plus. Le retrait de l’UE permettrait un retour à une monnaie nationale liée à une politique de rigueur pour l’État, qui ne passe pas par la levée de l’impôt.


Quelle nouvelle Europe ?

Une Europe du marché commun sous la forme d’une zone de libre échange avec une alliance militaire européenne émancipée de l’Alliance atlantique (de l’OTAN). Il n’y aurait pas d’armée commune mais des pactes de sécurité mutuels entre les états. On trouverait une politique étrangère culturelle mettant en avant le plurlinguisme pour renforcer la place du français.


L’intérêt de la France à ce système

La France dominerait naturellement grâce à la francophonie, à son armée (seule encore valable en Europe) et à une économie redynamisée, une force de frappe nucléaire développé par le biais d’un programme stratégique, un président fort, des alliances intelligentes avec des pays auxquels nous sommes liés historiquement, par exemple avec la Russie et une politique appuyée sur les traditions religieuses et nationales.


Ma question à l’orateur après sa conférence (et sa réponse)

  • Comment pouvons-nous valoriser le domaine maritime de la France ?
  • En nous intéressant plus à ces territoires qui regorgent de ressources naturelles. En créant une nationalité pour les habitants des territoires d’outre-mer. En défendant leur appartenance à la France.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s