Un an après, le collectif citoyen Sauvons l’enfance de Savigny est toujours là

Le maire de Savigny-sur-Orge fanfaronnait après le Conseil municipal du 17 juin 2015 en prétendant que le collectif citoyen opposé à ses mesures budgétaires disparaîtrait avec les vacances d’été. Un an après, il est certes bien affaibli mais encore là pour contester au Conseil municipal ou pour affiches des messages rappelant les méfaits de MEHLHORN. Car plusieurs centaines de Saviniens subissent encore les conséquences de 2015…

Un an avant Nuit debout, ses assemblées générales, et son idéalisme pour refaire le monde, il y avait le Collectif citoyen Sauvons l’enfance de Savigny déterminé à faire revenir le maire sur ses décisions. Puis les participants ont observé que leurs actions ne faisaient pas bouger les choses, que les pouvoirs publics (Préfet, tribunaux) n’agissaient pas en leur faveur ou trop lentement, et qu’en face d’eux, il n’y avait que de la fuite et qu’au final, leur engagement semblait vain.


Des citoyens déçus dans leurs convictions

Beaucoup avaient l’image d’une démocratie dans laquelle une décision très contestée pouvait être revue après une révolte et un dialogue. Sauf qu’à Savigny, le maire ne veut pas dialoguer. À partir de là, c’est toute la légitimité de la représentativité des élus qui a été remise en cause : MEHLHORN ne représente que lui-même (car il n’est pas soutenu), et ses petits intérêts de pouvoir et d’argent. Et s’il veut faire, il fait, comme dans ce qu’on imaginait être une dictature.


Le pouvoir politique est méchant

Il n’est pas sourd car il a très bien entendu. Il sait aussi qu’il aurait pu agir autrement, mais qu’en réalité, il n’en avait pas envie. Car si le système fonctionne, pourquoi risquer à le gripper en le modernisant de trop ? Peu importe que la démocratie numérique se développe et que Savigny régresse par les comportements de ses élus, tant que la place est assurée et que rien ne nous contraint à changer, pourquoi écouter la population qui ne vote pas pou vous ?


Et si le collectif avait vraiment raison ?

La Justice n’a jamais donné tort au collectif. Les années et les budgets suivants ne semblent pas non plus dire que le réveil citoyen de 2015 était injustifié. Une autre politique, ne coûtant pas forcément aussi cher, est encore possible. Mais le maire s’est enfermé dans une politique de désendettement et pour des questions d’orgueil mal placé et de cohérence, il ne veut plus en sortir. De fait, il est sorti de son rôle d’élu et le collectif erre, en voulant parler aux élus.


Quel avenir ?

Les différentes propositions du collectif ont eu relativement peu d’effets car elles ne veulent pas être entendues. Du coup, il ne leur reste plus que la contestation par plusieurs biais : des affiches papier, des campagnes numériques, des contre-événements… Innover pour surprendre et continuer de crier que leurs propositions sont justes, sans oublier de les rendre visibles pour servir de base à une conversion de MEHLHORN ou à une régénération en 2020.


Vers une politisation forcée ?

Le dilemme du collectif reste de faire de la politique sans être politisé. Contester MEHLHORN revient à contester la droite. Est-ce pour autant être de gauche ? Les opposants politiques du maire ont plutôt été rejetés du collectif car vus comme des opportunistes. Tout le problème est donc d’agir sur le terrain du maire, tout en sachant que ce terrain est bloqué jusqu’à 2020, mais il serait dommage pour le collectif que MEHLHORN repasse par manque d’actions.


Le collectif aura au moins créé le lien social que MEHLHORN cherchait tant à faire disparaître au moyen d’économies de bout de chandelle. Quel dommage que dans leur lâcheté, beaucoup de Saviniens s’écrasent aujourd’hui devant le maire, pour espérer qu’il ne coupe pas dans les trop rares services qu’ils restent. Maintenant, il faut attendre 2020 pour espérer qu’une nouvelle équipe pourra sauver la Ville, tout en essayant de pallier ce qui manque pour maintenant.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Un an après, le collectif citoyen Sauvons l’enfance de Savigny est toujours là »

  1. jeanpaul de la mata

    Donc ton maire adoré Le Mehl a eu encore Raison…inexistant ce truc de collectif…à l’image de la plupart des Français d’ailleurs qui s’en foutent royalement des affaires des autres qu’elles soient négatives ou positives d’ailleurs, la preuve ils ne rééliraient pas des élus condamnés par la justice pour abus de biens sociaux, magouilles, etc…des pourris en plus la plupart du temps…TON COLLECTIF LES SAVINIENS QUI ONT ELU AVEC JUSTE RAISON LA DROITE DANS TON BLED S EN FOUTENT …AMEN !

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s