Emprunts toxiques de Savigny-sur-Orge : quelle cohérence dans les choix ?

Aurions-nous tort de râler contre la décision du maire de racheter un prêt à risques de 6,3 millions d’euros ? Sur le principe, c’est une bonne chose que nous aurions pu commencer à faire dès 2009 si Mme SPICHER s’en était alors préoccupé. Étonnamment, M. MEHLHORN à l’époque n’était pas intervenu pour suggérer cette hypothèse. Sauf que ce rachat oublie un autre emprunt plus toxique qui court plus vite et plus fort !

Quelques mois avant sa mort, Jean MARSAUDON qui avait besoin de débloquer des sommes pour des investissements saviniens, est tombé dans le piège des emprunts toxiques auprès de la banque DEXIA. Sauf que quand le scandale DEXIA (refinancé aux frais des con-tribuables français) a été découvert, Savigny n’en a pas pris la mesure. Alors oui, Éric MEHLHORN se réveille enfin fin 2015 mais il ne s’attaque qu’à une partie du problème (car il peut faire plus).


Ce que je veux dénoncer

Pour faire un coup de communication, le maire vous dit qu’il restructure un prêt à risques de 6,3 millions €. Or, nous avons un autre prêt qui n’est que de 5,9 millions € mais qui est autrement plus toxique que le premier. Je pense donc qu’il aurait convenu de commencer par restructurer en priorité et en urgence ce deuxième prêt avant de s’attaquer au premier. De fait, je me demande quelle est la vision financière à long terme de l’équipe MEHLHORN ?


Comprendre les risques des emprunts en score Gissler

Plus la structure d’un prêt est composée d’une lettre s’éloignant du début de l’alphabet et plus le numéro est grand, et plus on est mal. Dans l’idéal, il faudrait que tous nos prêts soient basés sur du A1. Or, à Savigny-sur-Orge, nous avons du E3 et du E4. Ma critique envers la majorité municipale est qu’elle commence par rembourser du E3 alors que notre urgence est de nous débarrasser du E4 qui nous coûte beaucoup plus cher tous les ans !

Gissler


16,5 millions € de prêts toxiques (c’est la faute de MARSAUDON mais le maire oublie de dire qu’alors Conseiller municipal, il n’a pas émis la moindre réserve sur ces emprunts)

  • 5 908 633,71 € signé le 1er septembre 2008 sur un taux initial complexe (taux variable qui n’est pas seulement défini comme la simple addition d’un taux fixe usuel de référence et d’une marge exprimée en pourcentage), indexé sur un taux fixe initial de 4,47 %, de score E4 sur la Charte Gissler.
  • 6 347 821,86 € signé le 1er septembre 2008 sur un taux initial complexe (taux variable qui n’est pas seulement défini comme la simple addition d’un taux fixe usuel de référence et d’une marge exprimée en pourcentage), indexé sur un taux fixe initial de 3,69 %, de score E3 sur la Charte Gissler.
  • 4 309 996,61 € signé le 15 mars 2007 sur un taux initial complexe (taux variable qui n’est pas seulement défini comme la simple addition d’un taux fixe usuel de référence et d’une marge exprimée en pourcentage), indexé sur un taux fixe initial de 4 %, de score E1 sur la Charte Gissler.

Ce qu’il faut comprendre

Donc pendant que M. MEHLHORN vous enfume en vous racontant qu’il rembourse un prêt de 6,3 millions € qui faisaient des dégâts de 380 000 € tous les ans, il ne touche pas au prêt certes de 5,9 millions € (c’est moins vendeur) mais qui lui nous coûte 442 000 € tous les ans. Et ce dernier n’étant pas stabilisé, Jacques PATAUT, ancien maire-adjoint aux Finances, ayant menti en Conseil municipal, ce sera plus que 442 000 € en 2016…


Avec ma grande gueule, qu’aurais-je fait mieux que MEHLHORN ?

Ma solution s’appelle Jean-Luc ROSAT qui aurait été mon maire-adjoint aux Finances si j’avais été élu maire en 2014 et qui connaît un petit peu le monde de la Finance pour y avoir travaillé. Et parce que Jean-Luc est conscient que les emprunts toxiques sont une saloperie dont il faut se débarrasser au plut tôt, dès avril 2014, il aurait pensé une solution pour dégager nos trois emprunts et avec l’énergie et la volonté politique, nous l’aurions fait.


Nouvel emprunt (fixe) pour nouvelles dettes

Donc c’est cool, au lieu de rembourser 380 000 € de capital et d’intérêts d’emprunts évolutifs, nous allons désormais rembourser 400 000 € car le maire de Savigny a emprunté 6 011 002,12 € (1,5 M € pour investir et 4,5 M € pour casser l’emprunt toxique et racheter la somme due avec 280 000 € de pénalités) le 11 décembre 2015 sur 14 ans et 8 mois à la place de la somme usuelle que nous remboursions alors mais qui aurait tôt ou tard été plus importante.

TEF-1TEF-0TEF-1,5TEF-2TEF-3


Je terminerai en rappelant que les emprunts toxiques coûtaient jusqu’en 2015 chaque année à notre ville environ 1,2 million € entre le remboursement de capital et les intérêts des emprunts. Pour une somme totale d’environ 4 millions € que nous brûlons chaque année entre le remboursement de nos désormais 51,2 millions € nominalement empruntés et les intérêts et autres charges. Je ne trouve pas cela très de droite

Publicités

3 réflexions au sujet de « Emprunts toxiques de Savigny-sur-Orge : quelle cohérence dans les choix ? »

  1. Ping : Excédent 2015 à Savigny-sur-Orge : nos questions à Yann-Florent FOUGÈRES, du cabinet KLOPFER | Le Savinien libéré

  2. Ping : Savigny-sur-Orge n’a pas d’orientations budgétaires pour 2016 | Le Savinien libéré

  3. de la mata jeanpaul

    Bordel de bordel, en plus des pesticides humains qui grouillent dans ce bled…y’a en aussi plein d’autres deci dela et encore plus toxiques pour leurs habitants dites-donc ?

    SAVIGNY SUR ORGE UNE VILLE A EVITER, CA CRAINT !

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s