Jean-Pierre NAVE, premier permanent paroissial de Savigny, nous a quittés

Jean-Pierre NAVE aurait dû animer la table ronde consacrée aux enjeux et aux actualités de Nostra Aetate mercredi dernier (13 janvier 2016). Mais la maladie dont il était atteint depuis plusieurs années l’en aura empêché. Jean-Pierre est décédé dimanche 17 janvier à l’âge de 72 ans. Ses obsèques auront lieu le jeudi 21 janvier à 15 h 30 en la chapelle du Cénacle de Tigery (34 place Liedekerke Beaufort).

Si je n’ai pas connu Jean-Pierre lorsqu’il était à Savigny, de septembre 1992 à juin 1998, (j’étais trop jeune), c’est par le biais du dialogue inter-religieux avec le judaïsme et l’islam que j’avais fait la connaissance de ce grand intellectuel. Membre de la communauté du Chemin Neuf (Renouveau charismatique), il avait aussi fondé une association « les amis d’Etty HILLESUM » en se situant à la suite de cette mystique hollandaise morte à 29 ans à Auschwitz et qui avait touché quelque chose de l’Amour divin.

Penser à Jean-Pierre, c’est d’abord se figurer Tigery et les nombreuses formations que ce bibliste  dispensait dans un langage intelligible au plus grand nombre. Il aura consacré des années avec son épouse Christine à l’accueil de l’Autre, au dialogue entre les cultures et les religions, à l’amitié judéo-chrétienne, à la formation au sein du Cénacle de Tigery, « une maison d’accueil et de retraites spirituelles au cœur d’un grand parc, cadre favorisant le silence et la prière« .

À Savigny, il avait été un des quatre premiers permanents paroissiaux, nommé par l’évêque Mgr Guy HERBULOT. C’est à dire un homme formé (et rémunéré pour cet engagement) qui puisse animer des communautés chrétiennes sans être ordonné, préparant doucement l’Église à ce jour où il n’y aura plus de prêtres partout. Un peu comme dans les premiers temps de l’Église lorsqu’il n’y avait pas encore ce duel nécessaire entre les prêtres et les laïcs.

Tous les jours, il accueillait à la maison paroissiale Bonne Nouvelle où il avait son bureau. Il accompagnait les équipes animatrices de la paroisse sans en être le responsable. Il avait lancé le groupe de prière charismatique de Savigny devenu le pain de Vie. C’était un bon pédagogue dont les homélies restent en mémoire de ceux qui l’ont bien connu. Bref, il « exerçait un ministère de paix et de fraternité avec tous les paroissiens« , confie Danielle THOMASSET.

Passionné par la Terre sainte, il y faisait régulièrement de longs voyages. Indissociable du Chemin Neuf, il déplorait malgré tout la cléricalisation du mouvement, loin des idéaux qu’il avait contribué à propager en Essonne (avec des prêtres et des diacres imposés par l’Église qui y voyait un mouvement dissident dont elle voulait reprendre en main la pastorale). Il nous quitte avec la sérénité qui fut la sienne face à la maladie et  une confiance absolue en l’amour de Dieu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s